Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique : attaque d'une localité du Nord: un simple incident, selon la rébellion
Centrafrique :  attaque d'une localité du Nord: un simple incident, selon la rébellion
LIBREVILLE AFP / 02 mars 2013 21h48 - Un porte-parole de la coalition rebelle Séléka, Eric Massi, a qualifié samedi de simple incident et de malentendu l'attaque jeudi de Sido, une localité du nord de la Centrafrique, par une faction de la rébellion et affirmé qu'il n'y avait eu aucun mort.

« A Sido, des éléments des forces armées centrafricaines (Faca) qui y étaient stationnés se sont ralliés au Séléka. Nous avons envoyé des véhicules pour formaliser les choses, mais lorsqu'ils sont arrivés, une partie des éléments Faca ont tendu une embuscade. Nos éléments ont tiré en l'air et les Faca ont pris la fuite. C'est un malentendu qui n'a pas fait de mort, ni de blessé », a affirmé M. Massi par téléphone à l'AFP.

« Ce n'était pas une attaque en règle, il ne s'agissait que de rejoindre les 14 Faca qui souhaitaient se rallier, et qui sont actuellement à Sido avec nos hommes (...) c'est vrai que ça a suscité un peu de panique, cela nous a surpris aussi, mais ce n'est qu'un simple incident », a souligné le porte-parole.

Cependant, une figure importante du Séléka le Général Mohamed Dhaffane, ministre dans le gouvernement d'union nationale centrafricain, a condamné avec la plus grande fermeté cet acte qui aurait pu mettre un arrêt au processus de paix né des accords de Libreville, dans un communiqué, samedi.

De source militaire centrafricaine, sous couvert d'anonymat, vendredi, « des éléments du Séléka, en provenance du Tchad, ont attaqué jeudi la localité de Sido, qui fait frontière avec le Tchad. L'attaque a visé la sous-préfecture, la base des forces armées centrafricaines, la gendarmerie, le poste des douanes, le commissariat ».

« Toutes les autorités locales, les éléments des Forces armées centrafricaines (Faca) basés sur place ont été surpris par l'attaque et ont fui vers le Tchad, de même que la population civile. La localité est présentement occupée par les rebelles », a ajouté la même source.

Sur une radio locale, le ministre de la Communication et l'un des responsables du Séléka, Christophe Gazam Betty, a confirmé qu'il y avait eu une attaque et l'a aussitôt condamnée, qualifiant celle-ci de dérapage.

M. Gazam Betty devrait éviter de jeter de l'huile sur le feu, a pour sa part commenté M. Massi.

Mi-décembre, les rebelles du Séléka avaient pris les armes contre le régime du président Bozizé, menaçant la capitale Bangui. Après avoir signé un accord de paix le 11 janvier à Libreville, la coalition rebelle a accepté de participer à un gouvernement d'union nationale.


(©)

4 commentaires

D
il y a des situations qui sont intenables et insoutenable militairement et poitiquement, sinon comment comprendre que: Des soldats FACA soient encore à la frontière à SIDO, alors que les villes tout autour, sont occupées par les rebelles tells que : Kabo, Batangafo, Kaga-Bandoro, Bouca,..
Aussi, comment explpées par les rebelles tells que : Kabo, Batangafo, Kaga-Bandoro, Bouca,..
Aussi, comment expliquer autrement que de croire que les soldats tchadiens ont laissés faire, ou ont participé à cette "nouvelle rebellion", car ils ne peuvent pas entrer dans la ville de Moyenne SIDO, avec des vehicules 4X4 en venant du Tchad, sans que les gardes frontières ne les voient, c'est IMPOSSIBLE, les deux villes son separées par une bande terre et un pont de moins de 2 kilometres.
Politiquement, il est inadmissible et plus en encore sucidiaire qu'un ou des Ministre (s) issu de cette même rebellion puisse tenir (ent) des prospos en contradiction avec l'esprit de solidarité au sein de la coalision, ce qui leur poser des problèmes de crédibilité, ils scient l'arbre sur lequel, il doivent s'asseoir et à terme, ne pourront plus aller sur le terrain pour calmer leurs soldats, car c'est dangereux de réagir à la moindre situtation contre son propre camps, espérant qu'étant Ministre, on est à l'abri, c'es une connérie, qu'ils doivent éviter, il faut savoir prendre la mesure des nouvelles évolutions sur le terrain, analyser, et surtout, ne pas candamner sans trop, savoir la réaction des chefs militaires sur le terrain, car vous allez vous couper de votre base, n'oubliez surtout pas que les autres, n'ont pas encore compris pourquoi, l'application des accords traine, alors il faut rester plus diplômate et se garder de condamner sans se faire piéger, sinon, vous perdez votre crédibilité, pendant BOZIZE, lui fais le dos rond, utilise l'argent du peuple pour ses aventures militaires!
» lire la suite
R
Monsieur Massi je penses que tu es fou tout en disant que c'est un incident et non une attaque. Qu'es ce que tu vas dire par-apport à la déclaration de Monsieur Djiader? faut pas nous prendre des des enfants. Les pays nous appartient tous.
H
Massi:-) reste tranquillement dans ton trou en France, occupe toi de tes affaires et arrête de te mêler de l'histoire d'un pays qui n'est pas le tien. Tu ne sais même pas de quoi tu parles donc autant fermer ta gueule. Si t'es déterminé à parler, vient à Bangui et lutte comme tout bon centrafricain qui se souci . Si t'es déterminé à parler, vient à Bangui et lutte comme tout bon centrafricain qui se souci réellement de son pays. » lire la suite
C
Aux intervenants, Pensez vous que les centrafricains aiment leur pays? Mon oeil! Les centrafricains sont les pires de noirs. Ils ont un ego démésuré, ils sont prétentieux, ils sont malhonnêtes, profito situationnistes, tribalistes, corrompus, paresseux, aucun sens patriotique. Merci à SELEKA de leur donner un coues, tribalistes, corrompus, paresseux, aucun sens patriotique. Merci à SELEKA de leur donner un coup de pied dans les fesses. Puisqu'ils ne veulent pas changer les choses, les étrangers le feront à leur place. La nature a horreur du vide. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Deux décennies après la désintégration de l’URSS, la Russie occupe à nouveau une place significative dans l’échiquier de la géopolitique in » ...la suite
Les participants à un séminaire sous régional sous le thème « L’Union africaine à l’aune de la question du Sahara : Comment passer d’une d » ...la suite
Il y a une méconnaissance de l'histoire des Etats, et certains en profitent pour avancer le principe de l'intangibilité des frontières après la co » ...la suite
La République Centrafricaine a émis des accusations à l’endroit de la France, faisant suite aux déclarations hostiles du ministre hexagonal des » ...la suite
La République Centrafricaine a émis des accusations à l’endroit de la France, faisant suite aux déclarations hostiles du ministre hexagonal des » ...la suite
Amnesty International l’appel “L’armée secrète de Vladimir Poutine”, les observateurs parlent d’un outil géopolitique du Kremlin. Depuis » ...la suite
Bangui revendique la liberté de choisir ses partenaires et la coopération avec la Russie a permis d’atteindre des résultats jusque-là inégalés » ...la suite
A l'heure de la multiplication des fake news et des attaques informationnelles, impossible de gagner la guerre sans pratiquer la cyber-influence et co » ...la suite
L’émissaire de l’ONU en Centrafrique, Mankeur Ndiaye, a mis en garde contre « tout retard ou la non-tenue » des élections locales, lundi 18 oc » ...la suite
Trois mois après la reconduction de l’embargo sur les armes à destination de la République centrafricaine, une mission du Comité de sanctions de » ...la suite