Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Point de vue » CENTRAFRIQUE : QUE FAIRE FACE AU CANCER ? par Adolphe Pakoua
CENTRAFRIQUE :  QUE FAIRE FACE AU CANCER ? par Adolphe Pakoua
Au moment où le peuple centrafricain continue de souffrir des exactions des troupes venues de l'étranger pour l'assujettir à cause de la cupidité de certains de ses fils qui ont voulu à tout prix s'emparer du pouvoir pour assouvir leur propre faim,

Au moment où des efforts sont tentés çà et là pour essayer de sécuriser le pays en désarmant ceux qui ne sont pas censés porter des armes, et surtout des armes de guerre, au moment où le gouvernement éprouve d'énormes difficultés à mettre en place sa propre autorité pour orienter le pays vers une sortie de crise rapide,

Au moment où les partis politiques ne sont plus que des coquilles vides qui n'attendent que le rétablissement de la paix pour engager leurs campagnes démagogiques et chercher à tromper encore le peuple pour gagner plus tard son suffrage, sans un vrai programme politique,

Au moment où les discours religieux semblent prendre le relais de l'action politique à cause du désespoir qui a gagné toutes les couches sociales, et en ayant une pensée pour toutes les victimes qui ont vu les foudres de l'ennemi s'abattre sur elles, nous pensons aux victimes de massacres gratuits, de viols inqualifiables, de pillages sauvages et autres exactions, il convient de se demander quelle attitude prendre pour éviter de plonger le pays dans un cycle de haine et d'esprit de vengeance aveugles et dramatiques.

Un adage conseille à tout un chacun de se venger en mangeant son plat pendant qu'il est encore tout chaud. Les blessures du peuple centrafricain sont profondes et certainement difficiles à cicatriser. Ces blessures, qui ont été ouvertes avec l'appel fait à l'époque aux troupes congolaises de Mbemba pour venir prêter main forte à un pouvoir en désarroi à Bangui, avaient inauguré le bal des viols de nos s

5 commentaires

J
c´est triste la situation en centrafrique,cela est du a l´ignorance de nos freres qui croient qu´ils sont des politiciens,ils le ne sont pas,au contraire,ils sont des politiciens forgerons,ils parlent de la democratie,le cas de Bozeze,il n´a jamais ete democrate.seleka savait bien que les assoifes qui les aidait,a ,le cas de Bozeze,il n´a jamais ete democrate.seleka savait bien que les assoifes qui les aidait,a rentrer a BANGUI,i vont reste.donc seleka doit trouver une solution de desarmer les assoifes qu´ elle les a fait rentrer a Bangui.singuila » lire la suite
M
le mot "Cancer" convient bien à ce que le pays est entrain de vivre. Les vrais remèdes resident dans la main de nos soient disant "homes" politiques qui sacrifient le people pour leur besoin personnel et familial. Ces homes n'ont aucune légitimité auprès meme de leur clan à plus forte raison d'avoir une Nationalehomes n'ont aucune légitimité auprès meme de leur clan à plus forte raison d'avoir une Nationale. Même dans une election communale ils sont toujours derniers de la liste. La population vous attend au Carrefour. » lire la suite
L
bravo pour l'analyse encourageante.
S
un cancer est en train de décimer le peuple centrafricain et la solution idoine est de suivre le modèle du peuple égyptien qui a tranché juste hier avec volonté et courage
L
Doutingaï,zigele,et touts entrepreneur du FARE(front pour annulation des elections en Centrafrique)doivent porter sur leur consciences tous ses crimes surtout les 30 personnes tuées le 15 juillet pour un problème de tee-short les quels tee-short les Seleka eux même ont volé au siège du KNK dans les pillages et reee-short les quels tee-short les Seleka eux même ont volé au siège du KNK dans les pillages et revendu au peuple.
tout ça c'est par ce que les fils et filles du pays font venir des individus sans loi pour prendre le pouvoir mais chacun rendra compte à Dieu de ce qu 'il aura fait à son frère.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Dans une conclusion d'un article récent, je demandais au Président élu des Français de ne plus remettre les pieds en Afrique puisqu'il n'était pa » ...la suite
Dix ans après le lancement de Serval au Mali, l’ancien président de la République française (2012-2017) affirme, dans une interview à RFI et Fr » ...la suite
Le sociologue centenaire évoque les conflits traversés et plaide pour une résolution négociée du conflit en Ukraine. Le jour est gris, il pleu » ...la suite
Emmanuel Macron a accusé la Russie d'alimenter une propagande anti-française en Afrique pour servir un "projet de prédation" sur des pays africains » ...la suite
En Centrafrique, après sa lettre au président Faustin-Archange Touadéra, Danièle Darlan sort maintenant de son silence médiatique. L'ex-présiden » ...la suite
Dans le discours controversé qu'il a prononcé du haut de la tribune des Nations unies le 24 septembre dernier, le Premier ministre malien par intér » ...la suite
ENTRETIEN. L’économiste et ancien ministre togolais publie un livre plaidoyer dans lequel il propose un nouveau modèle économique basé sur le n » ...la suite
Je reviens de Bangui et ce que j'y ai vu m'a laissé complètement pantois : absence de rues praticables, chaussées abandonnées aux motos-taxis qui » ...la suite
En Centrafrique, c’est la parole d’un homme de paix : le cardinal Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui, s’inquiète de la montée des d » ...la suite
Cette Chronique n’a pas pour objet de dire à l’Afrique qu’elle doit choisir son camp dans la guerre invisible que se livrent l’Occident et la » ...la suite