Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique : Michel Djotodia se rendra au sommet de N'Djamena reporté à jeudi
Centrafrique : Michel Djotodia se rendra au sommet de N'Djamena reporté à jeudi
YAOUNDE Mardi 16 avril 2013 | 13:52 UTC (Xinhua) - Non invité au précédent tenu le 3 avril, le chef rebelle Michel Djotodia, élu sans surprise président par intérim par le Conseil national de transition qui a aussi porté à sa tête Alexandre Nguendet, proche du nouveau pouvoir, se rendra au prochain sommet de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) prévu jeudi à N'Djamena, a appris Xinhua mardi.

C'est une annonce faite par le ministre d'Etat en charge de la Communication, Christophe Gazam-Betty, joint au téléphone mardi à Bangui. "Le chef de l'Etat se rendra à N'Djamena", a-t-il dit sans donner d'autres précisions.

L'élection lors d'un vote par acclamation samedi à Bangui des membres présents du Conseil national de transition doté de 105 sièges confère au leader de l'ex-rébellion de la Séléka une certaine légitimité politique qui lui faisait défaut depuis sa prise de pouvoir au terme d'une offensive éclair le 24 mars à Bangui, après trois mois de conflit avec le régime de François Bozizé.

Au sommet extraordinaire de la CEEAC du 3 avril, c'est Nicolas Tiangaye, reconduit par le nouvel homme fort de Bangui au poste de Premier ministre du gouvernement d'union nationale formé début février après les accords de paix signés le 11 janvier à Libreville au Gabon, qui avait été invité par la présidence tchadienne comme chef de la délégation officielle de la République centrafricaine (RCA).

Après la suspension de la RCA par l'Union africaine (UA), ces assises avaient refusé de reconnaître l'autorité de Michel Djotodia, président autoproclamé.

Pour l'heure, rien ne sait qui sera le chef de délégation lors du rendez-vous de jeudi, qui devait initialement avoir lieu lundi mais a été reporté en raison, devine-t-on, de la poursuite des élections au Conseil national de transition, organe chargé de jouer le rôle d'une Assemblée nationale provisoire pour une période de dix-huit mois, jusqu'à la tenue de prochaines élections démocratiques.

Alors que le départ pour la capitale tchadienne est annoncé pour mercredi, les invitations ne sont pas encore parvenues aux délégués. Une situation pas du tout surprenant, puisque "de toute façon, la dernière fois on nous a saisis la veille. Moi on m'a réveillé à 22 heures pour partir", remarque un représentant de la société civile.

Ce sommet devra permettre d'entériner les nouvelles décisions prises à Bangui afin d'ouvrir la voie à transition politique effective en RCA après la prise de pouvoir de la Séléka.

Sur les dix chefs d'Etat de la CEEAC, seuls le Congolais Denis Sassou Nguesso, médiateur de la crise centrafricaine, l'Equato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo et le Gabonais Ali Bongo Ondimba s'étaient joints début avril à leur homologue tchadien Idriss Deby Itno. Le Cameroun s'était fait représenter par son vice-Premier ministre Amadou Ali et la République démocratique du Congo (RDC) par son ministre de la Coopération internationale.

Les présidents béninois Thomas Boni Yayi, ex-médiateur de l'UA dans cette crise dans le cadre de son mandat d'un an de président en exercice jusqu'en janvier de l'organisation panafricaine, et sud-africain Jacob Zuma, venu annoncer le retrait des troupes de son pays après des décès lors des affrontements avec la Séléka, y étaient également présents.




NDLR : Lors de ce nouveau sommet, les autorités camerounaises doivent fournir quelques explications sur la présence de plus en plus incompréhensible et injustifiable du sieur François Bozizé Yangouvonda sur le territoire camerounais alors que celles-ci avaient fait croire dès l

2 commentaires

J
NDLR : C
S
Est-ce une manière pour BIYA de régler son contentieux avec DEBY ? comment comprendre qu'il maintienne cet obscur tueur et dictateur à la frontière de notre pays? pour lui faciliter de préparer avec lui la reprise du pouvoir à Bangui?Dans ce cas on fera deferler aussi sur le Cameroun la horde des rebelles et il du pouvoir à Bangui?Dans ce cas on fera deferler aussi sur le Cameroun la horde des rebelles et il saura! » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En Centrafrique, les réactions se succèdent après la libération du ministre Hassan Bouba, arrêté la semaine dernière et inculpé pour crimes de » ...la suite
Depuis plusieurs semaines, les relations entre l'ONU et les autorités sont glaciales. Les tirs de la garde présidentielle sur un contingent égyptie » ...la suite
Quand, en novembre 2017, la Russie demanda au Conseil de sécurité des Nations unies l’autorisation de livrer des armes à Bangui afin d’équiper » ...la suite
Il y a quelques jours, la Cour Pénale Spéciale (CPS), interpellait Sieur Bouba Hassan, bras droit en dissidence du chef rebelle Ali Darassa. Ce » ...la suite
Alors que les négociations de paix se poursuivent en Centrafrique, les services de renseignements angolais et soudanais ont proposé au gouvernement » ...la suite
Le Tchad a annoncé officiellement la présence à N’Djamena de François Bozizé en compagnie d'autres chefs rebelles. Alors que l’ancien Présid » ...la suite
Le Conseil de sécurité de l'ONU renouvelle ce vendredi le mandat de la Minusca. Les discussions entamées dès le mois d'octobre se sont déroulées » ...la suite
Dans un pays au bord du chaos, le mandat de la mission de l’ONU est empoisonné par de fortes tensions avec le gouvernement de Bangui et ses partena » ...la suite
Hubert Coudurier, directeur de l’information du Télégramme, livre son point de vue sur les mouvements de diplomates au Quai d’Orsay, initiés pa » ...la suite
La question d'une plus grande participation du Burundi aux missions de paix de l'ONU a été au cœur de la visite de travail de deux jours de Jean-Pi » ...la suite