Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » Burkina Faso : la France revoit sa stratégie militaire en Afrique de l'Ouest
Burkina Faso : la France revoit sa stratégie militaire en Afrique de l'Ouest

Lu pour vous

 

Claude Guibal Radio France Publié le 25/11/2022 10:55

 Plusieurs manifestations sont organisées au Burkina Faso pour demander le départ de la présence française dans le pays. Paris n'exclut pas le retrait de toutes ses forces militaires, en pleine révision de sa stratégie de présence en Afrique.  

Depuis 2008, l'opération Sabre, c'est une présence discrète de la France au Burkina Faso, quasi invisible. 300 commandos des forces spéciales cantonnés à Kamboisin, dans la périphérie de Ouagadougou. Mais Sabre, c'est un rôle clé ces dernières années dans la lutte anti-terroriste, selon le ministre des Armées Sébastien Lecornu qui, dans une interview au Journal du Dimanche (article pour abonnés) n'exclut pourtant plus désormais son départ.

Malgré la fin le 9 novembre de l'opération Barkhane au Sahel, la colère anti-française ne diminue pas en Afrique de l'Ouest. Des manifestations sont prévues vendredi 25 novembre au Burkina Faso pour demander le départ de la présence française dans ce pays, épicentre du jihadisme au Sahel. Un départ de toutes les forces militaires, y compris celle des forces spéciales présentes avant le début de Barkhane. 

"Aveu d'échec"   

À l'actif de Sabre, l'élimination d'Abdelmalek Droukdel, en 2020, le chef du groupe terroriste Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ou l'année d'après, celle d'Abou Walid al Sahraoui, le chef du groupe État islamique au grand Sahara. Des faits d'armes qui n'auraient pas été possibles sans la capacité de renseignement permise par la présence de Barkhane au Sahel. L'échec de Barkhane contraint aujourd'hui la France à repenser tout son dispositif. "C'est une sorte d'aveu d'échec, explique Antoine Glaser, spécialiste du continent africain, Finalement la France s'est trouvée en porte-à-faux."

"Les partenaires européens laissaient la France continuer à être le gendarme de l'Afrique pendant qu'eux faisaient du business. Là, une nouvelle stratégie va se mettre en place, qui est une stratégie de rupture je pense."

Antoine Glaser, spécialiste du continent africain 

à franceinfo

Une France en second rideau, qui n'interviendrait plus, mais accompagnerait les armées locales, en matière de formation. Une France qui devrait redéployer ses effectifs militaires ailleurs, probablement au Niger dont elle semble tenter de faire désormais le dernier pilier de sa stratégie ouest africaine, dans une Afrique résolue à marquer une rupture violente avec les derniers symboles visibles de sa colonisation. 

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
La mission onusienne en Centrafrique a annoncé mercredi qu'elle aidera les autorités locales à réhabiliter le poste de douane de Béloko (ouest) d » ...la suite
La première session criminelle de l’année 2023 se déroulera du 06 février au 08 mars 2023, et l’audience du tirage au sort des jurés est pré » ...la suite
La filière nigérienne d'Orano, anciennement Areva, a exploité pendant 40 ans cette mine d'uranium dans le Sahara pour alimenter des centrales nucl » ...la suite
Mme Yellen, depuis vendredi à Dakar, première étape d'un déplacement en Afrique, a visité le site historique de Gorée en compagnie de son maire » ...la suite
Quand certains tuent par les armes, d’autres, en revanche, choisissent l’intoxication comme solution la plus simple pour exterminer une population » ...la suite
Le Président de la République, Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadéra, a reçu en audience samedi 14 janvier 2023, au Palais de la Ren » ...la suite
Sixième langue la plus parlée au monde, le français est parlé dans de nombreux pays du monde. Cependant, il faut discerner les pays où notre lang » ...la suite
Les assises du 4ème Congrès de la société centrafricaine de gynécologie et d’obstétrique (SOCAGO) ont pris fin le jeudi 13 janvier 2023 à Ban » ...la suite
Les cheffes de la diplomatie française et allemande ont appelé vendredi les pays africains à condamner l'agression russe en Ukraine, tout en insist » ...la suite
La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) avait annoncé jeudi l’arr » ...la suite