Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Economie » Centrafrique qui financera la feuille de route ?
Centrafrique qui financera la feuille de route ?
RFI samedi 09 novembre 2013 à 00:11

En Centrafrique, le Conseil national de transition s'est réuni à Bangui autour du Premier ministre Nicolas Tiangaye. Celui-ci a présenté sa feuille de route pour la période de transition. Il faudra 490 milliards de francs CFA pour la financer.

La feuille de route qui a été présentée par le Premier ministre Nicolas Tiangaye et qui a été adoptée par le Conseil national de transition (CNT) compte quatre piliers : la restauration de la sécurité, l'assistance humanitaire, les questions de politique et de gouvernance, et enfin la relance économique.

Le Premier ministre a indiqué qu'il avait besoin de 490 milliards de francs CFA pour financer cette feuille de route. « L'Etat, a-t-il dit, en apportera 50, mais les 440 autres sont attendus des bailleurs de fonds. » Le gouvernement envisage, en concertation avec les bailleurs, l'organisation d'une table ronde des donateurs.

« Sans l'apport des bailleurs de fonds, a indiqué à RFI Luc Guéla, l'un des membres du conseil de transition au titre du parti MLPC, la feuille de route n'aura pas de sens, car le pays est économiquement à plat depuis l'arrivée de la Séléka dans ce pays ».
Un Pacte républicain ?

Ce conseiller du CNT appelle également la communauté internationale à fournir un appui sur le plan sécuritaire. « Il faut que les Nations unies s'impliquent, nous a-t-il déclaré, pour que la force internationale puisse se mettre en place sur toute l'étendue du territoire. »

Les autorités de transition ont signé vendredi un pacte républicain avec la communauté Sant'Egidio. Le texte est un catalogue de bonnes intentions dans lequel le pouvoir s'engage à rechercher le bien commun, respecter les droits humains et à ne jamais recourir à la violence. Ces mots sont pour l'instant bien loin de la réalité du terrain, car à l'intérieur du pays, les ex-rebelles de la Séléka continuent à faire régner la terreur dans plusieurs préfectures.

Le 8 novembre, le groupe international de contact sur la Centrafrique coprésidé par le Congo et l'Union Africaine s'est réuni à Bangui pour examiner les moyens de ramener la paix et la sécurité dans le pays.

1 commentaire

M
Franchement, c'est affligeant de constater que ce pays, qui a déjà beaucoup d'handicaps naturels, manque aussi des cadres compétents, pour bien ficeler des dossiers pour les soumettre aux bailleurs de fonds et autres partenaires au développement.
Alors, soit les cadres compétents sont marginalisés, soit il partenaires au développement.
Alors, soit les cadres compétents sont marginalisés, soit ils sont à l'étrangers, dans les deux cas, ça serait un gâchis de ne pas profiter de ses cadres, qui d'ailleurs ont été formé grâce à l'argent public. Nous demandons au PM de revoir sa feuille de route et surtout les estimations, car comment croire qu'avec moins de 500 milliards de F CFA, le Gouvernement peut remettre en place toute l'administration sur tout l'étendu du territoire ? Sachez que le budget annuel de chacun des pays membres de la CEMAC, hormis la RCA, se chiffre à plus 2000 milliards et par exemple le Congo, a un excèdent budgétaire de plus 200 milliards !
Arrêterons de voir toujours PETIT, tout ce que nous entreprenons, la RCA est un pays, totalement détruit, il y a :
- Ni Administrations;
- Ni Armée Nationale;
- Ni Economie;
Avec d'insécurité:
- Sécuritaire;
- Humanitaire;
- Institutionnelle.
Croire qu'on pourra remettra ce pays totalement dévasté et contrôlé par des bandits de grands chemin, des criminels de guerre, recherchés par la CPI, avec 500 milliards, c'est faire preuve d'incompétence et de naïveté criminelle !
Savez vous combien le Mali a eu, en terme de promesses d'aides pour sa reconstruction ? Lisez ce tableau :
Conférence des donateurs "Ensemble pour le renouveau du Mali" (15 mai 2013) - Promesses d
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le Groupement des Transporteurs Centrafricains a une nouvelle tête dirigeante. L’opérateur économique, Sani Yalo en est le nouveau président. » ...la suite
À l’instar des autres pays du Bassin du Congo, la République centrafricaine (RCA) prend part à l’atelier régional sur la protection et le suiv » ...la suite
Au moins 1000 participants sont attendus les 17 et 18 mai prochain à Bangui, la capitale centrafricaine au Forum Africa developpement for Bangui, un » ...la suite
Sous le Haut Patronage de SE Pr. Faustin Archange TOUADERA, Président de la République, le Gouvernement de la République Centrafricaine à travers » ...la suite
Les perspectives économiques de la République centrafricaine (RCA) sont globalement satisfaisantes et tablent sur une croissance de 4,8% à moyen te » ...la suite
Financé à hauteur de 5,3 milliard par la Banque Africaine de développement (BAD), en présence du président de la République Faustin Archange Tou » ...la suite
Début de solution à la crise des pièces de nouveau en circulation en Centrafrique. La Banque Centrale (BEAC) annonce l'approvisionnement pour palli » ...la suite
Selon Daniel Mackaire Eloung Nna, le secrétaire permanent du Secrétariat national de suivi du Processus de Kimberley, les artisans miniers installé » ...la suite
Les performances économiques en Centrafrique étaient bonnes en 2019 selon le Fonds Monétaire International (FMI). Cependant, le gouvernement doit e » ...la suite
La Russie va présider le Processus de Kimberley pendant toute l’année 2020. Cet organe tripartite censé lutter contre les diamants des conflits s » ...la suite