Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Centrafrique: nouveau gouvernement d'union nationale
Centrafrique: nouveau gouvernement d'union nationale
BANGUI AFP / 31 mars 2013 22h20 - Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye a nommé dimanche un gouvernement d'union nationale composé de membres de la rébellion, d'anciens opposants et de membres de la société civile, selon un décret lu à la radio nationale.

Composé de 34 membres, le gouvernement comprend neuf ministres issus de la coalition rebelle Séléka au pouvoir depuis une semaine, huit issus de l'ancienne opposition et un ex-proche du président déchu François Bozizé. Les 16 autres membres sont issus de la société civile et de différentes formations politiques.

Parmi les personnalités du Séléka, se retrouvent aux postes clés: Gontran Djono au Pétrole, Nourendine Adam, chef de la rébellion de la Convention des patriotes pour la justice et la Paix (CPJP), à la Sécurité, Mohamed Moussa Dhaffane aux Eaux et forêts, ainsi que Christophe Gazam Betty à la Communication.

Le président Michel Djotodia assumera également la charge de ministre de la Défense.

Du coté de l'ancienne opposition, le poste de Ministre de l'Equipement et porte-parole du gouvernement revient à Crépin Mboli Gonda, les Affaires étrangères à l'ancien ambassadeur de Centrafrique aux Nations unies Charles Armel, et les Postes et télécommunications à l'opposant Henri Pouzère.

Le Premier ministre sortant, lui-même issu de l'opposition, a été reconduit mercredi dans ses fonctions par le nouvel homme fort de la Centrafrique, l'ex-rebelle Michel Djotodia. Il avait promis que toutes les tendances de la vie politique seraient représentées dans son nouveau gouvernement, comme le prévoyait l'accord signé en janvier à Libreville entre pouvoir, opposition et rébellion.

Mais, bien que plusieurs dirigeants de l'ancien régime de François Bozizé, tombé le 24 mars, se soient dits prêts à coopérer, un seul a été retenu: Claude Lenga, qui hérite du poste de ministre délégué à l'enseignement professionnel et fondamental.

Afin de respecter à la lettre les accords, M. Tiangaye a nommé un représentant politico-militaire et ancien cadre du CPJP au ministère de la jeunesse, des sports et de la culture, Abdoulaye Hissène.

Celui-ci était peu apprécié de la rébellion qu'il n'a pas soutenue après avoir déposé les armes suite à de précédents accords de paix avec l'ancien régime.

La plupart, sinon toutes les provinces du pays sont représentées dans le nouveau gouvernement.

Après la prise de contrôle de la majeure partie du pays en décembre par le Séléka, qui s'était retrouvé aux portes de Bangui, et l'accord de Libreville en janvier, la rébellion avait accusé le pouvoir de ne pas respecter celui-ci, avant de prendre la capitale pendant le week-end des 23 et 24 mars.

Le président déchu Bozizé s'est réfugié au Cameroun et a demandé l'asile au Bénin.


(©)



Centrafrique : Michel Djotodia annonce la composition du gouvernement

Michel Djotodia, qui a pris le pouvoir le 24 mars en Centrafrique au terme de l'offensive éclair des rebelles du Séléka, a dévoilé dimanche la composition du nouveau gouvernement provisoire. Il s'y arroge cinq ministères, dont celui de la Défense.

Composé de 34 membres, le gouvernement comprend neuf ministres issus de la coalition rebelle Séléka au pouvoir depuis une semaine, huit issus de l'ancienne opposition et un ex-proche du président déchu François Bozizé. Les 16 autres membres sont issus de la société civile et de différentes formations politiques.

Parmi les personnalités du Séléka, se retrouvent aux postes clé: Gontran Djono au Pétrole, Nourendine Adam, chef de la rébellion de la Convention des patriotes pour la justice et la Paix (CPJP) à la Sécurité, Mohamed Moussa Dhaffane aux Eaux et forêts, ainsi que Christophe Gazam Betty à la Communication.

Le président Djotodia assumera également la charge de ministre de la Défense. Le poste de Ministre de l'Equipement et porte-parole du gouvernement revient à un membre de l'ancienne opposition démocratique, Crépin Mboli Goumba.

Le Premier ministre sortant, lui-même issu de l'opposition, a été reconduit mercredi dans ses fonctions par le nouvel homme fort de la Centrafrique, l'ex-rebelle Michel Djotodia. Il avait promis que toutes les tendances de la vie politique seraient représentées dans son nouveau gouvernement, comme le prévoyaient l'accord signé en janvier à Libreville entre pouvoir, opposition et rébellion.

Mais, bien que des dirigeants de l'ancien régime de François Bozizé, tombé le 24 mars, s'étaient dits prêts à coopérer, un seul a été retenu. Par ailleurs la plupart, sinon toutes les provinces du pays sont représentées dans le nouveau gouvernement.


(ats / 31.03.2013 22h10)

17 commentaires

O
Mes chers centrafricains, la faute est la votre, non pas de Bozizé, du Seleka ou de Dieu. Vous acceptez que le changement du pouvoir soit régulièrement fait avec les morts, vous justifiez maintenant Seleka mais votre mémoire est courte car vous avez justifié aussi Bozizé lors de sa prise de pouvoir que vous avez mémoire est courte car vous avez justifié aussi Bozizé lors de sa prise de pouvoir que vous avez confirmé par les élections en 2005. La démocratie n'a rien à voir avec la violence et vous devriez seulement condamner tous ce qui abusent de la population pour avoir le pouvoir. Vous croyez que ce nouveau monsieur du Seleka abandonnera le pouvoir dans 3 ans? Vous pensez que Tiangaye est là pour le bien du pays? Regardez votre histoire mes chers amis, qui n'est qu'une liste de violence, sang, corruption, ignorance, intolérance, autoritarisme. » lire la suite
M
Toujours pas assez de femmes. Ah ! Ces phallocrates, surtout quand ils sont du nord (Vakaga et Bamingui Bangoran). Est-ce des femmes valeureuses qui manquent dans ce pays ? Ne savent-ils pas encore que l'application du genre est une stratégie de développemment ? Suivez l'exemple de Kagame du Kigali chez qui la stratenre est une stratégie de développemment ? Suivez l'exemple de Kagame du Kigali chez qui la stratégie a porté. On espère qu'ils feront la différence pour le reste des nominations. » lire la suite
L
Entre le discours et les actes, nous voyons la différence, Mr DJOTOBIA disait " Je suis musulman, mais nous ne sommes pas venus pour les musulmans, ni les chrétiens, ni les animistes, nous sommes venus pour tout le monde" voilà ce qui est dit! Sauf que vu la composition des membres du Gouvernement, qu'est ce qu'on cde" voilà ce qui est dit! Sauf que vu la composition des membres du Gouvernement, qu'est ce qu'on constate, que la majorité des ministres sont des confessions musulmanes, ou des éthnies des regions du Nord Est. Voilà comment nous allons vivre sous le regne des gens sans foi, ni loi, qui pillent, violent et agressent les citoyens centrafricains, inpunement, et ce n'es que le début, ces gens ont trouvé un mode d'accession au pouvoir plus rapide, comme aun Tchad.
Bientôt nous allons avoir des officiers généraux, des administrateurs et douaniers analphabètes, ainsi les autres centrafricains administrateurs vont servir de faire valoir, au Tchad on les appelle les "LAOUKOURA" c'est à dire des addministraeurs chrétiens dociles, prêt à servir les nouveaux maitres du pouvoir.
Personne ne peut dire qu'il ne savait pas, chers compatriotes, nous vous le disons, ce pays va basculé vers l'obscurantisme avec des méthodes de gouvernance contre les régles légales et administatives, et comme le centrafricain aime la facilité, nous allons vivre le régne des analphabètes qui vont se servir est des fonctionnaires cupides, pour asseoir leur autorité. Pendant que les partis politiques continuent à s'écharpés les postes dans les administrations et autres organes de gestion des futures échéances électorales, eux dans les mosqués vont insinuesement mettre en place leur emprise dans les sphères de notre société administrative et militaire, pur qqu'au moment venu, ils puissent reprendre le pouvoir par les urnes, avec la duplicité des soit disants opposants, qui seront prêt à faire des alliances natures, comme le fait maintenant le PM TIANGAYE et ZIGUELE qu croit rêver d'être le futur Président. L'avenir nous le dira et surtout si nous ne faisons RIEN, ainsi il nous faut reprendre la maitrise de notre destin commun, cela le plus simplement possible, sans arme, ni violence, mais en défendant nos droits, de manière légales et légitimes, ils vont finir par afficher leurs vraies intentions et aussi, ne leur accordons aucun replit, ils sont au pouvoir, il doivent assumer la continuité de l'Etat et des charges qui incombent !
» lire la suite
J
A propos de la composition de ce gouvernement, je dirai que c'est un gouvernement de remerciements (34 ministres) . Tous ceux qui lui ont tendu la main s'y retrouvent. Il faut aussi dire que la Vakaga, Bamingui et la Ouaka sont majoritairement représentées. Il a réconcilié les Rounga et les Goulas.
Je vois qaka sont majoritairement représentées. Il a réconcilié les Rounga et les Goulas.
Je vois que les KNK commencent à gesticuler parce qu'ils ont encore quelques pécules. Il ne faut pas qu'on les laisse élever la voix. Je suis très content du fait que les Binoua, Gonda, Mbay (qui est resté ministre pendant 10 ans) n'y figurent pas. La sécurité doit être la priorité de ce gouvernement pour que la confiance revienne. Bozizé, ce général de paille a fiat de notre pays une passoire ou tous les brigands d'Afrique et d'ailleurs se retrouvent pour violer nos femmes et fille , piller nos richesses. Il doit absolument être juger.
» lire la suite
M
Le centrafricain attendet surtout raffole ces moments(remaniement,changement de régime...) pour voir si lui ou l'un de ses proches parents ou connaissance sera nommé Ministre.Nous sommes dans un pays où tout le monde fait de la politique, tout le monde veut devenir Ministre voir même Président ou attend avec impatfait de la politique, tout le monde veut devenir Ministre voir même Président ou attend avec impatience un remaniement ministériel pour voir si un de ses proches a décrocher le gros lot dans le gouvernement pour profiter de certains passe-droits puisque c'est un pays de passe-droits.
Les centrafricains doivent prendre conscience aujourd'hui que leur avenir ne se trouve pas entre les mains des hommes politiques.Et cela certains peuples d'afrique (Sénégal,Benin..) l'ont su depuis quelques années. Il faut beaucoup entreprendre, créer des sociétés, se constituer en GIE, se desinteresser de la politique et des politiciens qui ne font qu'enfoncer ce pays dans la souffrance.
» lire la suite
A
Avons-nous besoin des Ministres d'Etat? alors que le pays doit serrer la ceinture pour faire face aux besoins urgents de l'Etat. Pourquoi pas Ministres tout court.
F
Bozize admis á l'hopital de Yaoundé pour une malaise!!!
C
bon vent à ce gouvernement on attend de vous voir esperons que vous n'allez pas faire comme le membre du gouvernement déchu ne cherchez pas à vous enrichir travailez pour le pays sinon on va toujours patiner a bon atendeur ...
N
Je suis deçu par la posture adoptée par Nicolas Tiangaye et je ne le reconnais plus comme cet homme de droit qui connait ses prérogatives. Il s'est finalement résigné comme un chien apeuré à jouer le rôle de la figuration alors que toutes les dispositions militent en sa faveur pour être le n°1 après la fuiteiguration alors que toutes les dispositions militent en sa faveur pour être le n°1 après la fuite de Bozizé. Les accords de Libreville faisait de lui la deuxième personnalité du pays après Bozizé. Normalement après la fuite de ce dernier, c'est lui Tiangaye qui devrait présider la transition. Les déclaration de l'ONU, de l'UA, de l'UE, de la France et la prise de position très osée des Etats-Unis, sont en sa faveur et le reconnaissent comme le seul interlocuteur, mais l'homme préfère se déculotter devant Ndotodia et ses illettrés qui se sont bombardés tous de grades de général, de colonel, de capitaine, tous incapables de s'exprimer en français. Je pensais qu'il avait assez de couilles pour reclamer et exiger l'observation de l'esprit de Libreville, mais il préfère se contenter de son poste de PM, comme ça il mange tranquillement avec les siens. Quel dommage pour nos intellectuels spécialistes de grandes théories et de gros discours au relent dithyrambique. Vous tous, présidents et membres des partis politiques, vous nous avez trahis et vous n'avez plus notre confiance. On en prend donc acte. Même les activistes de Touche pas à ma constitution, ont perdu la voix, ils se sont replié dans leur carapace alors que sous Bozizé il ne cessait de nous pomper l'air avec des déclarations tonitruantes. Où sont les Gondjé Zenayan, les Zoungarani, les Koyangozo, etc, avec leur manipulation politique ? Pouahhhh » lire la suite
G
Et pourtant il se disait pour une vingtaine de ministre et non trentaine... Le connaissant il sait ce qu'il fait. Peut etre un gouvernrment de remerciement et après .... Une petite question: et si le tchad et le soudant arrivent à le convaincre de ne pas quiter le pouvoir en 2016 ?
N
Chers compatriotes ,laissez vos pensées négatives et égoïstes . Ce sont nos frères même s'ils sont musulmans. Nous les avions tous marginalisés depuis les indépendances jusqu'à nos jours. Ils sont venus libérer le peuple, c'est tout! ils ne sont comptent pas rester ou faire comme notre voyou de général pré le peuple, c'est tout! ils ne sont comptent pas rester ou faire comme notre voyou de général président.Quand bozizé a pris le pouvoir ,il n' y avait pas 98% de Gbaya et 88% de benzambé dans son gouvernement? Non ! Ceux qui veulent contester ce gouvernement, sont chercher les postes ministériels ..... pas l'intérêt du peuple! » lire la suite
B
Cet article décrit l'image et la place des fonctionnaires non musulman, généralement chrétien, originaire du Sud du Tchad, appellé:
Laoukoura ou esclave de la République, ainsi bientôt en Centrafrique vous allez avoir la chance de vivre cette "domination" des analphabètes musulmans, car vous avez déjs allez avoir la chance de vivre cette "domination" des analphabètes musulmans, car vous avez déjà des ministres tchadiens dans le gouvernement de TIANGAYE, il leur reste de nommer les généraux, des magistrats, douniers,...
Laoukoura désigne péjorativement ces sudistes utiles, fonctionnaires de l
» lire la suite
L
Félicitations à toute l'opposition politique centrafricaine, il faut rester unis et avez une stratégie unitaire.
Ne succomber pas aux alliances contre nature, ni aux postes ministériels pour jouer de second rôle, il faut être vigilant, les élections se jouent déjà, ne vous laissez pas intimider, s'ils nle, il faut être vigilant, les élections se jouent déjà, ne vous laissez pas intimider, s'ils ne veulent pas, comme l'a fait BOZIZE, laissez les gérer seuls, on verra, comment ils auront les moyens, Déby à des ministres dans ce gouvenement, à l'exemple du Ministre de l'Intérieur que même GAZAMBETTI a reconnu, il est indamissible qu'un tchadien soit Ministre de l'administration du territoire, d'ou vient-il, ou était-il ?
L'opposition doit savoir qui est ce monsieur, et le PM ne doit pas accepter d'avaler de telle couleuvre, c'est un DANGER pour la RCA d'avoir comme Ministre, un ancien officier de l'armée tchadienne, TROP, C'EST TROP !!
" Dieu prefère ceux qui combattent avec leurs biens et leurs personnes, à ceux qui s'abstiennent de combattre"
(SOURATE 4 "les femmes" Verset 95)
Il faut revoir aussi la question du poste de PM, me TIANGAYE est trop solitaire, il joue pour son propore compte alors que l'opposition qui l'a désigné, depuis BOZIZE déjà, le PM a donné des signes de faiblesses et surtout il ne s'accorde pas avec les autres leaders de l'opposition.
Il faut choisir un autre candidat de l'opposition pour le poste de PM, Me TIANGAYE n'est pas l'homme de la situation, il faut le remplacer par Me Henri POUZERE ancien coordonnateur du FARE!
TIANGAYE doit remplacer, il est indmissible d'accepter n'importe qui comme Ministre de la République.
» lire la suite
Y
Depuis la formation du gouv TIANG2 je n'ai pas fermé l
M
EN TOUT CAS C EST ENCORE LE COMBLE DU DESESPOIR.

LES CENTRAFRICAINS VONT VEILLER POUR EVITER LA CHARIA
M
Bozize doit voir un psychiatre c'est urgent il accepte pas ,qui est tombe du 10 étager au rez de chaussez LOL ( fini mon général ) tu est devenu un soldat , chacun sont tour chez le coiffeur
U
PAYS FRERE QUI NE SE MELE PAS DE LA POLITIQUE DE SES VOISINS. A CE TITRE, IL DEVRAIT OBSERVER UNE OBLIGATION DE RESERVE ET NE PAS S'ETENDRE DANS LA PRESSE COMME IL LE FAIT. JE PENSE QU'IL COMMENCE A EXAGERER COMME A SON HABITUDE ET LE GOUVERNEMENT CAMEROUNAIS NE MANQUERA PAS DE LE RECADRER TRES BIENTOT PUISQU'IL NE COMHABITUDE ET LE GOUVERNEMENT CAMEROUNAIS NE MANQUERA PAS DE LE RECADRER TRES BIENTOT PUISQU'IL NE COMPREND RIEN A RIEN ET DEVIENS DE + EN + ENCOMBRANT!!!!!!!!!!!!!! » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Plus d'un millier de manifestants ont exigé samedi 6 août à Bangui la tenue d'un référendum pour modifier la Constitution en Centrafrique et perm » ...la suite
Quelques jours après son lancement comme la deuxième monnaie légale de la République Centrafricaine, le Président de la République Pr Faustin Ar » ...la suite
La Constitution en vigueur lui interdit mais un projet de loi visant à réformer celle-ci est en cours d’examen à l’Assemblée nationale. Dan » ...la suite
Ce 28 juillet 2022, à l’occasion de la visite du président Macron en Afrique de l’ouest(1), le président de la Guinée Bissau, Mokhtar Sissoco » ...la suite
En Centrafrique, le pouvoir veut modifier la constitution pour faire sauter le verrou qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels. Les i » ...la suite
Le président de la République chef de l’Etat professeur Faustin Archange Touadéra est en visite de travail depuis une semaine à Istanbul en Turq » ...la suite
« Défaite » « Claque » « Cauchemar », la presse étrangère a durement commenté le résultat de la majorité présidentielle aux législatives » ...la suite
Deux pays d'Afrique francophones, le Gabon et le Togo, vont être intronisés dans le Commonwealth, le 24 juin prochain lors du 26e sommet de l'organi » ...la suite
En République centrafricaine, les relations diplomatiques avec la France ne cessent de se détériorer. Des parlementaires ont dénoncé lors d’une » ...la suite
L’élection présidentielle française qui a lieu ce dimanche est suivie avec une grande attention dans de nombreux palais présidentiels africains. » ...la suite