Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » Centrafrique : Les magistrats entrent en grève
Centrafrique : Les magistrats entrent en grève
BANGUI Lundi 18 novembre 2013 23:25 UTC (Xinhua) - Les magistrats centrafricains ont décidé lundi de suspendre leurs activités pour une durée d'un mois pour protester contre l'assassinat du magistrat Modeste Martineau Bria et de son garde du corps, tués samedi dernier par d'anciens rebelles de la coalition Seleka.

"Nous avons décidé d'un arrêt de travail pour une durée d'un mois à compter de ce jour. Le but est de demander aux autorités du pays, que la lumière soit faite sur la mort de notre collègue et de son garde du corps qui ont été abattus froidement. Nous demandons également à connaître les commanditaires", a confié a Xinhua le Secrétaire général de l'amical des magistrats centrafricains, Yves Kokoyo.

M. Kokoyo a précisé que le parquet est déjà saisi pour que des enquêtes soient menées afin que les présumés coupables répondent de leurs actes devant la justice du pays.

"Une marche pacifique sera organisée le vendredi prochain pour alerter l'opinion nationale et internationale sur des cas d'assassinats enregistrés ces derniers jours dans la capitale centrafricaine", a-t-il ajouté.

Le magistrat Modeste Martineau Bria, directeur général des services judiciaires et son aide de camp, ont été froidement abattus dans la nuit de samedi à dimanche au quartier Sica II, dans le 2ème arrondissement de Bangui au moment où ils sortaient d'une buvette, par des éléments de l'ex-Séléka qui ont ouvert le feu sur eux.

Cet assassinat a provoqué la colère des habitants des quartiers situés dans cet arrondissement et des environs, qui ont érigé des barricades sur la voie et brûlé des pneus. Plusieurs personnes ont été blessées au cours de cette manifestation.

Dans un communiqué publié le dimanche, le ministère centrafricain de la Sécurité publique a indiqué que les trois assassins du magistrat ont été abattus par les forces de l'ordre alors qu'ils résistaient à leur tentative d'interpellation.

La ville de Bangui est devenue le théâtre d'affrontements entre la population civile et les ex-rebelles jugés coupables de viols, de tueries et de pillages. Cependant, le pouvoir de Bangui multiplie les accusations de manoeuvres de déstabilisation contre les partisans de l'ancien président François Bozizé.

1 commentaire

L
je précise , les peuples centrafricains nesont pas des animaux ,depuis la prise du pouvoir par la coalisation seleca les centrafricains souffrent , par pillage viols massacre braquage ; c est parce que nous les centrafricains nous sommes pas unis ;nous somes devenus esclaves des musulmans qui se comporte comme des aniicains nous sommes pas unis ;nous somes devenus esclaves des musulmans qui se comporte comme des animaux, aujourd » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Depuis quelques jours les Centrafricains vivant en Tunisie sont inquiets des agressions dont sont victimes les noirs africains. Ces agressions font su » ...la suite
Blessé dans une attaque au colis piégé en décembre et évacué en Russie, Dmitri Sytyi est sur le point de revenir en Centrafrique. L’occasion p » ...la suite
Les infrastructures ont été officiellement remises ce lundi au gouvernement centrafricain en présence des partenaires. La prochaine étape de ce pr » ...la suite
La mission onusienne en Centrafrique a annoncé mercredi qu'elle aidera les autorités locales à réhabiliter le poste de douane de Béloko (ouest) d » ...la suite
La première session criminelle de l’année 2023 se déroulera du 06 février au 08 mars 2023, et l’audience du tirage au sort des jurés est pré » ...la suite
La filière nigérienne d'Orano, anciennement Areva, a exploité pendant 40 ans cette mine d'uranium dans le Sahara pour alimenter des centrales nucl » ...la suite
Mme Yellen, depuis vendredi à Dakar, première étape d'un déplacement en Afrique, a visité le site historique de Gorée en compagnie de son maire » ...la suite
Quand certains tuent par les armes, d’autres, en revanche, choisissent l’intoxication comme solution la plus simple pour exterminer une population » ...la suite
Le Président de la République, Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadéra, a reçu en audience samedi 14 janvier 2023, au Palais de la Ren » ...la suite
Sixième langue la plus parlée au monde, le français est parlé dans de nombreux pays du monde. Cependant, il faut discerner les pays où notre lang » ...la suite