Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Point de vue » CENTRAFRIQUE : IL NE FAUT PAS SE TROMPER DE COMBAT par Adolphe Pakoua
CENTRAFRIQUE : IL NE FAUT PAS SE TROMPER DE COMBAT  par Adolphe Pakoua
Depuis son accession à l'indépendance, le CENTRAFRIQUE est l'un des rares pays africains à avoir changé plusieurs fois de Présidents, si ce n'est le pays qui détient le record du continent dans ce domaine. Ces changements ont-ils été l'expression d'une respiration politique démocratique parfaite et saine ou plutôt les résultats provoqués par les secousses d'une gestion aléatoire et calamiteuse de systèmes politiques mis en place par les différents hommes qui ont eu la charge de conduire ce pays dans la situation où il se trouve actuellement ?

Personne n'aura besoin d'une loupe pour chercher la réponse à ces deux questions. Le CENTRAFRIQUE est aujourd'hui dans l'abîme à cause d'un bon nombre de ces hommes politiques, qui n'ont jamais eu à fixer, dans leurs différentes politiques, un véritable cap pour le pays. Des plans et des projets, certains parfois irréprochables et bien pensés, se sont succédé, sans jamais aboutir, par manque de suivi. Et ce constat, très amer, a été la ligne directrice de tous les gouvernements qui se sont succédé, les hommes ne sachant pas quelles étaient les priorités à poursuivre, quels que fussent les changements politiques. Ils se sont toujours cantonnés dans un archaïsme primaire, incapables d'innovation et d'esprit de créativité, pour adapter les différentes politiques menées aux réalités du pays.

L'université de BANGUI qui, à sa création devait contenir quelques centaines d'étudiants, est aujourd'hui une boîte de sardines élastique, qui ne souffre pas d'accueillir plus de dix mille malheureux étudiants. L'on peut multiplier les exemples, ils sont tous, autant parlants.

Et tout ça a été possible parce que dans ce pays, il suffit qu'on vous paie votre salaire, et quel salaire, pour que vous ne trouviez plus de raison de vous plaindre, quand bien même vous n'auriez plus d'hôpitaux pour vous soigner, plus de places pour vos enfants à l'école, plus de routes pour vous déplacer en toute sécurité, la liste est longue. Vous ne pourriez plus vous plaindre, vous avez été payé.

Les CENTRAFRICAINS devraient comprendre que les accords de LIBREVILLE ne se sont pas contentés de nommer un PREMIER MINISTRE issu de l'opposition. En fait, en imposant cette disposition au chef de l

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Sur le front de l’économie, “ce nouveau (?) quinquennat et cette nouvelle législature vont trouver une France exsangue, faible, désorientée” » ...la suite
Fondateur du Cercle français des économistes, Jean-Hervé Lorenzi accueillera bientôt à Aix-en-Provence les Rencontres économiques annuelles (8- » ...la suite
Je te remercie infiniment pour l'envoi du livre "Le traître et le néant" qui m'a aidé à mieux cerner la psychologie de celui que tu as joliment ap » ...la suite
Le 2 mars, l’Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution déplorant l’agression commise par la Russie contre l’Ukraine et » ...la suite
Comme convenu, je t'envoie le livre qui décode un traître sorti du néant pour diriger la France et qui de ce fait a pris la grosse tête, se croy » ...la suite
Charles Millon. Pour comprendre la situation actuelle, il faut revenir à la double erreur historique qui a été commise par tous les gouvernements m » ...la suite
Alors que le dialogue national inclusif vient d'être reporté au 10 mai prochain, Succès Masra redoute une prolongation de la durée de la Transitio » ...la suite
Mon très cher ami David La communauté de destin de nos deux pays où l'accélération de l'histoire de l'agonie d'une certaine FrançAfri » ...la suite
À New York, le Conseil de sécurité des Nations unies se réunit ce vendredi 12 novembre 2021 pour débattre et voter sur le renouvellement de la Mi » ...la suite
Mon cher ami Traoré, Dans ton dernier courrier tu me faisais remarquer la très grande similitude politique entre nos deux pays, curieusement » ...la suite