Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Point de vue » CENTRAFRIQUE : LES POUVOIRS DE L'OCCULTE par Adolphe Pakoua
CENTRAFRIQUE : LES POUVOIRS DE L'OCCULTE par Adolphe Pakoua
Dieu a créé le monde et l'a peuplé de toutes les espèces vivantes et inorganiques qui lui sont venues à l'esprit. Parmi les espèces vivantes caractérisées plus, particulièrement par l'espèce animale, il y a l'homme. L'homme est une créature qui se distingue des autres par son intelligence. Cette intelligence a traversé des siècles et des siècles, pour connaître une évolution fulgurante et faire que l'homme soit capable aujourd'hui, de voyager à des milliers et des milliers de kilomètres, loin de chez lui, loin de sa planète.

Ceci a été possible parce que l'homme était happé par l'esprit de transcendance, pour dans un premier temps se défaire de certaines pesanteurs nées de la tradition, afin de faire des choix judicieux capables de le faire avancer, de lui faire améliorer son environnement, de lui rendre faciles les corvées domestiques quotidiennes et d'assurer avec un peu moins de tracasseries, les besoins vitaux élémentaires.

L'homme occidental a, avant tout le monde et mieux que tout le monde, compris cela et il n'est donc pas étonnant que le monde d'aujourd'hui se subdivise en catégories de pays avec d'un côté les pays avancés, au niveau desquels d'autres essaient de s'élever en se hissant dans la catégorie de pays émergents, et de l'autre, le reste des pays, empêtrés encore dans des difficultés de développement liées à leur manque de richesses ou à leur mode de gouvernance enchaîné dans des archaïsmes éculés, si la redondance peut être à juste titre pardonnée.

Le CENTRAFRIQUE fait partie de la dernière catégorie de pays, ceux-là mêmes qui peinent à trouver leur chemin dans le processus du développement économique et social, non pas à cause d'une absence de richesses, mais davantage à cause de la gouvernance du pays, qui fait l'unanimité dans toutes les analyses économiques et politiques.

Sans revenir à l'histoire, pour dénoncer une énième fois les défaillances des uns et des autres, force est de constater qu'en cette année 2013, le CENTRAFRIQUE est plus pauvre qu'il n'était en 1960, année de son émancipation. Il suffit de s'en référer au seul budget de l

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Dans une conclusion d'un article récent, je demandais au Président élu des Français de ne plus remettre les pieds en Afrique puisqu'il n'était pa » ...la suite
Dix ans après le lancement de Serval au Mali, l’ancien président de la République française (2012-2017) affirme, dans une interview à RFI et Fr » ...la suite
Le sociologue centenaire évoque les conflits traversés et plaide pour une résolution négociée du conflit en Ukraine. Le jour est gris, il pleu » ...la suite
Emmanuel Macron a accusé la Russie d'alimenter une propagande anti-française en Afrique pour servir un "projet de prédation" sur des pays africains » ...la suite
En Centrafrique, après sa lettre au président Faustin-Archange Touadéra, Danièle Darlan sort maintenant de son silence médiatique. L'ex-présiden » ...la suite
Dans le discours controversé qu'il a prononcé du haut de la tribune des Nations unies le 24 septembre dernier, le Premier ministre malien par intér » ...la suite
ENTRETIEN. L’économiste et ancien ministre togolais publie un livre plaidoyer dans lequel il propose un nouveau modèle économique basé sur le n » ...la suite
Je reviens de Bangui et ce que j'y ai vu m'a laissé complètement pantois : absence de rues praticables, chaussées abandonnées aux motos-taxis qui » ...la suite
En Centrafrique, c’est la parole d’un homme de paix : le cardinal Dieudonné Nzapalainga, archevêque de Bangui, s’inquiète de la montée des d » ...la suite
Cette Chronique n’a pas pour objet de dire à l’Afrique qu’elle doit choisir son camp dans la guerre invisible que se livrent l’Occident et la » ...la suite