Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Affaire Orion Oil : où est passé l'argent du pétrole congolais ? Dossier
Affaire Orion Oil : où est passé l'argent du pétrole congolais ? Dossier

 

Lu pour vous

 

Editorial

Affaire Orion Oil : enquête sur une prédation d’Etat

https://www.liberation.fr/ par Dov Alfon publié 11 janv. 2023 à 19h34

Affaire Orion Oil : où est passé l'argent du pétrole congolais ?dossier

L’affaire révélée ce mercredi par «Libération» dessine les contours d’un système financier occulte autour du pétrole congolais, une manne transitant de Paris à Brazzaville, sur le dos de l’un des pays les plus pauvres du monde. C’est un dossier judiciaire tentaculaire longtemps resté secret. Libération est aujourd’hui en mesure de révéler l’ampleur d’un puissant système financier occulte dont la source est unique : les champs de pétrole de l’un des pays les plus pauvres du monde, la république du Congo. Paris est une des plaques tournantes d’une valse de paiements en espèces atteignant des centaines de millions d’euros depuis une dizaine d’années, dont le grand argentier est un personnage connu de tous les palaces et boutiques du triangle d’or parisien mais qui a réussi à rester sous les radars des enquêteurs jusqu’au 24 janvier 2012. Lucien Ebata est arrêté ce jour-là à Roissy-Charles-de-Gaulle alors qu’il a sur lui une somme importante en liquide qu’il n’a pas déclarée – 182 000 euros et 40 000 dollars. Dans leur enquête, les douaniers français vont de surprise en surprise, de milliers d’euros de cadeaux achetés dans les magasins de luxe des Champs-Elysées jusqu’à des mouvements de cash de millions d’euros à Paris et Monaco. Qui est Lucien Ebata, patron d’une mystérieuse société pétrolière baptisée Orion Oil, et qui sont les destinataires de sa générosité infinie ? La justice française le suspecte de s’être enrichi à millions, en pillant, avec le clan du président Denis Sassou-Nguesso, les ressources de la république du Congo par un vaste système de détournement des recettes de la vente du pétrole. Toujours présumé innocent, il est mis en examen dans cette affaire. La procédure résonne avec celle des «biens mal acquis», dans laquelle les membres du clan Sassou-Nguesso sont soupçonnés de s’être constitué des patrimoines illicites dans l’Hexagone grâce à des détournements de fonds publics. Qui en France a pu bénéficier de ce système ? Libération poursuit son enquête.

 

 

Enquête Libé

 

Derrière Orion Oil, la disparition organisée de l’argent du pétrole congolais

https://www.liberation.fr/ par Jérôme Lefilliâtre et Ismaël Halissatpublié aujourd'hui à 17h55

Affaire Orion Oil : où est passé l'argent du pétrole congolais ?dossier

L’arrestation à Roissy de l’homme d’affaires Lucien Ebata, en possession d’une énorme quantité de liquide, a mené les douaniers sur la piste de sa société, soupçonnée d’être au cœur d’un vaste système de détournement de fonds publics au profit du clan du président Sassou-Nguesso. Plusieurs centaines de millions d’euros se seraient évaporés.

Libération révèle les rouages de ce qui pourrait être l’un des principaux circuits de détournement des recettes du pétrole congolais, de Paris à Brazzaville en passant par la Suisse et Monaco. En cause, la société Orion Oil et son patron Lucien Ebata, proche du président Denis Sassou-Nguesso et aux multiples relations avec des personnalités économiques et politiques françaises.

 

Le 19 mai 2017 à 6 h 15, les douanes judiciaires pénètrent dans un immeuble de l’opulente avenue Marceau, dans le VIIIe arrondissement de Paris. Elles s’apprêtent à perquisitionner un luxueux appartement de sept pièces et 185 m². C’est là qu’habitent Lucien Ebata, le patron de la société congolaise de négoce pétrolier Orion Oil, et sa famille. Les enquêteurs vont y faire des trouvailles spectaculaires. Dans une table de chevet, ils découvrent 3 500 euros en liquide. Dans les poches d’un pantalon posé sur une chaise, douze billets de 100 euros. Dans le portefeuille d’Ebata, dix cartes bancaires. Dans la penderie, des montres de marques prestigieuses en pagaille. Et dans la buanderie, au milieu du linge sale, sont cachées des liasses de très grosses coupures. Des billets de 100 euros, répartis en paquets de cent : 40 000 euros, jetés dans un sac en plastique entre les chemises et les caleçons.

Au même moment, dans une opération coordonnée, d’autres agents du Service d’enquêtes judiciaires des finances (1) s’invitent dans un appartement moins tape-à-l’œil, à Clichy, en banlieue parisienne. C’est celui de Ted T., le directeur financier d’Orion, bras droit et homme de confiance de Lucien Ebata. Les douaniers y trouvent 60 000 dollars à l’intérieur d’un coffre-fort, 80 000 euros dans des sacoches disséminées dans une chambre et même 8 600 euros dans la poche d’une veste. Ils recensent par ailleurs une collection de bijoux et montres (deux Rolex, une Hermès) et d’articles de maroquinerie de luxe… En tout, il y en a pour plus de 600 000 euros.

Surtout, dans la chambre parentale, les enquêteurs du SEJF saisissent un iPad noir, planqué à l’intérieur d’une valise, et un agenda papier gris siglé Société nationale des pétroles du Congo. Des découvertes providentielles. L’examen de ces objets révèle l’existence de tableaux de comptabilité occulte, qui répertorient méthodiquement des mouvements d’argent liquide sur une période allant de 2013 à 2016. Des montants tout simplement hallucinants.

Une procédure qui résonne avec celle des «biens mal acquis»

Le cumul des «approvisionnements», c’est-à-dire des retraits effectués en espèces depuis les comptes d’Orion Oil dans plusieurs banques africaines, s’élève à 164 millions de dollars et 26 millions d’euros. L’addition des «dépenses» listées atteint quant à elle 106 millions de dollars et 44 millions d’euros. Les libellés laissent penser qu’une partie de ces versements de cash a pu directement profiter à des dignitaires de la république du Congo (ou Congo-Brazzaville). Parmi lesquels son président, Denis Sassou-Nguesso, à hauteur de 37 millions de dollars, et ses proches.

En mettant la main sur cet iPad et cet agenda – tenus avec une minutie quasi obsessionnelle par Ted T. –, la justice française a-t-elle découvert les traductions écrites de l’un des principaux circuits de détournement de fonds publics dans cette ancienne colonie française d’Afrique centrale ? Leur contenu a été versé dans un dossier judiciaire aux multiples ramifications politiques et économiques, suivi par le Parquet national financier depuis 2016, resté secret jusque-là, et que Libération a pu consulter. Il vise au premier chef le patron et propriétaire d’Orion, Lucien Ebata, 53 ans. Ce personnage de pouvoir et d’influence est mis en examen depuis l’automne 2021 dans cette affaire, notamment pour des faits de blanchiment et de manquement à l’obligation de déclaration de transfert de capitaux.

Contacté par Libération, Lucien Ebata, présumé innocent, a répondu par la voix de son avocat, Me Antoine Vey : «M. Ebata dément fermement l’existence de quelconque “rétrocommission”. Il s’agit d’une thèse qui a été artificiellement alimentée à partir de notes manuscrites prises par un ex-salarié du groupe de M. Ebata, et qui, curieusement, a depuis lors rejoint une entreprise concurrente.» Il fait ici référence à Ted T., qui a quitté Orion à l’été 2021. Sollicité par Libé, ce dernier n’a pas répondu.

«Cette affaire – qui traîne depuis des années – se déroule surtout dans le contexte d’une violente concurrence, alimentée par des groupes pétroliers qui cherchent à maintenir leur pré-carré sur le continent africain, et qui ont toujours agi pour nuire au développement du groupe Orion et à la réputation de son dirigeant», ajoute le conseil de Lucien Ebata.

La procédure résonne avec celle des «biens mal acquis», dans laquelle les membres du clan Sassou-Nguesso sont soupçonnés de s’être constitué des patrimoines illicites dans l’Hexagone grâce à des détournements de fonds publics. Elle révèle une des manières dont ils auraient bâti leurs fortunes, ensuite blanchies. Malgré le lien évident entre les deux dossiers, «il a été choisi de ne pas les joindre en raison de leur caractère tentaculaire», explique à Libé le Parquet national financier.

Selfies avec des billets

A l’origine de cette histoire, il y a l’interpellation de Lucien Ebata à Roissy-Charles-de-Gaulle, le 24 janvier 2012. En partance pour Kinshasa, capitale de la république démocratique du Congo, il transporte avec lui des sommes stupéfiantes en liquide – 182 000 euros et 40 000 dollars – sans les avoir déclarées. Dès lors, les douaniers du SEJF, rattaché au ministère français de l’Economie, vont lancer des investigations d’ampleur sur l’homme d’affaires, dont l’entreprise commercialise du pétrole brut et des produits raffinés à l’international.

En tirant patiemment les fils pour déchiffrer les flux financiers, les enquêteurs mettent peu à peu au jour ce qui ressemble à un exemple élaboré de corruption internationale autour d’Orion. «Un système d’évasion de capitaux au moyen de porteurs de valises et d’une structure financière hautement complexe», écrivent les douanes judiciaires en 2016. Ce montage passe par «des sociétés domiciliées dans des places financières et des paradis fiscaux (Grande-Bretagne, Suisse, Seychelles, îles Vierges britanniques, Chypre, Panama), ceci dans le but d’escamoter le détournement des revenus du pétrole congolais et d’en masquer les bénéficiaires réels». Les éléments rassemblés documentent une potentielle fraude de très grande ampleur, à base de commissions et de rétrocommissions, portant sur plusieurs centaines de millions d’euros et courant depuis plus de dix ans.

Dans ce dossier, l’argent liquide est partout et Lucien Ebata et ses proches le manipulent avec une désinvolture effarante. Dans le téléphone de Ted T. étaient stockées des dizaines de photos représentant des piles de grosses coupures. Sur l’une d’elles, les douaniers notent que «la réunion des liasses représente a minima 2 millions de dollars et au maximum 2,5 millions de dollars». Ted T. prend aussi des selfies, la tête posée dans un attaché-case rempli de billets… Comme s’il n’en revenait pas lui-même de brasser autant d’argent.

La société de Lucien Ebata, Orion Oil LTD, est créée en mai 2008 au Royaume-Uni, fusionnant plusieurs entreprises de commerce de matières premières. L’année suivante, elle est placée sous l’égide d’une autre structure, Orion Group SA, immatriculée aux Seychelles avec l’aide du cabinet d’avocats Mossack Fonseca, au cœur du scandale d’évasion fiscale dit des «Panama Papers». L’entreprise, qui ne compte que 40 employés directs et dont le siège physique se situe à Kinshasa (RDC), prospère très vite, passant – selon des documents financiers de l’entreprise – d’un chiffre d’affaires de 235 millions de dollars en 2010 à 1,7 milliard en 2014. Cette année-là, elle a dégagé un bénéfice supérieur à 123 millions de dollars.

«Jeu de facturation» sans «justification économique»

Comment une croissance aussi extravagante est-elle possible ? Cette société de négoce, qui agit comme courtier sur le marché de l’or noir entre les producteurs et les distributeurs, a la particularité d’avoir eu pendant une décennie un fournisseur et client quasi unique : la Société nationale des pétroles congolais (SNPC). Cette compagnie publique de la république du Congo, qui possède la trentaine de champs pétroliers du pays, est, de fait, à la main de Denis Sassou-Nguesso, chef d’Etat au pouvoir depuis 1979 (à l’exception d’une parenthèse entre 1992 et 1997). D’après des factures saisies par les enquêteurs du SEJF, Orion a acquis pour 2,6 milliards de dollars de brut à la SNPC entre 2013 et 2015, sur un total de 3,4 milliards d’achats sur cette période. C’est dire si ce partenaire est crucial au business de Lucien Ebata.

L’homme d’affaires revend une partie de la production pétrolière de la SNPC – environ 10 millions de barils par an, selon les dires d’Ebata face à une juge d’instruction le 20 décembre 2021 – aux grandes majors énergétiques exploitantes comme Shell. Au passage, il empoche une marge s’établissant entre 0,77 % et 8,62 % selon les cas. Mais pour quelle plus-value opérationnelle ? Les enquêteurs ont des doutes sur l’utilité concrète d’Orion : leur analyse du système de facturation révèle qu’il n’y a aucun décalage dans le temps entre les ventes de la SNPC à Orion et celles de cette dernière à ses propres clients, en 2013, 2014 et 2015. Comme si l’activité de l’une et de l’autre se confondaient. Un modèle de facture de la SNPC a d’ailleurs été retrouvé dans l’ordinateur de Ted T., le directeur financier d’Orion…

De même, Orion, sur un contrat, donne un mandat direct à la SNPC pour gérer ses propres ventes, signifiant ainsi que son intervention est inutile. Le SEJF en tire une conclusion limpide dans un rapport de synthèse du 27 septembre 2019 : l’activité d’Orion se résume dans ce cas à un «jeu de facturation» sans «justification économique». L’entreprise de Lucien Ebata gagne aussi beaucoup d’argent lorsqu’elle revend des produits raffinés à la SNPC, appliquant des marges énormes, de 35 % à 61 % selon les cas. «Une surfacturation aux dépens de l’entreprise d’Etat», concluent les douaniers.

«PR», des initiales qui interrogent

En résumé, Orion est soupçonnée d’être une société écran permettant de prélever une dîme sur le commerce bien réel du pétrole congolais et de la redistribuer, sous différentes formes, aux dirigeants et notables du Congo. Une sorte de caisse noire dans laquelle les officiels puisent à loisir, même pour des dépenses courantes – paiements de chauffeurs, visas de quelques centaines d’euros… Aux premières loges de ce trafic privant de ressources précieuses un pays dans lequel moins de la moitié de la population des zones rurales a accès à une eau salubre, apparaissent Denis Sassou-Nguesso et ses affidés. Lucien Ebata a rejeté les accusations de malversations, assurant à la juge d’instruction que l’intervention d’Orion en tant que courtier permettait de «valoriser le produit» de la SNPC.

De nombreux éléments versés au dossier semblent accréditer les soupçons d’enrichissement illicite du clan au pouvoir. Le tableau de comptabilité contenu dans l’iPad saisi chez Ted T. en fait partie. En marge de paiements de prestations et frais divers, l’interminable colonne des «dépenses» de ce document contient une liste de possibles bénéficiaires, issus notamment des deux Congo : ministres, diplomates, militaires, chefs d’entreprise… A côté des noms et des dates figurent des montants. Une inscription, «PR» pour une somme de 17 millions de dollars, a notamment attiré l’œil des enquêteurs. D’après eux, ces initiales correspondent à un versement de cash ayant profité au président de la République, Denis Sassou-Nguesso. D’autres personnalités bien connues au Congo-Brazzaville sont sur la liste, comme le patron de la SNPC, Raoul Ominga : le tableau mentionne, sur cette seule période de seize mois, des versements à son endroit de 2,1 millions de dollars et 1 million d’euros.

Dans l’agenda de Ted T., on retrouve, entre autres, deux nouveaux versements de 4 millions de dollars et 1 million d’euros pour «PR», ainsi que 2,4 millions de dollars versés à Aymar E., un conseiller de l’ex-ministre des Finances du Congo Calixte Nganongo. Les informations contenues dans ces deux tableaux sont confirmées par d’autres éléments de l’enquête : «Le recoupement de ces données avec d’autres (factures, documents saisis, conversations téléphoniques et SMS…) permet d’étayer bon nombre des dépenses /remises de fonds inscrites et donc de les crédibiliser dans leur ensemble», notent les douaniers.

«Je ne me rappelle pas»

L’agenda porte la trace d’une autre opération aux montants colossaux. Sur une page du calepin, Ted T. a posé un calcul en forme d’aide-mémoire, daté du 2 février 2017. Au-dessus de l’addition, un total : «65 000 000 $.» Et en dessous, une liste avec des initiales et des sommes «PR : 15 millions», «Min Fin : 10 millions», «RO : 3 millions» D’après le SEJF, ces inscriptions sont les indices d’une «redistribution suspecte de fonds», rétrocommissions dont auraient bénéficié le président de la République («PR»), l’ex-grand argentier du pays Calixte Nganongo («Min Fin») et le patron de la SNPC, Raoul Ominga («RO»). Contactés par Libération, ils n’ont pas répondu.

Les 65 millions de dollars inscrits dans l’agenda ne sortent pas de nulle part. Ils correspondent à une opération financière réalisée par le Congo. Le 12 octobre 2016, dans un courrier à Calixte Nganongo, Raoul Ominga réclame une «avance» de 65 millions de dollars. Il s’agit de répondre «aux multiples demandes de recouvrement de créances dues à Orion Oil au titre de livraisons de produits pétroliers», écrit le cadre de la SNPC. Le 7 décembre 2016, le ministre des Finances sollicite un prêt de 250 millions de dollars auprès d’une banque africaine, Afreximbank. Le 12 janvier 2017, après la signature de l’accord de crédit, il demande qu’une partie – 65 millions de dollars – soit virée directement à Orion Oil. Neuf jours plus tard, Ted T. prévient via WhatsApp l’un des banquiers d’Orion basé à Kinshasa que «65M» vont être crédités : «Il faut te préparer à des retraits à hauteur de 25M.» Même pour eux, un approvisionnement en cash d’un tel volume est inhabituel et impose à la banque de prendre des dispositions exceptionnelles. Les 65 millions sont transférés le 1er février. C’est le lendemain que Ted T. reporte la répartition dans son agenda, avec possiblement 15 millions de dollars pour Denis Sassou-Nguesso.

Interrogé sur ce point par la juge d’instruction, le 20 décembre 2021, Lucien Ebata refuse d’endosser toute responsabilité : «Je laisse à Ted T. le soin d’expliquer les inscriptions.» En garde à vue en octobre 2021, Ted T. n’a pas été plus loquace : «Je ne me rappelle pas que la SNPC avait payé un acompte.» Le directeur financier affirme seulement que «PR» ne désigne pas le président du Congo mais celui d’Orion, soit Lucien Ebata. Une déclaration qui laisse perplexe : dans sa comptabilité, les versements dont bénéficie le patron d’Orion sont généralement fléchés à «Boss».

Homme «généreux»

Des centaines de documents retrouvés permettent aussi de retracer des paiements profitant à Lucien Ebata, ses proches ou des dignitaires congolais. Autant d’opérations pouvant s’apparenter à du blanchiment. L’exploitation d’un téléphone de Ted T. révèle qu’il a pris un vol de Brazzaville à Paris le 26 octobre 2016 avec, dans ses bagages, 1,3 million d’euros en liquide pour le compte de Raoul Ominga. Quelques jours plus tard, dans un message adressé à son père, l’homme de confiance d’Ebata indique qu’il garde cet argent chez lui en France, dans un coffre, pour que le dirigeant de la SNPC le récupère pour acheter un bien immobilier à Paris. Et d’expliquer : «Je ne suis pas à l’aise de garder une telle somme à la maison.» L’épisode illustre, une nouvelle fois, la confusion des rôles entre Orion et la SNPC, et l’usage à grande échelle de l’argent public à des fins privées.

Lucien Ebata et Ted T. avaient l’habitude de passer les frontières avec d’énormes quantités d’espèces. D’après les conclusions des douaniers, les deux hommes et leur chauffeur ont retiré, entre janvier 2009 et décembre 2012, 6,2 millions d’euros et plus de 800 000 dollars des comptes bancaires d’Orion à Monaco, dont une bonne partie a été acheminée en France illégalement. Entre 2014 et 2017, environ 3 millions d’euros en liquide sont également arrivés en France sans déclaration, depuis les deux Congo, selon les recoupements effectués par le SEJF. Mais combien ont échappé à l’attention du service de Bercy ? Et au profit de qui ? Des éléments étayés du dossier judiciaire font peser des soupçons sur plusieurs personnalités politiques et économiques, notamment françaises, comme Libé le révélera dans des articles à venir.

Lors de ses auditions, Lucien Ebata n’a cessé de justifier cette utilisation massive de cash, outre ses «dépenses personnelles», par les nécessités de ses affaires, impliquant le règlement de fournisseurs, de salariés et de prestations au Congo, en France ou ailleurs. Pourquoi ne pas privilégier des cartes de paiement ou des virements ? L’homme d’affaires a mis en cause la faible bancarisation des deux Congo et le délai de traitement des opérations financières. Il s’est aussi présenté en homme «généreux» et a assuré que les versements qu’il ne pouvait pas nier ne comportaient «aucune contrepartie».

(1) Le Service national de douanes judiciaires (SNDJ) est devenu en 2019 le Service d’enquêtes judiciaires des finances (SEJF).

 

Profil

Affaire Orion Oil : Lucien Ebata, l’ascension fulgurante de «l’homme du président» Sassou-Nguesso

https://www.liberation.fr/ https://www.liberation.fr/par Jérôme LefilliâtreIsmaël HalissatCélian Macé et Agnès Faivre, correspondante à Ouagadougou publié aujourd'hui à 17h55

 

Affaire Orion Oil : où est passé l'argent du pétrole congolais ?dossier

Parti de rien, le richissime président de la société Orion Oil a gravi les échelons jusqu’à devenir un émissaire diplomatique du régime. Ce proche conseiller du président de la république du Congo a été mis en examen en 2021 à Paris, notamment pour blanchiment.

Libération révèle les rouages de ce qui pourrait être l’un des principaux circuits de détournement des recettes du pétrole congolais, de Paris à Brazzaville en passant par la Suisse et Monaco. En cause, la société Orion Oil et son patron Lucien Ebata, proche du président Denis Sassou-Nguesso et aux multiples relations avec des personnalités économiques et politiques françaises. 

Pourquoi désigner sa compagnie de négoce pétrolier du nom d’Orion ? «Car j’ai les étoiles en ma faveur», répondait en 2019 Lucien Ebata au magazine Stratégies. L’homme d’affaires canado-congolais de 53 ans expliquait aussi avoir choisi cette «belle constellation», symbole de force dans la mythologie grecque, pour figurer une entreprise qu’il souhaitait «indestructible». C’est dire l’ambition et le sentiment de puissance qui animent le personnage, soupçonné par la justice française d’être au cœur d’un vaste système de détournement de fonds publics de la république du Congo, portant sur des centaines de millions d’euros. A l’automne 2021, Lucien Ebata a été mis en examen à Paris pour des faits de blanchiment, manquement à l’obligation de déclaration de transfert de capitaux et corruption active de personne dépositaire de l’autorité publique.

Avec Orion Oil, créée en 2008, Ebata s’est imposé comme une figure de l’économie africaine. Dès 2012, le groupe a dépassé le milliard de dollars de revenus, engrangé des bénéfices substantiels et levé des capitaux auprès d’un pool de banques africaines (près de 1,3 milliard de dollars en trois ans) pour développer ses activités, notamment via le préfinancement de cargaisons de brut. Ce procédé opaque initié par des traders consiste à prêter de l’argent au Congo, qui rembourse ensuite en barils de pétrole livrés par la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC). Orion Oil, trader elle-même, est un intermédiaire de choix pour négocier ces «préfis». A la tête de cette société, Ebata est devenu incontournable sur le marché de l’or noir au Congo, grâce à sa relation privilégiée avec la SNPC, à la main du président Denis Sassou-Nguesso.

Cette place de choix a conduit le courtier à traiter directement avec des multinationales comme Shell, Trafigura, Vitol ou TotalEnergies. En garde à vue en octobre 2021, l’intéressé pavanait devant le Service d’enquêtes judiciaires des finances, rattaché au ministère de l’Economie, sur sa dimension planétaire : «Je suis entrepreneur africain, au service de l’Afrique et de mon pays. Les activités de ma société sont mondiales. J’ai créé des emplois dans les quatre coins du monde, incluant la France.» Sa carrière est pourtant intimement liée à l’histoire politique de son pays, et indissociable de la mainmise de Sassou-Nguesso sur celui-ci.

Né le 12 mars 1969 à Ollombo, dans le centre du pays, Lucien Ebata grandit dans une famille modeste de paysans. A 13 ans, le bon élève obtient une bourse d’Etat pour poursuivre sa scolarité à Cuba (pays avec lequel le Congo, alors officiellement marxiste, entretient des relations étroites). Il y reste jusqu’à obtenir, selon sa biographie officielle, un diplôme en droit des assurances à l’université de La Havane. Il poursuit ensuite ses études au Canada, dont il a obtenu depuis la nationalité.

Lobbyiste en chef de Sassou-Nguesso

Après un début de carrière comme juriste, ce chrétien et franc-maçon revendiqué se lance dans le négoce de pétrole. Il fait ses premières armes à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC), le grand voisin de son pays d’origine, et décroche en 2005 un contrat avec Glencore, géant suisse des matières premières, pour l’acheminement de produits raffinés le long du fleuve Congo.

L’année suivante, Ebata se présente comme le lobbyiste en chef du président Sassou-Nguesso aux Etats-Unis. En tant qu’avocat, son rôle est d’«effectuer des missions de bons offices en faveur de la république du Congo auprès des institutions financières internationales et d’autres partenaires pour qu’ils considèrent la réduction ou l’annulation totale de sa dette extérieure», selon le contrat – à 400 000 dollars – qu’a consulté Libération. Ebata se fait également fort de promouvoir la candidature du chef de l’Etat congolais… pour le prix Nobel de la paix.

Débrouillardise et agilité intellectuelle ne sont pas les seules qualités d’Ebata. Il est aussi de la même région et de la même ethnie – les Mbochi – que Denis Sassou-Nguessodont le fief familial, Oyo, est proche d’Ollombo. A la fin des années 2000, le jeune et ambitieux négociant se rapproche du clan au pouvoir, se liant notamment avec le fils du président, Denis Christel Sassou-Nguesso, ex-cadre de la SNPC et ministre de la Coopération internationale depuis 2021, ainsi qu’avec le cousin de celui-ci, Sylvain Lekaka, actuel directeur de cabinet du ministre des Finances et ancien administrateur d’Orion Oil. Ces intérêts croisés témoignent de la confiance accordée à Ebata par la famille régnant depuis quarante ans à Brazzaville. Pour la justice française, ils sont surtout le signe d’un système illicite dont le but est l’enrichissement mutuel des protagonistes.

«Il est juste dans la servitude»

«Sans être marié avec un membre de la famille, Ebata appartient au premier cercle du pouvoir. Il participe à sa conservation, décrit un bon connaisseur du secteur pétrolier congolais. Au Congo, il est plus important que n’importe quel ministre et même que le Premier ministre.» Son ascension a été pensée et accompagnée par le chef de l’Etat congolais en personne. «Il était prédestiné à devenir un petit pêcheur d’Ollombo ; il a gravi les échelons en devenant le principal lobbyiste de Sassou. Plus qu’un membre du clan, Lucien Ebata est l’homme du Président, qui lui a permis d’étudier, qui lui a donné accès au pétrole. Ebata lui doit tout, indique Andréa Ngombet, du collectif d’opposants Sassoufit. Il n’affiche ni ambition politique ni idéologie, il est juste dans la servitude.»

Au fil des années, Ebata – domicilié à Kinshasa (RDC) mais dont l’épouse et les deux enfants vivent à Paris – est devenu plus qu’un allié pour Denis Sassou-Nguesso. Le président du Congo, dont des proches ont été mis en examen par la justice française dans l’affaire dite des «biens mal acquis», a fait de lui un émissaire économique, confortant son poids politique. Par un décret du 19 juin 2017, soit un mois après avoir fait l’objet d’une perquisition en France, Ebata a été nommé «conseiller spécial du président de la République pour les financements extérieurs directs». Il bénéficie depuis cette date d’un passeport diplomatique. «Je m’attelle à trouver [à Sassou-Nguesso] des compétences intellectuelles de haut niveau pour aider le Congo à promouvoir son économie et à veiller au financement des investissements», fanfaronne Ebata devant la juge d’instruction, à Paris le 20 décembre 2021. L’homme d’affaires avait pour avocat Eric Dupond-Moretti jusqu’à la nomination de ce dernier comme ministre de la Justice.

Lucien Ebata a aussi été désigné par son pays président du comité de négociation technique avec le Fonds monétaire international. Il était en première ligne des discussions lorsque la république du Congo, lourdement endettée, a signé deux accords de prêts – pour 448 millions de dollars en 2019, suspendu ensuite, et 455 millions de dollars en 2021.

Un jet rempli de VIP

A Kinshasa aussi, Ebata est introduit dans les milieux d’affaires et la sphère politique. Le grand public ne connaît pas son visage, mais beaucoup de Congolais ont déjà entendu son nom. Les chanteurs les plus célèbres du pays lui dédicacent parfois leurs tubes – une pratique courante au Congo, qui s’exerce souvent contre rémunération. En 2018, Ebata est ainsi célébré dans Canne à sucre de la mégastar Fally Ipupa«Lucien est un homme réservé, mais qui aime la vie, la bourgeoisie, le grand salon et les femmes. Il aime se distinguer par des signes ostentatoires de la réussite, c’est pour ça que c’est un bon payeur auprès des musiciens, explique une de ses connaissances sur place. Il est compétent, c’est certain, mais pas toujours très prudent.»

L’envergure du personnage est telle que plusieurs publications sur l’actualité africaine se sont interrogées sur la nature réelle de ses ambitions : Lucien Ebata pourrait-il succéder à Denis Sassou-Nguesso à la tête du Congo ? L’intéressé a toujours nié. Cette hypothèse a circulé car l’homme d’affaires au train de vie faramineux s’est doté d’un outil d’influence qui ne doit rien au clan Sassou : il est le propriétaire du mensuel Forbes Afrique, distribué dans plus d’une vingtaine de pays francophones. Il a acheté le droit d’utiliser cette marque prestigieuse auprès du groupe américain Forbes en 2012, licence renouvelée en 2019 pour vingt ans. L’objet, édité à Paris avec une rédaction minuscule, sert surtout à mettre en avant les réussites économiques de certains entrepreneurs ou à applaudir les bilans forcément positifs des chefs d’Etat. Pour Ebata, c’est un instrument de relations publiques, permettant de cajoler des partenaires, des clients ou des amis.

Pour la soirée de lancement de Forbes Afrique, le 24 juillet 2012 à Brazzaville, Ebata, aidé par son communicant attitré, Stéphane Fouks, patron de Havas Worldwide, avait affrété depuis Paris un jet rempli de VIP : les ex-Premiers ministres Dominique de Villepin et Jean-Pierre Raffarin, l’ex-ministre des Affaires étrangères Roland Dumas, la journaliste Christine Ockrent mais aussi des cadres d’EADS et Alstom… Le mensuel avait aussi l’habitude d’organiser un forum annuel au Congo en juillet, lors duquel des personnalités politiques, grassement rémunérées, s’exprimaient : Nicolas Sarkozy, dont Ebata est un admirateur, s’y est ainsi rendu en 2014, accueilli par Sassou-Nguesso, toujours ravi de mettre en scène sa bonne entente avec la France. Nul doute que Lucien Ebata trouvait lui-même un avantage à parfaire l’image de son chef d’Etat, le meilleur allié de sa réussite.

 

 

Enquête Libé

Affaire Orion Oil : chaussures en alligator, palaces et grands crus… la vie fastueuse de Lucien Ebata

https://www.liberation.fr/ par Ismaël Halissat et Jérôme Lefilliâtre publié aujourd'hui à 17h55

Affaire Orion Oil : où est passé l'argent du pétrole congolais ? dossier

L’homme d’affaires de 53 ans dépensait sans compter, notamment en France, une fortune issue du pétrole congolais. Généralement en cash, et sans oublier d’arroser des proches et des dignitaires du régime de Sassou-Nguesso.

Libération révèle les rouages de ce qui pourrait être l’un des principaux circuits de détournement des recettes du pétrole congolais, de Paris à Brazzaville en passant par la Suisse et Monaco. En cause, la société Orion Oil et son patron Lucien Ebata, proche du président Denis Sassou-Nguesso et aux multiples relations avec des personnalités économiques et politiques françaises. 

«C’est quelle voiture que vous avez reçue ?» Au téléphone, Lucien Ebata semble perdu ce 6 décembre 2016, d’après une conversation interceptée par les enquêteurs des douanes judiciaires. Le concessionnaire, basé à Paris, rit et répond : «Ben, celle que vous nous avez commandée.» Le patron du groupe Orion ne se souvient plus de quel véhicule il est question. Il ne s’agit pourtant pas d’une citadine d’occasion mais d’une Bentley décapotable blanche. Le vendeur rappelle dans la conversation qu’il reste un solde de 274 435 euros à payer. Une paille. L’homme d’affaires a peut-être la mémoire qui flanche car il possède de nombreux véhicules en France à l’époque : deux Land Rover break, deux Porsche Cayenne, une Bentley Continental, une Mercedes Classe E et une Fiat 500. Il y a de quoi s’y perdre.

La fortune de Lucien Ebata se compte-t-elle en millions ou en milliards d’euros ? Mystère. Le Canado-Congolais de 53 ans ne figure pas dans les classements d’ultrariches qu’a l’habitude de publier le magazine Forbes, dont il possède une franchise pour l’Afrique francophone. Face à une juge d’instruction, le 20 décembre 2021, Lucien Ebata assure que ses «revenus annuels» sont compris entre 1 et 5 millions d’euros. Des chiffres qui semblent sous-évalués au regard de son train de vie délirant, très bien documenté dans l’enquête judiciaire qui lui vaut d’être mis en examen en France. C’est peu dire que Lucien Ebata mène la grande vie, financée à coups d’argent liquide dont les enquêteurs pensent qu’il provient d’un système élaboré de détournement de fonds publics au Congo-Brazzaville. Un montage sophistiqué qui profite aux dignitaires du régime de Denis Sassou-Nguesso, mais aussi à Ebata lui-même.

Interrogé en garde à vue en octobre 2021 sur un possible blanchiment, l’homme d’affaires avait déclaré : «Je réfute cette analyse.» Contacté par Libération, Lucien Ebata, présumé innocent, a répondu par la voix de son avocat, Me Antoine Vey : «Nous déplorons la violation du secret […]. Cette divulgation cause à M. Ebata et son groupe un important préjudice réputationnel.»

Une addition rondelette de 5 594 euros

A Paris, l’une des boutiques préférées du patron d’Orion est le magasin de vêtements Zilli, proche des Champs-Elysées. Des factures attestent qu’il y a dépensé en 2011 et 2012 plus de 235 000 euros – en espèces. Le 8 décembre 2011, il fait une razzia dans les rayons, s’allégeant en une seule visite de 38 000 euros pour acquérir costumes, chemises, pantalons et une paire de chaussures en alligator à 3 600 euros.

Pour ses repas parisiens, Lucien Ebata apprécie la cuisine du Laurent, un restaurant de luxe dans le VIIIe arrondissement. Le 31 mai 2012, en compagnie de dix convives, il s’en sort avec une addition rondelette de 5 594 euros, réglée en cash. Le menu est des plus fins : foie gras, langoustines, tronçons de turbot, homards, friands de pied de porc, le tout arrosé notamment d’un château d’Yquem 1961 et d’un Mouton Rothschild à 1 150 euros chacun.

A Paris où vivent son épouse et ses enfants, le patron d’Orion ne possède pas de bien immobilier. Il est en revanche propriétaire dans d’autres pays, en république démocratique du Congo, en Espagne, en Afrique du Sud… Ce patrimoine s’élève à plusieurs millions d’euros, selon des traces d’opérations bancaires retrouvées par les enquêteurs. A Paris, il a longtemps habité rue Beaujon, près de l’Arc de triomphe, pour un loyer mensuel de 5 500 euros. La famille a ensuite déménagé avenue Marceau, près des Champs-Elysées. Lors de la perquisition de son domicile en mai 2017, les douanes judiciaires ont découvert que l’homme d’affaires aimait particulièrement les montres de luxe. Ils en ont trouvé neuf, notamment des marques Rolex, Jaeger-LeCoultre, Chopard et Dior. Elles ont fait l’objet d’une estimation par un expert, qui a établi une fourchette allant de 38 200 à 56 850 euros pour l’ensemble.

Une facture d’hôtel de 493 000 euros

Pour voyager, Lucien Ebata utilise des avions privés de façon effrénée. Dans une note du 22 juin 2017, Tracfin, le service de renseignement financier de Bercy, note que la société Jet Monde a facturé aux différentes sociétés de l’homme d’affaires pour près de 7 millions d’euros de prestations lors des trois années précédentes. Lucien Ebata ne profite pas seul de cette vie extravagante : il entretient un vaste cercle de parents, d’amis et de collaborateurs, ainsi qu’un réseau d’officiels congolais, des relations à chérir pour la préservation de son business et son statut. Tout un petit monde qui apprécie les palaces parisiens. Les enquêteurs français ont récupéré auprès du Peninsula, le grand hôtel favori de l’homme d’affaires, des factures colossales à son nom ou à ceux de ses plus proches. Editée le 14 juillet 2017 après l’occupation pendant un mois et demi de deux chambres – dont la 111, une des suites les plus chères –, l’une d’entre elles s’élève à 493 000 euros.

L’un des invités les plus récurrents et onéreux du patron d’Orion est assurément l’ex-ministre des Finances du Congo Calixte Nganongo. Ce dernier a eu droit, entre 2016 et 2018, alors qu’il était membre du gouvernement, à une soixantaine de nuitées tous frais payés dans les plus beaux établissements, pour un montant total de 278 000 euros. Ce personnage central du régime de Brazzaville, ex-dirigeant de la Société nationale des pétroles du Congo, a toutes les attentions d’Ebata. Peu après la nomination de Nganongo au gouvernement en mai 2016, l’homme d’affaires lui a commandé pour 60 500 euros d’articles de maroquinerie et de chaussures dans une boutique des Champs-Elysées. Pour l’occasion, la vendeuse a été envoyée à Brazzaville afin de prendre la pointure du ministre. S’agissait-il d’un geste destiné à s’assurer les bonnes grâces du grand argentier ? «Il est possible que lorsque M. Nganongo [est] devenu ministre des Finances, il se soit adressé à moi pour le conseiller sur des vêtements et des chaussures», a répondu Lucien Ebata en garde à vue en octobre 2021. Un vrai ami.

 

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Manuela Roka Botey a été nommée Première ministre de Guinée équatoriale et devient la première femme de l’histoire de ce petit pays d’Afriq » ...la suite
Selon la Ligue tchadienne des Droits de l’Homme, au moins 11 civils ont été victimes d’exécution extrajudiciaire dans le lac Tchad. Dans un com » ...la suite
Les informations faisant état de la présence d'une nouvelle rébellion dans le sud du Tchad continuent de susciter des inquiétudes. D'après des » ...la suite
Il faut ouvrir des enquêtes sur les meurtres, la torture, les décès en détention et les détentions illégales d’un régime tchadien que la Fran » ...la suite
Un arbitrage favorable à une filiale du groupe Bolloré dans un litige l'opposant au port camerounais de Douala a été annulé à cause d'un "doute" » ...la suite
L'ONG Human Rights Watch (HRW) dénonce dans un rapport lundi 23 janvier des «meurtres», des «décès en détention», des «disparitions forcées » ...la suite
L’homme d’affaires canado-congolais Lucien Ebata ne mégotait sur les dépenses lorsqu’il s’agissait de soigner ses relations politiques ou di » ...la suite
Il y a trois mois, le 20 octobre, une manifestation de l’opposition, interdite par les autorités, était violemment réprimée. Le soir même, le p » ...la suite
Cette nouvelle mesure s’inscrit dans les différents chantiers du Secrétariat permanent du processus de Kimberley (Snppk) pour la mise en œuvre de » ...la suite
La cour d’appel de Paris vient de donner raison au Port de Douala dans sa bataille judiciaire contre Douala International Terminal(DIT), filiale des » ...la suite