Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique/COP27 : F.A Touadéra accable les pays pollueurs et exige le respect de leurs engagements
Centrafrique/COP27 : F.A Touadéra accable les pays pollueurs et exige le respect de leurs engagements

 

 

https://www.rfi.fr/ mercredi 9 novembre 2022 04:43

Le lundi 07 novembre, le tour est revenu aux chefs d’Etat africains de prendre la parole. Occasion pour le président centrafricain de déplorer la promesse non-tenue des pays pollueurs envers les pays pauvres, souvent victimes des effets du changement climatique.

Faustin-Archange Touadéra, le président centrafricain s’exprimait comme beaucoup d’autres chefs d’Etat en marge de la 27ème Conférence internationale des Etats partis sur le climat, la COP 27 à Charm el-Cheik en Egypte.

Le président Centrafricain n’est pas passé par quatre chemins pour établir les responsabilités du désastre climatique de l’heure. "Les crises climatiques exceptionnelles de ces dernières années ont eu des effets dévastateurs de grande portée sur la survie de l’humanité, sur l’économie et le social, sur la viabilité de l’environnement, sur la gouvernance, sur la paix et la sécurité mondiales. Disons-le clairement, les pays riches, grands pollueurs, sont les principaux auteurs de cette mise en danger de l’humanité", a déclaré Faustin-Archange Touadéra du haut de la tribune, soutenant : "L’Afrique dont la contribution aux émissions des gaz à effet de serre est négligeable, car inférieure à 4%, ne doit pas continuer à payer pour des crimes qu’elle n’a pas commis".

Présentant la contribution de son pays dans la lutte contre le réchauffement climatique, Faustin-Archange Touadéra a touché l’épineuse question liée à l’exploitation forestière. Notamment, la protection des réserves forestières du bassin du Congo. Toutefois, le chef de l’Etat centrafricain a déploré la promesse non-tenue des pays riches devant accompagner financièrement les pays pauvres à faire face aux conséquences du réchauffement climatique et à promouvoir leur développement.

"En vertus de leur responsabilité historique dans la détérioration du climat, les pays riches doivent aider les pays pauvres à appliquer leur plan d’actions national de réduction à caractère volontaire. La République centrafricaine compte exercer son droit de souveraineté permanente sur les ressources naturelles pour exploiter ses forêts, dans l’intérêt du développement national et du bien-être de sa population" a fait savoir le Chef de l’Etat centrafricain.

 

Mais cette souveraineté ne peut violer les engagements du pays, pris dans les précédentes conférences sur le climat. "Cependant fidèle à ses engagements internationaux et conscient de ses responsabilités dans la préservation du second massif forestier du monde, mon pays poursuit les efforts, aux côtés des autres pays du bassin du Congo, pour une exploitation rationnelle durable des ressources forestières, à travers la mise en œuvre des plans d’aménagement", s’est vanté Faustin-Archange Touadéra.

Une répartition inéquitable des fonds

Du haut de la tribune, le président centrafricain a aussi demandé la prise en compte de la situation particulière de l’Afrique, dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Si tous les pays s’efforcent à protéger l’environnement, l’inéquitable répartition des récompenses peut susciter des frustrations. Et pour preuve : "La promesse de Glasgow de 1,5 milliards de dollars américains destinée aux pays du bassin du Congo n’a pas été équitablement répartie afin de permettre à chaque pays de créer les conditions de résilience climatique et favoriser un développement sobre en carbone", a déploré le Numéro 1 centrafricain, sans donner de précision.

Faustin-Archange Touadéra a donc exigé la réalisation immédiate des promesses faites par les pays développés, les organisations internationales et les secteurs privés de mobiliser 100 milliards de dollars américains par an, afin de répondre aux besoins prioritaires des pays en développement. Ouverte le 06 novembre à Charm-el-Cheik en Egypte, cette Conférence internationale sur le climat s’achèvera le 18 novembre prochain.

 

 

DECLARATION DE SON EXCELLENCE LE PROFESSEUR FAUSTIN ARCHANGE TOUADERA, PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHEF DE L’ETAT A LA 27EME CONFERENCE DES PARTIES A LA CONVENTION CADRE DES NATIONS-UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

 

SHARM EL CHEIKH (EGYPTE), 7 NOVEMBRE 2022

- Monsieur le Président ;

- Excellences Mesdames et Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement ;

- Monsieur le Secrétaire Général des Nations-Unies ;

- Mesdames et Messieurs ;

La COP 27 qui nous réunit dans cette belle ville de Sharm El-Cheikh, nous offre l’ultime chance pour évaluer nos engagements en faveur de notre planète.

Les crises climatiques exceptionnelles de ces dernières années ont eu des effets dévastateurs de grande portée sur la survie de l’humanité, sur l’économie et le social, sur la viabilité de l’environnement, sur la gouvernance, sur la paix et la sécurité mondiales.

Disons-le clairement, les pays riches, grands pollueurs, sont les principaux auteurs de cette mise en danger de l’humanité.

L’Afrique dont la contribution aux émissions des gaz à effet de serre est négligeable, car inférieure à 4%, ne doit pas continuer à payer pour des crimes qu’elle n’a pas commis.

En vertu de leurs responsabilités historiques dans la détérioration du climat, les pays riches doivent aider les pays pauvres à appliquer leurs plans d’Actions Nationales de réduction à caractère volontaire.

Excellences ;

Mesdames et Messieurs ;

Pays sous-développé, la République Centrafricaine compte exercer son droit de souveraineté permanente sur les ressources naturelles pour exploiter ses forêts dans l’intérêt du développement national et du bien-être de sa population.

Cependant, fidèle à ses engagements internationaux et conscient de ses responsabilités dans la préservation du second massif forestier du monde, véritable poumon écologique de la planète, mon pays poursuit les efforts aux côtés des autres pays du Bassin du Congo, pour une exploitation rationnelle et durable des ressources forestières à travers la mise en œuvre des plans d’aménagement.

Malheureusement, la promesse de Glasgow de 1,5 milliards de Dollars américains destinée aux pays du Bassin du Congo n’a pas été équitablement répartie afin de permettre à chaque pays de créer les conditions de résilience climatique et favoriser un développement sobre en carbone.

Par ailleurs, nous exigeons la réalisation immédiate des promesses faites par les pays développés, les organisations internationales et les secteurs privés de mobiliser 100 milliards de Dollars américains par an, afin de répondre aux besoins prioritaires des pays en développement.

La République Centrafricaine réaffirme ici son adhésion à la position commune africaine et à celle du Groupe des 77 plus la Chine, sur les négociations du nouveau régime climat.

Il s’agit ici de prendre en compte les financements des actions climatiques, de doubler l’enveloppe de l’adaptation décidée lors de la COP26, de sortir de cette Conférence avec une décision sur les financements des pertes et préjudices ainsi que les moyens nécessaires pour assurer la mise en œuvre de nos Contributions Déterminées au niveau National.

Du haut de cette tribune, je demande la prise en compte de la situation particulière de l’Afrique dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques.

C’est la condition sine qua non pour atteindre la neutralité carbone en 2050, enrayer l’érosion de la biodiversité et sauver notre planète qui s’effondre.

Que Dieu protège l’humanité tout entière!

Je vous remercie.

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Dans un communiqué publié lundi dernier, les autorités centrafricaines ont donné des précisions sur les fortes détonations entendues la veille » ...la suite
Lu pour vous ENQUÊTE 3/3 - Comment un délinquant de Saint-Pétersbourg est-il devenu le bras armé du Kremlin, à la tête de la milice Wag » ...la suite
C’est le brouillard (médiatique) le plus épais qui entoure actuellement la localité centrafricaine de Bossangoa. Officiellement cette ville d’u » ...la suite
Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a déclaré jeudi avoir demandé aux juges de confirmer les charges retenues contre le fonda » ...la suite
En arrivant à l’Elysée en 2017, Emmanuel Macron voulait avoir une relation décomplexée avec l’Afrique, refusant, compte tenu de son âge, de p » ...la suite
Fin 2017, la Russie obtint une dérogation à l’embargo sur les armes imposé à la Centrafrique auprès du Conseil de sécurité des Nations unies. » ...la suite
La France a dénoncé les attaques virulentes visant son ambassadeur en République centrafricaine. Dans une correspondance adressée à son homolo » ...la suite
L’Union européenne doit contrer activement la propagande russe en Afrique, a déclaré le ministre tchèque des Affaires étrangères Jan Lipavský » ...la suite
​La conférence des Nations unies sur le climat, qui s'ouvre en Égypte le 6 novembre, est l'occasion pour le continent de rappeler son faible poids » ...la suite
Le "Centre SMP Wagner" a pour vocation officielle de rassembler des entrepreneurs afin d'"augmenter les capacités de défense de la Russie". Wagne » ...la suite