Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Point de vue » CENTRAFRIQUE : LA HAINE D'UN PRESIDENT par Etienne MOWORO
CENTRAFRIQUE : LA HAINE D'UN PRESIDENT par Etienne MOWORO
.

Après deux semaines de consultations et de conciliabules prises par le PREMIER MINISTRE pour composer un gouvernement d'union nationale comme le préconisaient les accords de LIBREVILLE, les CENTRAFRICAINS se sont réveillés le dimanche matin, 3 Février 2013, avec l'annonce de la composition d'un gouvernement supposé d'union nationale, gouvernement qui va donner beaucoup d'espoir aux CENTRAFRICAINS qui se croyaient enfin sortis d'une longue période d'incertitude et d'angoisse, tant la situation du pays était floue et sans horizon clair.

Le désenchantement du peuple n'a pas tardé à se faire jour, à cause une fois de plus du comportement combien honteux de celui qui prétend présider aux destinées de ce pays. Par ce qu'il croit être de la ruse ou encore de la roublardise, BOZIZE ne fait que mettre en relief la HAINE qu'il a pour le CENTRAFRIQUE et son PEUPLE.

Pendant les dix années qu'il a passées au pouvoir, il n'a fait qu'enfoncer le CENTRAFRIQUE dans l'abîme. Toutes les photos prises du CENTRAFRIQUE aujourd'hui sont là pour le prouver. Il suffit de voir l'état des hôpitaux, des établissements scolaires, des bâtiments publics, des routes et de tout ce qui fut hier la représentation de ce qui n'était qu'un embryon d'infrastructures pour s'en convaincre.

Pendant dix ans, BOZIZE a réussi à faire classer le CENTRAFRIQUE au premier rang des pays les plus pauvres au monde, et il ne s'en est pas caché en déclarant lui même que le CENTRAFRIQUE était un « pays pauvre » parmi les plus pauvres, un pays pauvre qui a fait de ses fils et de ses neveux des millionnaires si ce sont des milliardaires.

La naissance du FARE 2011 a été possible grâce aux fraudes de grande ampleur enregistrées lors des élections présidentielle et législatives, élections truquées pour perpétrer le pouvoir d'un individu parvenu à la magistrature suprême par le biais d'un coup de force antidémocratique.

Tout comme le FARE 2011, la coalition SELEKA a vu le jour à cause de l'entêtement d'un individu qui ne souhaite que le mal pour ce pays. Un individu qui verrait d'un bon

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Dix ans après le lancement de Serval au Mali, l’ancien président de la République française (2012-2017) affirme, dans une interview à RFI et Fr » ...la suite
Le sociologue centenaire évoque les conflits traversés et plaide pour une résolution négociée du conflit en Ukraine. Le jour est gris, il pleu » ...la suite
Emmanuel Macron a accusé la Russie d'alimenter une propagande anti-française en Afrique pour servir un "projet de prédation" sur des pays africains » ...la suite
En Centrafrique, après sa lettre au président Faustin-Archange Touadéra, Danièle Darlan sort maintenant de son silence médiatique. L'ex-présiden » ...la suite
Dans le discours controversé qu'il a prononcé du haut de la tribune des Nations unies le 24 septembre dernier, le Premier ministre malien par intér » ...la suite
ENTRETIEN. L’économiste et ancien ministre togolais publie un livre plaidoyer dans lequel il propose un nouveau modèle économique basé sur le n » ...la suite
Je reviens de Bangui et ce que j'y ai vu m'a laissé complètement pantois : absence de rues praticables, chaussées abandonnées aux motos-taxis qui » ...la suite
En Centrafrique, c’est la parole d’un homme de paix : le cardinal Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui, s’inquiète de la montée des d » ...la suite
Cette Chronique n’a pas pour objet de dire à l’Afrique qu’elle doit choisir son camp dans la guerre invisible que se livrent l’Occident et la » ...la suite
Cette Chronique n’a pas pour objet de dire à l’Afrique qu’elle doit choisir son camp dans la guerre invisible que se livrent l’Occident et la » ...la suite