Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Sommet de la CEEAC sur la Centrafrique: Nicolas Tiangaye conforté, la Fomac étoffée
Sommet de la CEEAC sur la Centrafrique: Nicolas Tiangaye conforté, la Fomac étoffée
Tiangaye et son homologue tchadien Joseph Djimrangar à N'djaména




RFI vendredi 19 avril 2013 à 17:04

Les dirigeants d'Afrique centrale réunis en sommet à Ndjamena ont promis jeudi 18 avril de porter à 2 000 hommes une force régionale chargée de mettre fin à l'anarchie qui prévaut en Centrafrique depuis l'arrivée au pouvoir des rebelles de la Seleka le mois dernier. Aucun calendrier n'a toutefois été fixé pour ce déploiement qui équivaudrait à un quadruplement des effectifs de la Force multinationale d'Afrique centrale (Fomac) déjà sur place, mais qui n'ont pas réussi à éviter les violences et les pillages à Bangui. La position du Premier ministre centrafricain est, elle, renforcée.

Un constat a l'issue du sommet : le Premier ministre renforce sa position. Les chefs d'Etat ont pris acte de l'élection de Michel Djotodia par le Conseil national de transition, mais ont dans le même temps décidé de renforcer les pouvoirs de Nicolas Tiangaye qui ne pourra pas être par exemple révoqué pendant les 18 mois de transition. Le CNT devra être également élargi. Il doit passer de 105 à135 membres pour satisfaire l'opposition et la société civile qui jugeaient ne pas être assez représentées.

La Force multinationale d'Afrique centrale sera également renforcée avec 1 500 soldats supplémentaires, preuve que l'on doute des capacités du nouveau numéro un centrafricain à ramener l'ordre dans les rangs de la Seleka, la rébellion qui l'a amené au pouvoir. Les chefs d'Etat d'Afrique centrale souhaitent que la Fomac passe rapidement sous mandat du Conseil de sécurité de l'ONU, ce qui facilitera son financement.

Selon les informations recueillies par RFI, Jacob Zuma qui était à nouveau présent à Ndjamena, a proposé de fournir des troupes. Le président sud-africain, dont les soldats ont été défaits à Bangui par la Seleka de Michel Djotodia, veut manifestement les faire revenir par la grande porte. En attendant, un groupe de contact a été créé par la CEEAC pour mobiliser des fonds. Il se réunira le 3 mai à Brazzaville, chez le médiateur congolais.

« Pas un seul sou dans la caisse »

Pour que les mesures annoncées au sommet de la CEEAC soient effectives et permettent à la transition en Centrafrique une sortie de crise, il est nécessaire que les partenaires apportent assez rapidement leur contribution. Le président tchadien Idriss Déby témoigne d

2 commentaires

G
DES MESURES MAIS DE QUELLE PORTEE ?

Nous apprenons par la presse que la réunion des Chefs d
C
Au lieu de désarmer, le mieux et le plus simple serait d'armer tout le monde.

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En Centrafrique, les réactions se succèdent après la libération du ministre Hassan Bouba, arrêté la semaine dernière et inculpé pour crimes de » ...la suite
Depuis plusieurs semaines, les relations entre l'ONU et les autorités sont glaciales. Les tirs de la garde présidentielle sur un contingent égyptie » ...la suite
Quand, en novembre 2017, la Russie demanda au Conseil de sécurité des Nations unies l’autorisation de livrer des armes à Bangui afin d’équiper » ...la suite
Il y a quelques jours, la Cour Pénale Spéciale (CPS), interpellait Sieur Bouba Hassan, bras droit en dissidence du chef rebelle Ali Darassa. Ce » ...la suite
Alors que les négociations de paix se poursuivent en Centrafrique, les services de renseignements angolais et soudanais ont proposé au gouvernement » ...la suite
Le Tchad a annoncé officiellement la présence à N’Djamena de François Bozizé en compagnie d'autres chefs rebelles. Alors que l’ancien Présid » ...la suite
Le Conseil de sécurité de l'ONU renouvelle ce vendredi le mandat de la Minusca. Les discussions entamées dès le mois d'octobre se sont déroulées » ...la suite
Dans un pays au bord du chaos, le mandat de la mission de l’ONU est empoisonné par de fortes tensions avec le gouvernement de Bangui et ses partena » ...la suite
Hubert Coudurier, directeur de l’information du Télégramme, livre son point de vue sur les mouvements de diplomates au Quai d’Orsay, initiés pa » ...la suite
La question d'une plus grande participation du Burundi aux missions de paix de l'ONU a été au cœur de la visite de travail de deux jours de Jean-Pi » ...la suite