Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » La Centrafrique met fin au décanat, privilège diplomatique accordé à la France
La Centrafrique met fin au décanat, privilège diplomatique accordé à la France

 

https://www.rfi.fr/ Publié le  08/11/2022 - 18:01

La ministre centrafricaine des Affaires étrangères vient d’écrire à son homologue française une lettre dans laquelle elle lui annonce que son pays met fin au décanat accordé au Haut représentant de la France auprès du chef de l’État centrafricain. Un statut qui a toujours fait de l’ambassadeur de France en RCA le doyen du corps diplomatique accrédité à Bangui en vertu d’un accord de coopération entre les deux pays.  

C'est un nouveau signe que les relations entre Bangui et Paris se sont fortement dégradées. Une lettre de la ministre centrafricaine des Affaires étrangères, Sylvie Baïpo-Témon, à sa collègue française, Catherine Colonna, a fuité mardi 8 novembre.

Il a fallu que la diplomatie centrafricaine s’y prenne à deux fois avant d’envoyer la bonne correspondance à la ministre française des Affaires étrangères. Une première version, bourrée de fautes et qui avait fuité sur les réseaux sociaux, a été annulée et remplacée par un nouveau document qui est arrivé à destination ce mardi 8 novembre, selon une source centrafricaine.

« La personnalité de l’ambassadeur en cause »

Dans le document, elle s’en prend à l’actuel ambassadeur de France dans des termes particulièrement violents. Le style n’a rien de diplomatique. Elle accuse dans sa lettre l’ambassadeur de France d’avoir « des attitudes irrespectueuses aux invitations du chef de l’État », ou encore de s’adonner à « la désinformation et à la délation ». La France est accusée de ne pas avoir appliqué « la réciprocité » de rigueur en matière diplomatique. La même source centrafricaine enfonce le clou : « Ce n’est pas une escalade dans les relations avec la France, mais c’est la personnalité même de l’ambassadeur qui est en cause ».

La cheffe de la diplomatie centrafricaine, Sylvie Baïpo-Temon, annonce à son homologue français que son pays met fin « au privilège totalement symbolique dont jouissait l’ambassadeur de France depuis le jour de l’indépendance de ce pays, le 13 août 1960, d’être le doyen du corps diplomatique ».

C’est une escalade de plus entre Paris et Bangui. Les relations entre les deux pays sont au plus mal depuis que le président Faustin-Archange Touadéra a fait appel aux paramilitaires russes de Wagner. Il y a au sein du pouvoir centrafricain, un groupe qui veut couper tous les ponts avec la France, avant l’organisation d’un référendum sur son 3e mandat contesté, note un spécialiste. Il y a deux mois, la ministre des Affaires étrangères centrafricaine n’avait pas caché tout le mal qu’elle pensait du diplomate français, dans un entretien à Mediapart.

Un document « pas destiné à être rendu public »

Un proche de Sylvie Baïpo-Témon a toutefois tenté de quelque peu calmer le jeu en expliquant qu’il s’agit d’« un dysfonctionnement ». « Ce document n’était pas destiné à être rendu public ». Il aurait fuité par la faute d’un diplomate centrafricain qualifié de « peu professionnel ».

En réalité, l’ambassadeur de France, Jean-Marc Grosgurin, n’a fait que se conformer aux nouvelles instructions de sa hiérarchie. Elles lui demandent de dénoncer publiquement les fausses informations et autres menaces en provenance des organisations proches du pouvoir. « De quoi agacer énormément Bangui », analyse un spécialiste de ce pays. De ce fait, même s’il n’a pas voulu réagir officiellement à cette charge, l’ambassadeur français, s’est fendu d’un tweet mardi matin, dénonçant « les manipulations stériles, grotesques et mensongères diffusées ad nauseam ». Un message qui ne laisse pratiquement pas de doute sur son destinataire.

@FranceBangui #RCA @francediplo Loin des manipulations stériles, grotesques et mensongères diffusées ad nauseam, la

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L'accusation est jugée outrancière et rejetée par le Bloc des républicains pour la défense de la Constitution, mais aussi par la société civile » ...la suite
L’armée française va retirer ses derniers soldats de la Centrafrique d’ici la fin de l’année en cours. L’annonce a été faite le 7 octobre » ...la suite
Le chef de l'Etat Faustin Archange Touadéra a nommé par décret en Centrafrique un nouveau président de la Cour Constitutionnelle en remplacement d » ...la suite
Une nouvelle juge a été installée ce mardi 15 novembre à la Cour constitutionnelle. Il s’agit de la magistrate Inès Valérie Ouaby Bekaï. Elle » ...la suite
La ministre centrafricaine des Affaires étrangères vient d’écrire à son homologue française une lettre dans laquelle elle lui annonce que son p » ...la suite
Les États-Unis d’Amérique notent avec une préoccupation profonde une récente série d’actions visant les membres de la Cour constitutionnelle » ...la suite
Le Mouvement Cœurs unis(MCU), le parti politique du président Touadera et des partis majoritaires ont demandé la tenue du référendum constitution » ...la suite
La mise à la retraite de Danièle Darlan présidente de la Cour constitutionnelle, continue de susciter des remous. L'opposition crie au scandale. » ...la suite
Aux yeux des Africains, la guerre en Ukraine n’est pas une guerre pour des valeurs, valeurs que du reste tout le monde a violées. Ce n’est tout s » ...la suite
Venu à Bangui dans le cadre d'une visite familiale, le Président de la République Son Excellence Professeur Faustin Archange TOUADERA a reçu en d » ...la suite