Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » Explicatif - Pourquoi les inondations en Afrique occidentale et centrale sont-elles si dévastatrices cette année ?
Explicatif - Pourquoi les inondations en Afrique occidentale et centrale sont-elles si dévastatrices cette année ?

 

Zone Bourse

Des pluies saisonnières d'une intensité inhabituelle ont arrosé des pans entiers de l'Afrique de l'Ouest et du Centre depuis le mois de juin, déclenchant des inondations mortelles qui ont touché des millions de personnes et submergé des terres agricoles dans 19 pays.

D'OÙ VIENT L'EAU ?

La plupart des années, l'Afrique occidentale et centrale connaît des inondations plus ou moins graves entre juin et septembre, lorsque les pluies saisonnières balaient la ceinture de pays du Sahel, le long des franges sud du désert du Sahara.

Cette saison, un modèle météorologique La Niña a provoqué des précipitations supérieures à la moyenne dans certaines parties de la région - tout en contribuant à la pire sécheresse qu'ait connue l'Afrique de l'Est depuis 40 ans.

Le réchauffement des températures dû au changement climatique augmente également l'intensité et la fréquence des pluies en Afrique, selon les experts climatiques des Nations Unies.

Cette année, la mauvaise planification urbaine, l'envasement des rivières et la dégradation des sols ont aggravé leur impact. Les systèmes d'eau ont rapidement été surchargés, avec des conséquences désastreuses.

"L'élément climatique n'est qu'un ingrédient", a déclaré le spécialiste des inondations Andrew Kruczkiewicz de l'école du climat de l'université de Columbia.

"Le terme de catastrophe naturelle n'est plus vraiment utilisé... (Il) est considéré comme une simplification excessive... alors qu'il faut vraiment considérer l'ensemble du système socio-économique."

QUEL EST L'IMPACT DES INONDATIONS JUSQU'À PRÉSENT ?

À la mi-octobre, les inondations avaient touché 5 millions de personnes et 1 million d'hectares de terres cultivées dans une région où 43 millions de personnes étaient déjà confrontées à la faim pendant la période de soudure de juin à août, selon le Programme alimentaire mondial des Nations unies.

Au Nigeria, la montée des eaux a tué au moins 600 personnes, déplacé plus d'un million d'autres et aggravé une épidémie de choléra.

Dix-huit des 23 provinces du Tchad ont été inondées et plus de 19 000 têtes de bétail ont été emportées, a indiqué la semaine dernière l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Dans les régions côtières d'Afrique de l'Ouest, les pluies ont provoqué des inondations soudaines et fatales dans les capitales du Sénégal et de la Sierra Leone.

Dans la région de l'Extrême-Nord du Cameroun, les fortes pluies ont fait déborder les rivières, déplaçant des dizaines de milliers de personnes en septembre, selon le bureau humanitaire de l'ONU OCHA.

L'impact agricole est difficile à estimer dans l'immédiat, car certaines régions peuvent bénéficier des inondations saisonnières.

Mais la FAO prévoit une baisse de 3,4 % de la production céréalière de la région en raison des inondations et d'autres facteurs.

POURQUOI CERTAINS PAYS ONT-ILS ÉTÉ SI DUREMENT TOUCHÉS ?

Le Tchad, qui occupe l'avant-dernier rang de l'indice d'adaptation mondiale de Notre Dame sur la vulnérabilité des pays aux événements climatiques extrêmes, a connu ses pluies les plus intenses depuis 30 ans.

Elles ont surchargé la nappe phréatique et fait monter le niveau du lac Tchad - qui chevauche le Tchad, le Cameroun, le Niger et le Nigeria - au-dessus du niveau des rivières, a déclaré l'hydrologue tchadien Hamit Abakar Souleyman.

En conséquence, les fleuves Logone et Chari, incapables de se déverser dans le lac, sont sortis de leur lit, inondant la capitale du Tchad, N'Djamena, et la ville frontalière de Kousseri au Cameroun.

La rivière Benue, qui coule du Cameroun au Nigeria, est montée si haut que les autorités camerounaises ont dû libérer l'eau du barrage de Lagdo, intensifiant les risques d'inondation en aval, principalement au Nigeria, a déclaré l'agence des catastrophes de ce pays.

De fortes pluies ont également touché une grande partie du Nigeria, leur impact étant aggravé par une mauvaise planification qui, selon les experts, a permis à une population urbaine en croissance rapide de construire sur les plaines inondables, détruisant les zones humides qui agiraient normalement comme une barrière naturelle.

"Ainsi, peu importe que les précipitations soient faibles ou fortes, l'infiltration est moindre et le ruissellement plus important, ce qui entraîne des inondations", a déclaré Ibidun Adelekan, professeur de géographie à l'université d'Ibadan au Nigeria, qui a travaillé sur le rapport climatique de l'ONU de février 2022.

"Il y a beaucoup de choses à faire pour s'assurer que les gens ne construisent pas n'importe comment", a-t-elle déclaré, ajoutant qu'un meilleur dragage des principaux cours d'eau serait également utile.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La mission onusienne en Centrafrique a annoncé mercredi qu'elle aidera les autorités locales à réhabiliter le poste de douane de Béloko (ouest) d » ...la suite
La première session criminelle de l’année 2023 se déroulera du 06 février au 08 mars 2023, et l’audience du tirage au sort des jurés est pré » ...la suite
La filière nigérienne d'Orano, anciennement Areva, a exploité pendant 40 ans cette mine d'uranium dans le Sahara pour alimenter des centrales nucl » ...la suite
Mme Yellen, depuis vendredi à Dakar, première étape d'un déplacement en Afrique, a visité le site historique de Gorée en compagnie de son maire » ...la suite
Quand certains tuent par les armes, d’autres, en revanche, choisissent l’intoxication comme solution la plus simple pour exterminer une population » ...la suite
Le Président de la République, Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadéra, a reçu en audience samedi 14 janvier 2023, au Palais de la Ren » ...la suite
Sixième langue la plus parlée au monde, le français est parlé dans de nombreux pays du monde. Cependant, il faut discerner les pays où notre lang » ...la suite
Les assises du 4ème Congrès de la société centrafricaine de gynécologie et d’obstétrique (SOCAGO) ont pris fin le jeudi 13 janvier 2023 à Ban » ...la suite
Les cheffes de la diplomatie française et allemande ont appelé vendredi les pays africains à condamner l'agression russe en Ukraine, tout en insist » ...la suite
La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) avait annoncé jeudi l’arr » ...la suite