Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Dossiers » Centrafrique : Au moins 20 morts et plus de 480 maisons incendiées dans le Centre-nord
Centrafrique : Au moins 20 morts et plus de 480 maisons incendiées dans le Centre-nord
BANGUI Mardi 23 avril 2013 | 19:54 UTC (Xinhua) - Au moins 20 personnes ont été tuées et plus de 480 maisons incendiées lundi dans la sous- préfecture de Mbrés appartenant à la préfecture de Nana-Gribizi au centre-nord de la République centrafricaine (RCA), un acte attribué aux ex-rebelles de la Séléka, rapportent mardi des sources indépendantes à Bangui, des informations cependant non confirmées par le nouveau pouvoir.

Ces incidents survenus dans la nuit entre dimanche soir à 16h00 locales (15h GMT) et lundi matin à 4h00 (3h GMT) font suite à une « opération punitive » d'éléments de l'ex-coalition rebelle qui tiennent aujourd'hui le pouvoir à Bangui après la chute du régime de François Bozizé le 24 mars, décrivent ces sources citées par la radio Ndékéluka, une radio indépendante dans la capitale centrafricaine.

Jusqu'ici, les mobiles de cet acte restent inconnus. Sous le choc, la population ne sait à quel saint se vouer, aucune réaction n'ayant été enregistrée de la part des nouvelles autorités. Souffrant depuis « quatre ou cinq jours », le ministre d'Etat en charge de la Communication, Christophe Gazam Betty, joint au téléphone mardi par Xinhua à Bangui, affirme « ne pas avoir d'éléments dessus ».

Il avoue tout de même qu'« il y a quelques jours, on me parlait d'un village incendié à Kaga-Bandoro ». Des propos suffisants à rendre compte de la situation de chaos et d'insécurité que connaît à l'heure actuelle la RCA et imputable pour bien des cas aux-rebelles de la Séléka.

Dans un entretien récent à Xinhua, Gazam Betty avait d'ailleurs reconnu que des éléments de l'ex-rébellion qui a porté son leader Michel Djotodia au pouvoir sont bel et bien coupables de pillages et de tueries dans la capitale et dans d'autres villes centrafricaines. Il avait pourtant annoncé à l'occasion un début de cantonnement de ces troupes, afin de mettre un terme à la circulation des armes.

A deux reprises la semaine dernière, des heurts entre des combattants de la Séléka et des milices jugées proches de l'ex- régime à Bangui avaient respectivement causé plus de 20 morts. Pour l'heure, un calme apparent est annoncé dans cette ville.


Centrafrique : La scolarité des enfants est perturbée par le conflit

NEW YORK Mercredi 24 avril 2013 | 02:28 UTC (Xinhua) - Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef) a mis en garde, mardi, contre l'aggravation de la situation en République centrafricaine, où la scolarité des enfants est gravement perturbée par le conflit.

Parmi les obstacles majeurs à la réouverture des écoles, figure l'exode de nombreux enseignants, qui ont fui les violences et n'ont pas encore pris le chemin du retour. En outre, l'insécurité empêche la distribution de fournitures scolaires.

Le représentant de l'Unicef en Centrafrique, Souleymane Diabaté, a invité les nouvelles autorités de Bangui à "accorder une priorité à la protection des enfants et aux investissements dans le système éducatif afin de respecter leur droit à l'éducation et redonner espoir à toute une génération d'enfants".

Plus d'un million d'enfants ne sont pas scolarisés dans ce pays et au moins 250.000 élèves et 30.000 lycéens risquent de perdre toute l'année scolaire si les écoles ne rouvrent pas leurs portes dans les semaines à venir, selon l'Unicef.

L'Unicef a fait remarquer que le système éducatif dans le pays était déjà "très faible" avant la crise, avec un taux d'alphabétisation de 27,4% pour les filles et de 51,1% pour les garçons. Près de 65% des enseignants sont des parents volontaires sans formation qualifiante

4 commentaires

Z
Il ert temps de saisir la cour penal International ...le travail de recolte des preuves dois commencer. Il faut prendres de temps en temps des photos avec les noms des authors de crime les deposer aupres de Me Mourouba , il vat collecter pour la CPI et le reste viendront apres.
Mobilons mous car demain sera tro, il vat collecter pour la CPI et le reste viendront apres.
Mobilons mous car demain sera trop tard.
Zeeger
» lire la suite
C
Ils sont chez moi aux MBRES, ces brutes.
Ils tuent les miens.
Vingt (20) morts aux MBRES après les vingt (20) de Bangui il y'a quelques jours. Voilà ce DJOTODJA et consorts on programmés pour mon pays et mes frères.
Qu'elle hargne ?
Dites nous où iront -ils un jour se cacher.
Pos et mes frères.
Qu'elle hargne ?
Dites nous où iront -ils un jour se cacher.
Pourquoi bon nombre de gens ne se desolidarisent -ils pas d'eux.
La voix du MLPC est inexistante.
Est -ce le plat qu 'on sert au peuple ?
Comment expliquer le mutisme assourdisant de la hierarchie de SELEKA sur ces nouvaeux massacres et cette brusque montée en puissance de la violence contre les populations civiles ?
Ils n'ont plus rien à piller et pour se venger contre les pauvres et incendient les maisons puis les tuent.
Qu 'on me dise qu'il ne s'agit pas d'une nettoyage hetnique aussi.
C'est un crime contre l'humanité et des crimes de guerre qui sont perpétrés.
Ceux qui portent la parole de SELEKA n'ont qu' à nous dire si des caches d'armes de BOZIZE ont été trouvées chez les MBRES.
Ils ne disent plus rien car ils ont la bouche pleine à Bangui.
Ne dit -on pas que " la bouche qui mange ne parle pas" ?
» lire la suite
L
Où va la République Centrafricaine ? La Séléka est-elle venue sauver ou asservir le peuple centrafricain non musulman ?

La CPI doit dépasser le stade de surveillance et démarrer rapidement les enquêtes en commençant par MBRES,le quatrième et le septième arrondissement de Bangui; et les autres.
C
Je ne comprends toujours pas ce qui s'est passé aux Mbrés.
Que Centrafrique presse nous en dise un peu plus.
Ces rebelles sont passés par les Mbres avant de prendre le pouvoir à Bangui.
Qu'est -il arrivé pour qu 'ils repartent semé la désolation là-Bas ?
Avaient -ils de comptes à reglearrivé pour qu 'ils repartent semé la désolation là-Bas ?
Avaient -ils de comptes à regler avec la population civile ?
Aidez-moi à comprendre.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En Centrafrique, les réactions se succèdent après la libération du ministre Hassan Bouba, arrêté la semaine dernière et inculpé pour crimes de » ...la suite
Depuis plusieurs semaines, les relations entre l'ONU et les autorités sont glaciales. Les tirs de la garde présidentielle sur un contingent égyptie » ...la suite
Quand, en novembre 2017, la Russie demanda au Conseil de sécurité des Nations unies l’autorisation de livrer des armes à Bangui afin d’équiper » ...la suite
Il y a quelques jours, la Cour Pénale Spéciale (CPS), interpellait Sieur Bouba Hassan, bras droit en dissidence du chef rebelle Ali Darassa. Ce » ...la suite
Alors que les négociations de paix se poursuivent en Centrafrique, les services de renseignements angolais et soudanais ont proposé au gouvernement » ...la suite
Le Tchad a annoncé officiellement la présence à N’Djamena de François Bozizé en compagnie d'autres chefs rebelles. Alors que l’ancien Présid » ...la suite
Le Conseil de sécurité de l'ONU renouvelle ce vendredi le mandat de la Minusca. Les discussions entamées dès le mois d'octobre se sont déroulées » ...la suite
Dans un pays au bord du chaos, le mandat de la mission de l’ONU est empoisonné par de fortes tensions avec le gouvernement de Bangui et ses partena » ...la suite
Hubert Coudurier, directeur de l’information du Télégramme, livre son point de vue sur les mouvements de diplomates au Quai d’Orsay, initiés pa » ...la suite
La question d'une plus grande participation du Burundi aux missions de paix de l'ONU a été au cœur de la visite de travail de deux jours de Jean-Pi » ...la suite