Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique: la direction de Séléka "indignée" et "dépitée" après l'attaque contre Bangassou
Centrafrique: la direction de Séléka "indignée" et "dépitée" après l'attaque contre Bangassou
Bangui 13.03.2013 à 11h27(Xinhua) - Le ministre centrafricain de la Communication Christophe Gazam Betty, l'un des cinq dirigeants de la coalition rebelle Séléka avec le leader lui-même Michel Am Nondokro Djotodia au sein du gouvernement d'union nationale dirigé par l'opposant Nicolas Tiangaye, s'est dit "indigné" et "dépité" après l'attaque rebelle de lundi matin contre la ville de Bangassou.

"C'est un comportement de brigands", s'est éructé le ministre Gazam Betty lundi soir au terme d'un conseil de cabinet qui, parmi ses principaux dossiers, a débattu des nouvelles attaques rebelles dans le pays après la signature des accords de paix le 11 janvier à Libreville au Gabon suivie de la formation d'un gouvernement d'union nationale le 3 février, dans l'objectif de mettre un terme dans la crise politique qui oppose depuis décembre le pouvoir du président François Bozizé et Séléka.

C'est la même réaction qu'il avait eue à la suite de l'attaque enregistrée fin février contre la localité de Sido (Nord), à la frontière entre la République centrafricaine (RCA) et le Tchad. Une attaque attribuée au chef rebelle d'origine tchadienne Nourradine, avec l'appui de "90 éléments tchadiens qui se sont retrouvés dans Séléka", avait alors laissé entendre Gazam Betty.

"C'est de l'indignation, la consternation, le dépit. Je ne comprends pas pourquoi ce comportement de voyous", a-t-il martelé concernant l'attaque de Bangassou, une localité du Sud-est centrafricain, à la frontière avec la République démocratique du Congo (RDC).

Cette nouvelle attaque a été attribuée à la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) fondamentale, une des factions de Séléka dirigée par le Centrafricain Noureddine Adam qui, après avoir boycotté les pourparlers de paix tenus dans la capitale gabonaise sous les auspices des dirigeants de la Communauté des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC, à laquelle la RCA appartient), s'est rendu à N'Djamena au Tchad avant de regagner Bangui lundi soir.

"On attend de voir ce qu'il veut exactement", a dit du chef rebelle Christophe Gazam Betty, évoquant une ligne de partage au sein de Séléka, alliance rebelle ayant pris les armes en décembre pour renverser le pouvoir du président Bozizé avant d'accepter de signer les accords de paix de Libreville et de participer au gouvernement d'union nationale, et dans le pays "entre ceux qui veulent la paix et ceux qui ne veulent pas cette paix".

D'après lui, "ce n'est pas à cause de petites minorités qui s'excitent que le processus de normalisation de la République centrafricaine va s'arrêter. S'ils ne veulent pas arrêter, on va les contraindre à arrêter".

Vingt-quatre heures après l'attaque, aucun bilan officiel n'est connu, les sources gouvernementales faisant état d'absence de moyens de communication dans la région concernée.

4 commentaires

V
Que les gens soient clairs et sérieux. Ce Nourredine ou Nourradine, est-ce un Tchadien ou un Centrafricain? Quelle est sa nationalité exacte? La petite minorité dont parle Gazambéti est-elle capable de mener une guerre farouche pour récupérer une ville aussi militarisée comme B est-elle capable de mener une guerre farouche pour récupérer une ville aussi militarisée comme Bangassou? » lire la suite
S
la responsabilité des responsables de la SELEKA est et demeure entière face à toutes les attaques avant , pendant et après l'accord de Libreville.A mon humble avis ce sont des pyromanes, ils ont allumé un feu etsont incapables de l'éteindre.Ils ne peuvent pas se dédouaner en parlant d' éléments incontrôlés t incapables de l'éteindre.Ils ne peuvent pas se dédouaner en parlant d' éléments incontrôlés ,de petites minorités.Ils auront à répondre de leurs actes devant la CPI. Je n'arrive pas à comprendre la logique des mouvements rebelles. Ils dénoncent la malgouvernance du pouvoir central et au lieu de descendre à bangui , ils restent en province pour s'en prendre aux paisilbes paysans quin'ont rien avoir avec la gestion de la chose publique. Comment une convention des partiotes pour la justice et la paix peut -elle tuer, voler, détruire les patrimoines du pays? » lire la suite
P
Les barbaries de ces derniers temps nous emmènent à poser la question sur la crédibilité et le sens du patriotisme des rebelles Seleka.Peut-on dire qu'il y a une différence entre BOZIZE et Seleka?Les quelques éléments de Seleka dans le gouvernement avec des costumes bien taillés osent s'indigner. Vous avez atteents de Seleka dans le gouvernement avec des costumes bien taillés osent s'indigner. Vous avez atteint vos objectifs, honte à vous. Ils feront mieux d'enlever leurs costumes et de descendre en brousse pour arrêter les masacre des vrais centrafricains. La cupidité, l'instinct animal et la lacheté de ceux-la, empêchent les vrais centrafricains de vivre en paix sur leur terre natale. » lire la suite
1
Gazambeti ne peut pas démontrer ses limites en restant dans son fauteuil ministériel et laisser ses éléments incotrôlés tuer nos parents en provinces.
Gazambeti et Djotodja devrait finir ce qu'ils avaient commencé pour qu'on tourne définitivement la page de bozize et se ouialles.

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les relations entre la France et ses anciennes colonies africaines connaissent des tensions inédites, du nord au sud du continent en passant par l’ » ...la suite
La France a fait le choix de réduire ses effectifs militaires sur le continent africain. L'armée française a-t-elle la capacité de limiter l’inf » ...la suite
Deux décennies après la désintégration de l’URSS, la Russie occupe à nouveau une place significative dans l’échiquier de la géopolitique in » ...la suite
Les participants à un séminaire sous régional sous le thème « L’Union africaine à l’aune de la question du Sahara : Comment passer d’une d » ...la suite
Il y a une méconnaissance de l'histoire des Etats, et certains en profitent pour avancer le principe de l'intangibilité des frontières après la co » ...la suite
La République Centrafricaine a émis des accusations à l’endroit de la France, faisant suite aux déclarations hostiles du ministre hexagonal des » ...la suite
La République Centrafricaine a émis des accusations à l’endroit de la France, faisant suite aux déclarations hostiles du ministre hexagonal des » ...la suite
Amnesty International l’appel “L’armée secrète de Vladimir Poutine”, les observateurs parlent d’un outil géopolitique du Kremlin. Depuis » ...la suite
Bangui revendique la liberté de choisir ses partenaires et la coopération avec la Russie a permis d’atteindre des résultats jusque-là inégalés » ...la suite
A l'heure de la multiplication des fake news et des attaques informationnelles, impossible de gagner la guerre sans pratiquer la cyber-influence et co » ...la suite