Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » Les Centrafricains divisés sur les nouveaux tarifs officiels des transports en commun
Les Centrafricains divisés sur les nouveaux tarifs officiels des transports en commun

 

https://www.rfi.fr/ Avec notre correspondant à Bangui, Rolf Steve Domia-leu  Publié le 12/01/2023 - 12:57

En Centrafrique, une semaine après l’augmentation des prix des carburants à la pompe, les autorités ont fixé les prix publics pour des tarifs des transports en commun qui flambaient. Cet arrêté interministériel du lundi 9 janvier suscite des remous. Si certains Centrafricains pensent que cette décision est logique dans le contexte actuel, d’autres se plaignent de la cherté de la vie et demandent aux autorités de revoir ces prix à la baisse.

Assis sur le capot de son taxi à l’entrée du terminal nord de Bangui, Blaise prend connaissance de l’arrêté des ministères du Commerce et des Transports. « Désormais, nous allons transporter les clients taxi à 225 et les bus à 250, lance-t-il. Ça m'arrange parce que le prix est bon par rapport à notre pays. On ne peut pas contester le gouvernement. On travaille pour aider le pays afin qu'il se développe ». 

Pour les voyageurs collectifs en taxi, le tarif de jour est de 225 ou 300 la course, 350 à 400 la nuit. 250 et 400 FCFA la course en moto-taxi selon le kilométrage. 200 francs par personne en minibus en ville. 

« On va faire comment pour pouvoir joindre les deux bouts ? » 

Si ces prix sont favorables aux conducteurs, certains usagers ne cachent pas leurs mécontentements. Au carrefour Marabena, Saoule Bélissaire attend depuis 20 minutes. Il n’est pas prêt d’accepter ces tarifs. « Dans ce pays, les gens prennent des décisions sans pour autant informer la population, se plaint-il. Nous demandons au gouvernement de voir d'abord le bas peuple lorsqu'il y a des décisions comme ça. Il faudrait qu'il puisse voir le bas peuple, qu'il puisse revenir un peu à la base pour voir un peu la réalité du pays. Là, maintenant, les salaires ne sont pas augmentés. On va faire comment pour pouvoir joindre les deux bouts ? » 

Un peu plus loin, au croisement relais Sica, Ruffin, un autre usager. Bonnet de tricot sur la tête, il pense que la décision des autorités est salutaire dans le contexte actuel. « On n'a pas le choix, lâche-t-il. Je profite de cette occasion pour dire aux Centrafricains d'accepter ça, moralement, physiquement. Et tous ensemble, on va s'en sortir ! » 

« Le gouvernement a ce devoir de réguler le secteur » 

Depuis l’augmentation de plus de 50 % des prix des carburants, les prix des transports avaient explosé de manière anarchique. Les autorités veulent donc encadrer et harmoniser les tarifs, comme l’assure le ministre des Transports, Herbert-Gontran Djono Ahaba, au micro de François Mazet de la rédaction Afrique : « Ce prix se pratiquait déjà, donc nous avons rendu officiel ce qui se pratiquait déjà à l'informel pour que tout le monde se conforme à cela. Il faut réguler le secteur. On ne peut pas laisser le secteur des transports, en ce qui concerne les tarifs, aller dans tous les sens. Je pense que le gouvernement a ce devoir de réguler le secteur, d'harmoniser les prix, de les rendre officiels. Il faut aussi minimiser l'inflation due au rétablissement de prix réels de carburant à la pompe. » 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Sevré des financements internationaux, le pays revient peu à peu sur le marché domestique pour mobiliser des ressources nécessaires au financement » ...la suite
La Guinée Equatoriale et la République Centrafricaine vont œuvrer ensemble à lutter contre la pénurie des produits pétroliers en Centrafrique. » ...la suite
Cette décision proviendrait d’une montée des tracasseries routières sur la partie centrafricaine du corridor Douala-Bangui, notamment sur le traj » ...la suite
Le Fonds monétaire international (FMI) encourage la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) à stopper la cryptom » ...la suite
La hausse des prix des hydrocarbures continue de susciter des réactions. Le Groupe de travail de la société civile (GTSC) parle d’arnaque et d’ » ...la suite
En Centrafrique, deux jours après l’augmentation jusqu'à 80 % des prix des carburants par le gouvernement, la plupart des usagers se disent asphyx » ...la suite
Sa promotion au poste d’administrateur directeur général de cette filiale du groupe bancaire basé à Lomé, au Togo, a été approuvée depuis no » ...la suite
Sur l'avenue Boganda, la station d'essence Tradex est déserte, seule une chèvre erre entre les pompes à sec: à Bangui, la capitale de la Centrafri » ...la suite
Washington, DC: Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) emmenée par M. Abebe Aemro Selassie, Directeur du Department Afrique du FMI, s’ » ...la suite
Annoncé depuis octobre 2019, le projet d’injection d’une nouvelle gamme de billets et pièces dans la zone Cemac (Cameroun, Gabon, Congo, RCA, Gu » ...la suite