Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique : la rébellion accuse le pouvoir de ne pas respecter les accords de paix
Centrafrique : la rébellion accuse le pouvoir de ne pas respecter les accords de paix
LIBREVILLE (AFP) - 30.01.2013 17:19 - L'un des porte-parole de la coalition rebelle du Séléka a reproché mercredi au pouvoir centrafricain le non-respect de certains termes des accords de paix signés à Libreville concernant notamment la nomination d'un ministre de la Défense issu de l'opposition.

"Le président Bozizé (...) a fait disparaître le poste de ministre de la Défense et a préféré créer un poste de ministre délégué à la Défense. Donc en d'autres termes, il reste encore le chef de l'Etat ministre de la Défense qui ne dit pas son nom", a affirmé dans un entretien à l'AFP à Libreville le porte-parole du Séléka Florian Ndjadder.

A l'issue des négociations entre rebelles et pouvoir à Libreville le 11 janvier, auxquelles avait participé M. Ndjadder, l'opposant Nicolas Tiangaye avait été nommé Premier ministre, et un nouveau gouvernement d'union nationale, en attente de formation, devait notamment accueillir un ministre de la Défense issu du Séléka.

M. Ndjadder a également redemandé "le départ inconditionnel des forces sud-africaines (...) venues au secours de François Bozizé", comme le prévoyaient les accords de paix, affirmant que "l'Afrique du sud est en train de s'ingérer dans les affaires centrafricaines".

"Nous avions demandé dans nos premières conditions de cessez-le feu la libération de tous les détenus politiques arrêtés suite aux évènements, or jusqu'à ce jour ils ne sont pas libérés (...) on a pas eu de suites" a également critiqué le porte-parole.

De source concordantes mardi, des éléments du Séléka se sont livrés à des pillages dans plusieurs villes du sud du pays, peu après l'attaque d'une zone d'extraction de diamants à Dimbi et celle de la ville de Kembé (centre sud), commettant "des pillages, des destructions d'édifices et des assassinats" selon le ministère de la Défense.

M. Ndjadder a pour sa part confirmé des mouvements de la rébellion dans la région affirmant que celle-ci voulait sécuriser "l'accès à l'Oubangui Chari", fleuve marquant la frontière avec les deux Congo.

Après une offensive-éclair qui les avait amenés jusqu'aux portes de Bangui, les rebelles avaient accepté le 11 janvier à Libreville un cessez-le-feu et le retrait des zones occupées.

© 2013 AFP

1 commentaire

M
Un des porte parole dit que ce sont des éléments incontrôlés et un autre que ce sont des mouvements pour sécuriser l'accès à l' oubangui chari.ils nous prennent pour des cons

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L'ex-chef de l'Etat centrafricain François Bozizé a pris la tête de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), rébellion qui veut renver » ...la suite
Depuis le début de l'année en République centrafricaine (RCA), le nombre de cas symptomatiques du nouveau coronavirus semble doubler, tandis que le » ...la suite
Le procès de deux miliciens centrafricains doit s’ouvrir le 16 février devant la Cour pénale internationale (CPI) à La Haye. Alfred Yekatom Romb » ...la suite
Routes coupées, villages abandonnés par leurs habitants : depuis fin décembre, la Centrafrique est plongée dans ce que les grands médias appellen » ...la suite
Comment organiser des élections crédibles dans un pays contrôlé aux trois quarts par des groupes armés, et où deux électeurs sur trois ne peuve » ...la suite
Une rencontre a bien eu lieu entre une délégation de l’ancien président centrafricain Francois Bozizé et des émissaires de la région afin de d » ...la suite
La guerre d’influence entre Paris et Moscou ne cesse de prendre de l’ampleur à Bangui. Dernier épisode en date : l’infiltration supposée d’ » ...la suite
Face aux attaques des rebelles depuis la réélection contestée du président centrafricain le 27 décembre, les casques bleus travaillent main dans » ...la suite
La RCA a fait l’objet d’une publication de mondafrique.com, le 27 janvier dernier. Ce site internet affirme, en titre de son article : « le désa » ...la suite
L’ex-président centrafricain, accusé de diriger l’insurrection en cours dans son pays, n’a pas officiellement reconnu son implication.Renvers » ...la suite