Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » Nouvelles nationales sur RNL
Nouvelles nationales sur RNL

Centrafrique : mécontentement au collège de Gbaloko après l’augmentation des frais d’inscription

https://www.radiondekeluka.org/ vendredi 21 octobre 2022 12:37

Des parents d’élèves du collège de Gbaloko situé dans la commune de Bégoua, sont montés au créneau. Ils déplorent la hausse, cette année, des frais d’inscription. Les responsables ont fixé à 15.000 francs CFA les frais pour les anciens élèves et à 25.000 francs CFA pour les nouveaux. Cette augmentation a surpris de nombreux parents et suscite encore des interrogations.

La nouvelle mesure a été prise et communiquée aux parents par le directeur du collège. Selon la note affichée au babillard, chaque ancien élève doit payer les redevances scolaires à 2.500 francs CFA, la tenue scolaire à 8.500 francs CFA, la tenue de sport à 3.000 francs CFA et l’appui aux professeurs vacataires à 1.000 francs CFA. Les nouveaux élèves doivent ajouter à ces frais, une somme de 10.000 francs CFA, représentant leur inscription. Une décision qui passe mal pour les parents d’élèves qui dénoncent une augmentation anarchique.

Frais d’inscription et tenue scolaire obligatoires

"En allant inscrire mon garçon en classe de 4ème, le directeur nous avait imposé de payer non seulement l’inscription mais aussi, la tenue scolaire… Mon fils fréquente le lycée de Gobongo mais, puisque c’est loin, j’ai voulu l’inscrire à Gbaloko. Je ne peux le faire puisque le directeur m’a demandé 26.000 francs CFA. Il est obligé de rester au lycée de Gobongo" témoignent deux parents d’élèves mécontents.

Plusieurs parents et élèves rencontrés déplorent le fait que les responsables de cet établissement public exigent le versement obligatoire des frais de tenue scolaire et de sport. Les plaintes sont montées jusqu’aux autorités locales de Gbaloko qui ne comprennent pas les raisons de ce brusque changement.

« Il n’y a aucun texte »

"J’ai été informé par les parents qui sont venus massivement se plaindre. Je ne peux pas dire si oui ou non, cela est normal parce qu’il n’y a aucun texte" s’indigne François Sellé, chef de groupe de Gbaloko.

Interrogé par Radio Ndeke Luka, Adoum Mamadou, le directeur du collège, n’a pas souhaité s’expliquer sur les raisons de sa décision. Cependant, l’inspection générale de l’éducation est intervenue pour le recadrer.

« La tenue scolaire n’est pas obligatoire »

"Présentement, dire à un parent de verser 25.000 francs sur le champ, c’est verser de l’huile sur le feu. Pour le directeur, ce sont des mauvaises interprétations mais nous, nous avons décidé qu’à partir de ce jour, les parents vont payer les redevances scolaires à 2.500 francs et la tenue n’est pas obligatoire" tranche Claude Kabou, inspecteur général de la vie scolaire.

L’inspection générale appelle, par ailleurs, les parents au calme et à inscrire massivement leurs enfants dans cet établissement scolaire. Le collège de Gbaloko, en passe d’être érigé en lycée, accueille depuis la reprise des classes, plus de 5.700 élèves. Il est l’unique établissement scolaire secondaire public de la commune de Bégoua.

 

 

Centrafrique : la cheffe de la Minusca salue la restauration de l’Etat

https://www.radiondekeluka.org/ vendredi 21 octobre 2022 07:34

La cheffe de la Minusca a présenté, le 19 octobre 2022, au conseil de sécurité de l’ONU, la situation sécuritaire en République centrafricaine. Valentine Rugwabiza a salué l’avancée du processus politique et la restauration de l’autorité de l’Etat. Mais elle s’est aussi inquiétée de la situation humanitaire qui reste alarmante.

La cheffe de la mission onusienne en République centrafricaine a, tout d’abord, salué l’amélioration de la situation sécuritaire dans le pays. Selon Valentine Rugwabiza, les opérations des casques bleus pour le maintien de la paix ont permis de protéger des civils, de faciliter l’assistance humanitaire et le redéploiement des autorités de l’Etat, empêchant ainsi les lignes d’approvisionnements de groupes armés.

Inquiétude face à l’usage des mines

Cependant, la représentante du secrétaire général de l’ONU s’est dite préoccupée par le regain de violences, enregistré ces derniers temps dans une partie du Nord-ouest du pays, où l’usage des mines rend difficile l’accès aux populations. Lesquelles sont dans le besoin d’assistance humanitaire. Rappelant l’explosion d’une mine qui a tué 3 casques bleus bangladais au début du mois d’octobre, madame Rugwabiza a sollicité des autorités centrafricaines, la levée de l’interdiction des vols de nuits, ce qui selon elle, empêche le déploiement des renforts et les assistances aux troupes en difficulté.

Face à la vulnérabilité de la population centrafricaine, Valentine Rugwabiza exige un renforcement du mandat de la Minusca et des capacités du gouvernement centrafricain afin d’assurer la sécurité de la population sur l’ensemble du territoire ; d’ouvrir la voie à une résolution politique à la crise centrafricaine et de pousser les groupes armés à renoncer définitivement à la violence. Par ailleurs, elle a salué les progrès réalisés dans la restauration de l’autorité de l’Etat, le redéploiement des forces de défense et de sécurité et des fonctionnaires, le renforcement du système judiciaire tout en encourageant le gouvernement à accroître le soutien financier à la Cour pénale spéciale.

A quelques mois de la tenue des élections locales en République centrafricaine, la représentante du secrétaire général de l’ONU encourage les partenaires financiers à appuyer le processus de ces élections, lesquelles n’ont pas eu lieu depuis 1988. De ce fait, elle s’inquiète de la montée des messages de haine et d’incitation à la violence, qui prennent une ampleur vertigineuse depuis ces 2 dernières années. A cet effet, la diplomate a appelé à la poursuite judiciaire des auteurs.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Au lendemain de l’attaque qui a visé une base des forces de défense et de sécurité et leurs alliés russes à Bossangoa, les réactions se multi » ...la suite
La Situation sécuritaire à Bossangoa dans l’Ouham est sous contrôle et une enquête est ouverte, selon le communiqué gouvernemental en date du 2 » ...la suite
La justice centrafricaine projette de retirer à Ferdinand Alexandre Nguendet son statut d’ancien chef d’Etat. Sur instruction du ministre d’Eta » ...la suite
Au Cameroun, une frange de la population, souvent défavorisée, consomme des liqueurs très alcoolisées et bon marché, communément appelées «whi » ...la suite
n Centrafrique, l'Autorité nationale des élections (ANE) souhaite toujours parvenir à organiser les élections locales pour la première fois, depu » ...la suite
Ces derniers jours, la situation sécuritaire se détériore davantage dans certaines villes de province. Dans les préfectures de la Ouaka, de la Bas » ...la suite
Aux premières lueurs de l'aube dans un quartier du sud-est de Bangui, la capitale de la Centrafrique, la pirogue de Pacôme Koyeke fend la brume mati » ...la suite
A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes, les organi » ...la suite
La mise au point d'un vaccin efficace contre le paludisme s'est avérée bien plus difficile que celle d'un vaccin anti-COVID-19. Plusieurs vaccins di » ...la suite
La situation sécuritaire est relativement calme sur l’ensemble du territoire national cette semaine, confie la Minusca lors de la conférence de pr » ...la suite