Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » Le ministre centrafricain des Mines déplore une décision «pénalisante» et «aberrante»
Le ministre centrafricain des Mines déplore une décision «pénalisante» et «aberrante»
RFI mardi 28 mai 2013 à 07:50

La République centrafricaine a été suspendue temporairement du processus de Kimberley. Les responsables de ce dispositif international de certification pour lutter contre les « diamants du sang » estiment que les contrôles sur les pierres centrafricaines ont quasiment disparu après le coup d'Etat de la Seleka en mars dernier. Conséquence : la Centrafrique doit faire face à un embargo sur l'exportation de ses diamants. Herbert Gontran Djono Habba, ministre centrafricain des Mines et du Pétrole, parle d'une décision « injuste ». La situation du pays sera de nouveau examinée lors de la prochaine session du processus, du 4 au 7 juin prochain, à Kimberley en Afrique du Sud.

« Si on part du processus de Kimberley, on fait allusion à la guerre, aux « diamants du sang », mais aujourd'hui, avec le changement, il n'y a plus de guerre en Centrafrique (...) Cette sanction ne fait que compliquer les choses pour les autorités, dans la gestion de la transition. »


Herbert Gontran Djono Habba

Ministre des Mines et du Pétrole

10 commentaires

P
C'est très bien cet embargo. L'argent du diamant n'a jamais profité au peuple centrafricain. ça toujours été le diamant du pouvoir ( Bozizé hier et aujourd'hui vous) C'est bien l'argent du sang. Le ministre est monteur, il y a encore de la guerre en centrafrique.
Les exécutions par les séléka continuent teur, il y a encore de la guerre en centrafrique.
Les exécutions par les séléka continuent encore.
» lire la suite
S
Au contraire, la guerre bat son plein en Centrafrique, les règlements de comptes, les exactions, les crimes, l'apartheid le peuple CENTRAFRICAIN N'A JAMAIS PROFITE DE SES DIAMANTS. A qui profite la jouissance de diamant centrafricain ? C'est une bonne décision qu'à pris le processus de Kimberly, beaucoup de diamants centrafricain ? C'est une bonne décision qu'à pris le processus de Kimberly, beaucoup de diamants ont été volés, et les auteurs de ces vol veulent profiter de cet instant où il n'y a même pas de contrôle sur nos diamants et ors pour faire le blanchiment, ce serait mieux que l'embargo reste jusqu'à la prochaine élections présidentielle, A ce jour, tous les diamants centrafricain sont dit : de sang, et c'est pas faut. Ce serait trop facile pour ces voleurs. » lire la suite
K
Le fameux ministre rebelle des mines oublie ses cours de droit public international. Il ne sait que lorsqu'un gouvernement est issu d'un coup de force, ce gouvernement est ipso facto suspendu des instances internationales? Il oublie aussi que l'un de ses amis rebelles le pseudo général MOUSSA avait déclaré sur Frans? Il oublie aussi que l'un de ses amis rebelles le pseudo général MOUSSA avait déclaré sur France24 qu'ils finançaient la guerre avec l'argent du diamant centrafricain? On se moque de qui dans ce monde? Que dira t-il de la suspension de la RCA de l'UA, ITIE, de la non reconnaissance des autorités de transition dans les instances internationales? La réalité du pouvoir va les rattraper et ce n'est rien que le début. Qu'ils (les rebelles) se préparent à gérer aussi le problème de salaires, bourses, pensions, la sécurité (qui fait défaut aujourd'hui), et la rébellion qui commence à Bouar et OBO. Tous ceux qui ont fait du mal au peuple centrafricain seront mis à la guillotine. » lire la suite
P
Je répond à INGA ANDO:
Dire qu'il n y a pas la guerre en RCA, c
I
Nous savons tous que même au niveau de l'ITIE, il n'y avait que les parents de ce régime fantoche défunt.
Le diamant centrifricain était devenu la propriété d'un indivu et ça c'est une situation plus gravissime qu'en temps de pseudo guerre.
La diplomatie centrafricaine doit s'activer pour mettre un time qu'en temps de pseudo guerre.
La diplomatie centrafricaine doit s'activer pour mettre un terme à cette campagne diffamatoire entretenue et oraganisée par ceux-là qui nous côtoient tous les jours.
Il n'y'a pas de guerre en centrafrique, il y'a eu un renversement de pouvoir par la force avec des dégats collétéraux comme partout ailleurs et les voleurs de grand chemins s'en sont melés, point barre.
Il y'a aujoudhui la guerre en lybie entre les nouvelles autorités et les nostalgiques de Kaddafi, est-ce que cette situation empêche la Lybie de vendre son pétrole? Les exples sont légions en la matière!
Activons notre méthode d'information positive sur la RCA.
Un Patriote
» lire la suite
M
Voici un sujet tres capital. Dire que "il n'ya pas de guerre en centrafrique"? c'est plutot dire que le peuple ne souffre pas. Nous conaissons la verite. Plutot admettre de ces exactions que le pays n'a jamais connu que de nier. La question est celle-ci: A qui revient l'argent du diamant? Le peuple Centrafricain benefide nier. La question est celle-ci: A qui revient l'argent du diamant? Le peuple Centrafricain beneficiera t-il un jour?
Y a t-il un comite de gestion sur place et qui a pour interet le peuple?
Depuis le temps de Bokassa jusqu'a maintenant, les ressources miniers appartiennent seulement a ceux qui font parti d'un cercle vicieux. Car les soit disant COLLECTEURS connaissent bien comment manipuler les jeux sous les tables.
Depuis NZAKO, SAM OUANDJA, BRIA, CARNOT ET BERBERATI.

Allez - vous etre different cette fois-ci?

DIEU VOUS REGARDE.
» lire la suite
Y
Je pense qu'il y a un problème de compréhension et de définition du terme guerre. Je conviens avec INGA NDO qu'il n' y a pas eu de guerre en RCA. Plutôt de renversement d'un régime défaillant par les armes. D'ailleurs, l'armée centrafricaine n'a pas combattue. On parle de guerre des camps s'opposent de façon viurs, l'armée centrafricaine n'a pas combattue. On parle de guerre des camps s'opposent de façon violente et durable.

Cela ne veut pas dire qu'on peut fermer les yeux sur les dérapages de certains éléments de la sélaka. J'avoue que ce changement a occasionné des dégâts collatéraux du fait que la prise de Bangui n'aurait pas été bien coordonnée et préparée.

Pourquoi, il en aurait-il pas de l'embargo en RDC, Somalie, Libye, Syrie, Afghanistan voire Israël?

Les décisions de ces institutions sont parfois partiales et motivées par le souci d'obtenir de sous-table et de créer un climat malsain. Le peuple souffre!!!!
» lire la suite
M
G
Si et seulement si on pouvait savoir que cette décision de suspension de la RCA du marché mondial du diamant pouvait pénaliser de milliers de ménages vulnérables, on aurait orineté autrement cette décision. Aujourd'hui les régions diamantifaires en souffrent par la faute des politiciens qui en font autrement dud'hui les régions diamantifaires en souffrent par la faute des politiciens qui en font autrement du sou obtenu de la vente illicite du diamant du pays. » lire la suite
Y
Je suis étrangér Européen, et quand je lis tous ça, je conclu: quel bordel.
Je vous donnes quelques avis. Tenant compte de la situation réelle sur le terrain avec des milliers de mineur artisanales, qu'on empêchera jamais à creuser pour trouver des diamants, je propose
1) chaque citoyen qui déclare chera jamais à creuser pour trouver des diamants, je propose
1) chaque citoyen qui déclare à la bourse du diamant sa vente et qui paye les 12%, obtient d'office une license d'exploitation et doit déclarer sa zone d'exploitation. Les diamants déclarés obtiennent d'office le certificat Kimberley. Cela implique que le vendeur doit se rendre à Bangui, plus d'intermédiaire voleurs. Ainsi le juste prix à la population.
2) la bourse du diamant est de l'état et les diamants vendus en dehors de la bourse sont considéres illégales et seront saissis.
3) le GouvT essaye d'attirer une "Diamonds Bank" pour que le vendeur soit payé toute suite par cheque bancaire. Transactions en espèces sont interdites.
4) le GouvT reinvestit 2% pour la formation de tailleurs de pières, ainsi apportant une énorme plus-value au pays, ainsi créant des postes d'emploi.
5) avec l'or disponible, RCA a tout pour créer une industrie de bijoux, mais il faut vouloir travailler !!!!
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Sevré des financements internationaux, le pays revient peu à peu sur le marché domestique pour mobiliser des ressources nécessaires au financement » ...la suite
La Guinée Equatoriale et la République Centrafricaine vont œuvrer ensemble à lutter contre la pénurie des produits pétroliers en Centrafrique. » ...la suite
Cette décision proviendrait d’une montée des tracasseries routières sur la partie centrafricaine du corridor Douala-Bangui, notamment sur le traj » ...la suite
En Centrafrique, une semaine après l’augmentation des prix des carburants à la pompe, les autorités ont fixé les prix publics pour des tarifs de » ...la suite
Le Fonds monétaire international (FMI) encourage la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) à stopper la cryptom » ...la suite
La hausse des prix des hydrocarbures continue de susciter des réactions. Le Groupe de travail de la société civile (GTSC) parle d’arnaque et d’ » ...la suite
En Centrafrique, deux jours après l’augmentation jusqu'à 80 % des prix des carburants par le gouvernement, la plupart des usagers se disent asphyx » ...la suite
Sa promotion au poste d’administrateur directeur général de cette filiale du groupe bancaire basé à Lomé, au Togo, a été approuvée depuis no » ...la suite
Sur l'avenue Boganda, la station d'essence Tradex est déserte, seule une chèvre erre entre les pompes à sec: à Bangui, la capitale de la Centrafri » ...la suite
Washington, DC: Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) emmenée par M. Abebe Aemro Selassie, Directeur du Department Afrique du FMI, s’ » ...la suite