Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » Centrafrique: le Burundi prêt à déployer un contingent de maintien de la paix
Centrafrique: le Burundi prêt à déployer un contingent de maintien de la paix
500 soldats burundais en RCA
BBC Afrique 27 juillet, 2013 - 17:37 GMT

Le Burundi est prêt à déployer 500 soldats dans le cadre d'une force de maintien de la paix en Centrafrique, où l'insécurité perdure depuis la prise du pouvoir par la rébellion de la Séléka en mars dernier.

"Des contingents burundais sont en attente, prêts pour aller oeuvrer aux côtés d'autres contingents africains ou non africains à la stabilisation des pays frères et amis comme le Mali et la République centrafricaine", a affirmé le président Pierre Nkurunziza à la radio nationale.
Le Burundi, dont 5.500 soldats sont engagés en Somalie sous la bannière de l'Union Africaine (UA), avait déjà évoqué la possibilité d'envoyer des troupes au Mali, mais pas en République centrafricaine.

La coalition de rebelles de la Séléka s'est emparé de Bangui le 24 mars dernier, mettant fin au régime du président François Bozizé, qui il y a dix ans avait renversé le président Ange-Félix Patassé.
Le pays est actuellement dirigé par un ancien responsable d'un mouvement rebelle, Michel Djotodia, président de transition.
Mais l'insécurité demeure dans une grande partie du pays ainsi qu'à Bangui, où sévissent des ex-rebelles "incontrôlés" et hommes armés plus ou moins bien identifiés.
Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), des hommes de la Séléka ont commis "400 meurtres" en quatre mois et "continuent de commettre les crimes les plus graves contre la population civile".

Aucune date n'a été fixée pour le déploiement de près de 500 soldats burundais en République, a indiqué un membre du cabinet de la présidence.
Selon les services de communication de l'armée burundaise, un bataillon de 425 soldats a déjà été "inspecté par les Nations unies et se tient à être déployé à tout moment".
Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union Africaine a décidé le 19 juillet qu'une force de l'Union, renforcée, remplacerait l'actuelle force d'Afrique centrale déployée depuis 2008 en Centrafrique.
Baptisée Mission de consolidation de la paix (MICOPAX), cette force de 400 militaires et 150 policiers venus des dix Etats-membres la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), se transformera à compter du 1er août en une force plus large sous le parrainage de l'Union africaine.
Le CPS avait autorisé le déploiement de 3.500 soldats, en annonçant toutefois qu'il lui manquait encore 1.500 soldats pour compléter la force.




27 juillet 2013 à 13h20

Le Burundi s'est dit prêt samedi prêt à déployer 500 soldats dans le cadre d'une force de maintien de la paix en Centrafrique, où l'insécurité perdure depuis la prise du pouvoir par la rébellion du Séléka en mars dernier.

«Présentement, des contingents burundais sont en attente, prêts pour aller oeuvrer aux côtés d'autres contingents africains ou non africains à la stabilisation des pays frères et amis comme le Mali et la République centrafricaine», a annoncé le président burundais Pierre Nkurunziza à la radio nationale.

Le Burundi, dont 5500 soldats sont engagés en Somalie sous la bannière de l'Union africaine (UA), avait déjà exprimé sa disponibilité à envoyer des troupes au Mali, mais encore jamais en Centrafrique.

La coalition rebelle du Séléka a pris Bangui le 24 mars dernier, chassant le président François Bozizé, au pouvoir depuis dix ans après avoir lui-même renversé à la tête d'une rébellion en 2003 le président élu Ange-Félix Patassé.

Le pays est actuellement dirigé l'ancien chef du Séléka, Michel Djotodia, président de transition. Mais l'insécurité demeure dans une grande partie du pays ainsi qu'à Bangui, où sévissent de nombreux ex-rebelles «incontrôlés» et hommes armés plus ou moins bien identifiés.

Selon la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH), des hommes du Séléka ont commis «400 meurtres» en quatre mois et «continuent de commettre les crimes les plus graves contre la population civile».

«Il a été demandé au Burundi d'envoyer près de 500 soldats en République centrafricaine. Ils sont déjà prêts mais aucune date n'a été fixée pour leur déploiement», a déclaré à l'AFP un membre du cabinet du président burundais.

Selon les services de communication de l'armée burundaise, un bataillon de 425 soldats a déjà été «inspecté par les Nations unies et se tient à être déployé à tout moment».

Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'Union africaine avait décidé le 19 juillet qu'une force de l'Union, renforcée, allait remplacer l'actuelle force d'Afrique centrale déployée depuis 2008 en Centrafrique où la situation reste chaotique.

Baptisée Mission de consolidation de la paix (MICOPAX), cette force de 400 militaires et 150 policiers venus des dix

3 commentaires

O
Bien pour la réaction de l'UA comme sa les gens qui se croyaient vainqueur se méfie de la population civil et et organise les élections libre et transparentes,je pense que l'UA ont compris le système de ce fameux Deby et son ami Ndotodjia.et cherché un homme qui est bien calé en matière politique pour dirigé ley et son ami Ndotodjia.et cherché un homme qui est bien calé en matière politique pour dirigé le pays.
» lire la suite
S
ce n'est pas une solution durable, on a vu la Misab, la Minurca et la Minurcat à Birao, la Fomuc, la Fomac, la Micopax et aujourd'hui la MIsca. Ce n'est pas déjà trop et nous n'avons toujours pas la paix. La solution, elle, est interne à la RCA.
M
La solution n'est pas là, il faut que les Tchadiens repartent chez eux et même leurs compatriotes qui sont dans le SELEKA ./

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’organisation médicale, les Médecins Sans Frontières (MSF), quitte la sous-préfecture de Kabo à partir du 1er octobre 2022. Une information co » ...la suite
Depuis le 24 septembre 2022, une délégation ministérielle dirigée par Hassan Bouba, ministre de l'Élevage et de la Santé animale, se rend dans l » ...la suite
Les femmes victimes de viols atroces soignées dans l'hôpital du prix Nobel de la paix Denis Mukwege, dans l'est de la RD Congo, peuvent désormais b » ...la suite
Depuis le 24 septembre 2022, une délégation ministérielle dirigée par Hassan Bouba, ministre de l'Élevage et de la Santé animale, se rend dans l » ...la suite
La Police des Nations Unies (UNPOL) intensifie des séances de formation à l’endroit des Forces de sécurité intérieure (FSI) centrafricaine pour » ...la suite
Les magistrats tchadiens entament à partir de ce lundi une grève sèche et illimitée en protestation contre l’indifférence du gouvernement face » ...la suite
Le colonel Abdoulaye Maïga, premier ministre par intérim du Mali, a déclaré samedi à la tribune de l'ONU que la «junte» française avait «poig » ...la suite
L'Allemagne, qui souhaite devenir la première armée d'Europe, montre ses ambitions et met en place un fonds exceptionnel de 100 milliards d'euros po » ...la suite
18 ans après avoir accordé le titre de "Docteur honoris causa" à Blaise Compaoré, condamné à la prison à perpétuité pour l'assassinat de Thom » ...la suite
Plusieurs centaines de personnes ont manifesté pacifiquement dimanche (18.09), au Niger. Ils ont également scandé des slogans en faveur de Vladimir » ...la suite