Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Touadéra profite de la fête nationale et accuse ses détracteurs de terrorisme
Touadéra profite de la fête nationale et accuse ses détracteurs de terrorisme

 

https://www.dw.com/ 01.12.2022

L'accusation est jugée outrancière et rejetée par le Bloc des républicains pour la défense de la Constitution, mais aussi par la société civile

La Centrafrique célébrait ce jeudi (1 décembre) le 64e anniversaire de la proclamation de la République.

Le président de la République, Faustin Archange Touadéra ,était très attendu sur la question sécuritaire avec la lutte contre les groupes armés mais aussi la montée de la criminalité dans la capitale, Bangui.  

La cherté de la vie n'a pas été évoquée

L’autre préoccupation des Centrafricains concerne le pouvoir d’achat, érodé par la hausse des prix. Enfin, dans la bulle politique, on s’interroge aussi sur la volonté supposée de Faustin Archange Touadéra de briguer un troisième mandat .

Mais le président centrafricain n’a quasiment rien dit sur ces thèmes les plus attendus, il s’est contenté de traiter ses détracteurs de “terroristes”.  

Une accusation rejetée par le président de la Convention républicaine pour le progrès social et ancien Premier ministre, Nicolas Tiangaye qui estime que "le président de la République est dans la tourmente, il a échoué dans la gestion de l’Etat et il cherche des boucs émissaires. Il n’a brillé que par les injures et le mensonge, en particulier lorsqu’il parle du BDRC comme d’une association de malfaiteurs et de terroristes".

 Nicolas Tiangaye est allé plus loin en pointant du doigt le manque de responsabilité de la part du président:

"Je crois que le président Touadéra fait preuve d’irresponsabilité. Quand vous êtes chef d’Etat et que vous identifiez une association de malfaiteurs, vous prenez vos responsabilités, vous saisissez la justice pour que les malfaiteurs et les terroristes soient neutralisés", a-t-il ajouté.

Nicolas Tiangaye n’est pas le seul à arriver à cette conclusion. Le gouvernement en exil autoproclamé, dirigé par Jean-François Akandji Kombé, décrit une situation apocalyptique du pays sous l’ère Touadéra. 

Les Centrafricains s'attendaient à ce que leur président s'exprime sur la question des groupes armés

"Notre justice est dirigée par des criminels. Notre Constitution est liquidée, le président que nous nous sommes donnés s’est parjuré, l’intérêt du peuple est sacrifié sur l’autel des intérêts d’un clan. Toutes nos institutions sont désormais en dehors de la loi fondamentale et le coup d’Etat constitutionnel est désormais consommé", a déclaré Jean-François Akandji Kombé 

Plusieurs thèmes passés sous silences

La société civile a, quant à elle, déploré l’absence d’ouverture et estime que les vrais problèmes ont été occultés par le président Touadéra.  

Paul Crésent Béninga, enseignant chercheur et porte-parole du groupe de travail de la société civile, s'interroge sur les thèmes que le président Touadéra n'a pas mentionné:

"Jusqu’à aujourd’hui, la question du troisième mandat et du référendum n’a jamais été abordé par le président de la République, pourtant les préparatifs vont bon train, ses soutiens et son parti politique ont évoqué cette question à l’occasion de leur dernier conseil politique, ce qui est embêtant. Le peuple est confronté à un problème relatif au pouvoir d’achat, il y a une flambée des prix des denrées sur les marchés, nous sommes confrontés à la pénurie du carburant et malheureusement le président n’a pas évoqué cela. Est-ce que ça ne fait pas partie de ses préoccupations ? Est-ce une omission ? Cela peut témoigner qu’il y a beaucoup à faire"

La fête du 1e décembre de cette année divise donc plus qu’elle ne rassemble. Plusieurs partis politiques de l’opposition n’y ont pas pris part alors que la conclusion de l’enquête sur l’attaque de Bossangoa est toujours attendue. 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le gouvernement marocain vient d’annuler, pour « des motifs d’agenda » peu convaincants, les rencontres qui devaient avoir lieu, les 23 et 24 j » ...la suite
L’ancien président de la République de Guinée Alpha Condé (84 ans) et son opposant Cellou Dalein Diallo (70 ans), ont renoué le contact. Les de » ...la suite
En Centrafrique, la cour constitutionnelle a déclaré vendredi 20 janvier conforme à la Constitution la loi relative à l'organisation des référen » ...la suite
Selon son site internet, Russophononie Afrique, cette association veut « regrouper les russophones et les amis de la langue russe en Afrique ». Son » ...la suite
En l’espace de cinq années, la France est en passe d’achever ce qui lui restait d’influence et de sympathie en Afrique. Et ce, surtout au S » ...la suite
L’ex-leader des « Jeunes patriotes », Charles Blé Goudé, condamné à 20 ans de prison, invite les observateurs de la vie politique à « lire l » ...la suite
L’année dernière, plusieurs cas de corruption et de détournement de fonds impliquant des ministres et certains fonctionnaires de l’État ont é » ...la suite
En ce début d’année, j’ai le plaisir de vous accueillir, au Palais de la Renaissance, à l’occasion de la traditionnelle cérémonie de prése » ...la suite
– Distingués Invités, – Mesdames et Messieurs ; A l’instar de la Cour Pénale Spéciale, la CVJRR, mécanisme de justice transitionnelle » ...la suite