Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Politique » Centrafrique : Michel Djotodia et la Séléka à l'épreuve du pouvoir, défi sécuritaire crucial à relever
Centrafrique : Michel Djotodia et la Séléka à l'épreuve du pouvoir, défi sécuritaire crucial à relever
(ANALYSE) Par Raphaël MVOGO

23.04.2013 à 08h16( Xinhua )

Il fallait bien s'y attendre, le récent sommet de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) tenu jeudi à N'Djamena au Tchad a "pris acte" -- formule diplomatique consacrée pour couvrir une prise de position -- des décisions du Conseil national de transition centrafricain avec notamment l'élection de Michel Djotodia comme président par intérim.


Au plan pratique, presque un mois après la chute du régime de François Bozizé le 24 mars, cette reconnaissance consacre le début effectif de la transition dans une République centrafricaine (RCA) plongée dans la violence et l'insécurité. A commencer par la capitale Bangui dont les habitants, traumatisés par les pillages et les tueries continus, vivent désormais la peur au ventre.

Passé l'euphorie de leur prise de pouvoir après trois mois de conflit avec l'ancien pouvoir et malgré les accords de paix conclus le 11 janvier à Libreville au Gabon sous l'égide de cette même CEEAC, l'ex-alliance rebelle de la Séléka et son leader propulsé au-devant de la scène publique nationale ont du pain sur la planche pour rassurer les Centrafricains et la communauté internationale sur leurs capacités à restaurer la paix et la stabilité dans ce pays à l'économie exsangue.


La tâche s'annonce ardue, dans la mesure où la Séléka, elle-même soumise à l'urgence de mettre de l'ordre dans les rangs de ses éléments régulièrement mis en cause dans les exactions décriées, "est une coalition hétéroclite et une fois que son ennemi principal François Bozizé est écarté, elle n'a plus de raison de maintenir un semblant de cohésion qui semblait la mener vers le pouvoir", a estimé dans une analyse à Xinhua le politologue camerounais Firmin Mbala.

"La Séléka n'a aucun projet d'avenir en soi. Elle n'a pas une vision politique autre que celle de déloger Bozizé du pouvoir", un objectif que les nouveaux maîtres de Bangui ont réussi à réaliser, en allant de "succès militaires en succès militaires qui ont dépassé leurs espérances", juge l'universitaire pour qui finalement l'acteur clé de la transition à l'intérieur de la Centrafrique va être le Premier ministre, Nicolas Tiangaye, adoubé par la CEEAC.

Auparavant chef de file de l'opposition démocratique, le chef du gouvernement d'union nationale en poste depuis les accords de Libreville qui avaient recommandé sa nomination, avait déjà été un acteur central lors de la transition consécutive au coup d'Etat de mars 2003 de Bozizé contre Ange-Félix Patassé, chef de l'Etat réélu démocratiquement quatre ans plus tôt pour un second mandat de cinq ans.

LA RCA PRIVEE D'AIDE FINANCIERE EXTERIEURE

Après Paris en France récemment, il est annoncé pour une nouvelle visite internationale auprès des bailleurs de fonds centrafricains ces jours-ci à Bruxelles en Belgique. Mais à Bangui, l'opportunité de ces déplacements fait débat. "Il va à Bruxelles avec quel dossier ? Est-ce qu'une évaluation des besoins a été faite après le conflit entre la Séléka et le régime de Bozizé ? Il ne doit pas partir juste pour les discours, il doit aller soutenir les dossiers", observe un acteur de la société civile.

Par ces décisions, le nouveau pouvoir centrafricain a procédé à un changement d'homme à la tête des Forces armées centrafricaines (FACA) en nommant un nouveau chef d'état-major, en la personne du général Jean-Pierre Dolowaye, ex-sous-chef d'état-major chargé des opérations, présenté comme un responsable militaire bien formé et respecté de ses camarades d'armes.

Mais, le nouveau commandant en chef de l'armée centrafricaine réussira-t-il à "s'imposer aux gens qui ne relèvent pas de sa chaîne de commandement, à savoir les éléments de la Séléka que leur propre hiérarchie a déjà du mal à discipliner, lui qui est issu de l'armée régulière et a combattu cette même Séléka ? Aujourd'hui, comment va se passer la cohabitation ?", s'interroge notre acteur social.

Du coup, des appels sont lancés pour la mise en

5 commentaires

L
Michel DJOTODIA est au pied du mur, pris dans la tourmente et l'euphorie du pouvoir, il ne sait plus sur quel pied danser. Voilà, la réalité de la barbarie quand on se rend à l'évidence que prendre le pouvoir par les armes finira par se retourner contre soi. Michel n'a pas pris le pouvoir pour tendre la main de mes armes finira par se retourner contre soi. Michel n'a pas pris le pouvoir pour tendre la main de mendiant à la Communauté internationale. Michel doit assumer sa responsabilité belliqueuse et barbare. Ce n'est ni UE, ni la France, ni la Communauté internationale qui l'a envoyé d'accomplir sa soif irréfléchi cynique du pouvoir. Donc, Michel doit faire régner la paix en RCA. Celui qui tue par l'épée, mourra par l'épée. Michel est auteur de crime contre l'humanité en Centrafrique. Il doit être traduit devant la Cour de justice internationale pour s'expliquer sur l'instabilité créée en RCA occasionnant plusieurs pertes en vie humaine, cas de pillage. » lire la suite
M
Dotodja ne connait rien il est incompetent, comment quelqu'un qui n'a jamais occupé un poste de chef de service, ni DG. Qui n'a aucun palmares dans le pays peut se pretendre President de la republique on ne joue pas avec l'avenir du pays. il fait alliance avec des etranger soudanais et tchadiens pour venir exterminer c l'avenir du pays. il fait alliance avec des etranger soudanais et tchadiens pour venir exterminer les centrafricains et personnes n'en parles. même tchiangaye il defend quel peuple? on naît centrafricain et on ne se justifie pas qu'on est centrafricain. toute cette barbarie peut avoir lieu qu'en centrafrique nulle part ailleurs. Dotodja va regretter de son acte dailleurs à 1 mois du pouvoir le peuple ne l'aime pas. il sera le president le plus moche de la rca. au lieu de gerer le peux que bozizé à laissé, dotodja pille, viole, tue, et il demande au Europeens, ils sont mieux renseigner sur son incomptence de gerer la rca de dotodja. En president soucieux de son peuple va elir domicile avec ses minitres seleka à l'unique meilleurs hotel de la rca qui pourra rapporté quelques choses pour l peuple même dans un endroit simple t'es tjrs president voir sankara ou Dadis camara au camp militaire; la gestion commence là. ses babins tchadiens et soudanais font peur aux clients. Dotodja est incapable de gerer ses hommes il distrait les gens au nom de bozizé, s'il continu le peuple va le lincher. aujourd'hui les gens refusent leurs origines et se dis centrafricains pour etre president chez nous.ex: mr neris eric mais la fin est proche. la cours penale vous guette » lire la suite
E
Par eric
24/04/2013 14:32
tout ces politiciens centros ont qu'un seul but aller à la mangeoire pendant que le peuple est martyrisé trop ces trop nous centrafricain devant imposer l'union africaine comme solution durable à notre problème de souveraineté demandant lui de nous fournir en troupe hors cemacution durable à notre problème de souveraineté demandant lui de nous fournir en troupe hors cemac (sud africain,angolais,ethiopiens )pour nous aider à mettre hors d'état de nuire les troupes tchado soudanise qui ne nous aimes pas et laissant la gestion économique,militaire,et éducatif du pays à l'union africaine exigeant lui de mettre en place une collaboration avec nos élus qui devront lui rendre des comptes directement pour une gouvernance transparentes et responsable car en centrafrique aujourd'hui et hier le chaos règne en maitre et nos politiques et militaires en prouver leur immaturités et irresponsabilités sur la gestion des taches qui leur ont été confié.Pour finir concédant officiellement s'il le faut des sites minier aux différent partenaire mais exigeant d'eux des réalisation d'infrastructure avec la maintenance et la formation de nos frangins sur ces réalisations ces projet concret peuvent etre aussi à but humanitaire car ces realisations seront bénéfique pour tous centrafricain comme étranger » lire la suite
S
Pour sortir la RCA de cette impasse, il est important que chacun de nous fasse des propositions concretes de sortie de crise d'abord et ensuite de développement à plus ou moins long terme. La question fondamentale ne reside pas au niveau de la competence ou non du Président DJOTODIA pour conduire la transition, maiseside pas au niveau de la competence ou non du Président DJOTODIA pour conduire la transition, mais du comment les centrafricains vont ensemble faire pour sortir de la spirale de la violence et ensuite d'aider à la reprise des relations avec les institutions financières internationales avant toute autre chose » lire la suite
P
M. Djotodia,
C'est sinique ce que tu nous fait. Tu est venu faire quoi? De grâce, il est temps que tu te retire, ou sont des prédécesseurs qui ont tanté, sont passés même à l'acte.

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Plus d'un millier de manifestants ont exigé samedi 6 août à Bangui la tenue d'un référendum pour modifier la Constitution en Centrafrique et perm » ...la suite
Quelques jours après son lancement comme la deuxième monnaie légale de la République Centrafricaine, le Président de la République Pr Faustin Ar » ...la suite
La Constitution en vigueur lui interdit mais un projet de loi visant à réformer celle-ci est en cours d’examen à l’Assemblée nationale. Dan » ...la suite
Ce 28 juillet 2022, à l’occasion de la visite du président Macron en Afrique de l’ouest(1), le président de la Guinée Bissau, Mokhtar Sissoco » ...la suite
En Centrafrique, le pouvoir veut modifier la constitution pour faire sauter le verrou qui limite à deux le nombre de mandats présidentiels. Les i » ...la suite
Le président de la République chef de l’Etat professeur Faustin Archange Touadéra est en visite de travail depuis une semaine à Istanbul en Turq » ...la suite
« Défaite » « Claque » « Cauchemar », la presse étrangère a durement commenté le résultat de la majorité présidentielle aux législatives » ...la suite
Deux pays d'Afrique francophones, le Gabon et le Togo, vont être intronisés dans le Commonwealth, le 24 juin prochain lors du 26e sommet de l'organi » ...la suite
En République centrafricaine, les relations diplomatiques avec la France ne cessent de se détériorer. Des parlementaires ont dénoncé lors d’une » ...la suite
L’élection présidentielle française qui a lieu ce dimanche est suivie avec une grande attention dans de nombreux palais présidentiels africains. » ...la suite