Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Lu pour vous : Centrafrique : mais qu'allaient faire les Sud-Africains dans cette galère ?
Lu pour vous : Centrafrique : mais qu'allaient faire les Sud-Africains dans cette galère ?
16/04/2013 à 15h:45 Par Christophe Boisbouvier Jeuneafrique.com

Dans la région de Bangui, les rebelles de la Séléka ont mis les Sud-Africains en déroute. Une claque pour le président Zuma, qui, en aidant son ami Bozizé, espérait de généreuses contreparties.

Un accord de défense, puis 300 soldats sud-africains envoyés à Bangui... Entre Jacob Zuma et François Bozizé, les liens étaient forts. La preuve, ce voyage express du président centrafricain à Pretoria, deux jours avant sa chute. Bozizé voulait s'assurer que Zuma ne le lâcherait pas. De fait, le 23 mars, entre Damara et Bangui, les Sud-Africains se sont battus courageusement, mais, à un contre dix, ils ont été submergés par les rebelles de la Séléka et ont essuyé de lourdes pertes.

2 commentaires

S
Un analphabète et un tueur,mais en politique "RIEN" a perdu bêtement son fauteuil Présidentiel
O
Le côté "business-man"de Zuma l'a poussé dans une amitié egoïste et égocentrique avec Bozozé.

Si Zuma était suffisament intelligent, il aurait instruit á ses troupes présentes sur le sol centrafricain de faire un semblant de protéger le peuple centrafricain. Le droit de proteger les civils centrain de faire un semblant de protéger le peuple centrafricain. Le droit de proteger les civils centrafricains face á l'avancée des seleka devait honorer l'Afrique du Sud et honorer Zuma que de proteger bozozé et sa famille.
Quand la France de Hollande avait dit clairement que les soldats français n'etaient lá que pour proteger les interêts français, Zuma devait prendre le relais pour justifier la présence des troupes sud-africaines en accentuant la protection des civiles.

Malheureusement, il ne va regarder qu'au bout de son nez pour celler un pacte de protection seulement avec les bozozés.

Aujourd'hui, non seulement ils ont perdu des hommes, mais les bozozés sont chassés du pouvoir. Ils leurs faut faire encore de nouveaux pactes...
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En Centrafrique, les réactions se succèdent après la libération du ministre Hassan Bouba, arrêté la semaine dernière et inculpé pour crimes de » ...la suite
Depuis plusieurs semaines, les relations entre l'ONU et les autorités sont glaciales. Les tirs de la garde présidentielle sur un contingent égyptie » ...la suite
Quand, en novembre 2017, la Russie demanda au Conseil de sécurité des Nations unies l’autorisation de livrer des armes à Bangui afin d’équiper » ...la suite
Il y a quelques jours, la Cour Pénale Spéciale (CPS), interpellait Sieur Bouba Hassan, bras droit en dissidence du chef rebelle Ali Darassa. Ce » ...la suite
Alors que les négociations de paix se poursuivent en Centrafrique, les services de renseignements angolais et soudanais ont proposé au gouvernement » ...la suite
Le Tchad a annoncé officiellement la présence à N’Djamena de François Bozizé en compagnie d'autres chefs rebelles. Alors que l’ancien Présid » ...la suite
Le Conseil de sécurité de l'ONU renouvelle ce vendredi le mandat de la Minusca. Les discussions entamées dès le mois d'octobre se sont déroulées » ...la suite
Dans un pays au bord du chaos, le mandat de la mission de l’ONU est empoisonné par de fortes tensions avec le gouvernement de Bangui et ses partena » ...la suite
Hubert Coudurier, directeur de l’information du Télégramme, livre son point de vue sur les mouvements de diplomates au Quai d’Orsay, initiés pa » ...la suite
La question d'une plus grande participation du Burundi aux missions de paix de l'ONU a été au cœur de la visite de travail de deux jours de Jean-Pi » ...la suite