Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » Centrafrique: d'ex-rebelles désertent Bangui
Centrafrique: d'ex-rebelles désertent Bangui
30-11-2013 à 10h15 - Mis à jour à 16h25

BANGUI (AFP) - L'effet d'annonce de Paris a joué à plein: avant même le début de l'intervention militaire française à Bangui, d'ex-rebelles plient bagages depuis quelques jours et désertent la capitale centrafricaine où ils terrorisaient la population depuis des mois.
"De tous les quartiers, les mêmes informations remontent: des Séléka s'en vont, ils quittent Bangui", explique à l'AFP sous couvert d'anonymat un haut diplomate occidental en poste en Centrafrique.

Impossible pour autant de chiffrer ces départs, ajoute cette même source, ils se font surtout de nuit quand la ville est sous couvre-feu.

Même constat d'un responsable d'une organisation humanitaire. Le mouvement a débuté dès que la France a annoncé officiellement qu'elle envoyait des renforts en Centrafrique pour épauler la force africaine déployée dans le pays et que ses troupes interviendraient dès le vote, attendu dans les prochains jours, d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU.

"En quelques jours, toutes les agressions ont cessé", constate ce responsable humanitaire alors que depuis début novembre la ville était livrée à une nouvelle vague de criminalité, oeuvre d'hommes issus des rangs de la coalition rebelle Séléka qui a renversé en mars le régime du président François Bozizé.

Effectivement - contrairement à il y a encore quelques semaines - les pick-up bondés d'hommes en uniformes dépareillés ont quasiment disparu des principales artères de la ville.

"Match à domicile"

Les paras français chargés de tenir l'aéroport et de préparer une éventuelle évacuation des ressortissants européens dans le cadre de l'opération Boali se font, eux, au contraire, de plus en plus visibles avant l'arrivée des renforts. A bord de leurs blindés, ils multiplient les patrouilles dans une ville bien connue de l'armée française.

L'opération Boali est en place depuis 2002. Avant, il y en avait eu d'autres comme Barracuda dans cette ex-colonie française, où pendant des décennies, les gouvernements successifs de Paris ont activement participé à installer et déposer les régimes en place.
Osant une métaphore sportive, un officier africain résume: "pour l'armée française, une opération à Bangui c'est un peu un match à domicile".

Si personne à Bangui - tant chez les diplomates que chez les humanitaires - ne semble douter de la capacité des Français à rétablir rapidement un minimum d'ordre et de sécurité dans la capitale et sur les principaux axes routiers menant au Cameroun et au Tchad, certains s'interrogent déjà sur ce qui passera à moyen terme.
"Les Séléka quittent Bangui, mais que vont-ils faire en brousse? Qui ira les désarmer dans la forêt?", s'interroge un diplomate.

Traditionnellement, depuis l'indépendance du pays, la France s'est essentiellement souciée du pays "utile". Bangui, ses environs, le nord-ouest - là où récemment des affrontements meurtriers ont opposé ex-rebelles musulmans et milices d'auto-défense de paysans chrétiens.

Qu'en sera-t-il cette fois-ci, alors que rébellions et groupes armés qui formaient la Séléka ont surgi des confins orientaux du pays, aux frontières du Tchad, du Soudan, du Soudan du Sud et de la République démocratique du Congo ?

Une vaste région où toute administration de l'Etat a disparu depuis des années et dont certaines villes ne sont plus accessibles que par avion, routes et pistes ayant été avalées par la forêt.

Mais une région qui suscite aussi bien des intérêts. Le groupe nucléaire français Areva a un projet d'ouverture d'une mine d'uranium dans le sud-est de la Centrafrique. Il a suspendu ses opérations en septembre 2012 en raison de l'insécurité chronique de la zone.

3 commentaires

C
Ils partent sans payer pour les exactions commises heureusement que lleurs leaders ne peuvent fuir car englués au pouvoir à Bangui .
Ils seront probablement rattrapés par la justice internationale qui va ratisser large à Bangui.
Nombreux sont ceux qui répondront Mbemba à la Haye .
S
Après s'être défoulé sur des pauvres populations comme le faisait l'armée de BOZIZE ,les voilà ,fuyant comme des rats exactement comme les fameux GP de ce BOZIZE! fort sur des personnes désarmées,mais incapable de défendre la population face à une armée des gueux comme la SELEKA.
P
Il ne sert à rien de partir comme des rats avec la queue entre les jambes. La seleka manque de couilles et s'est contentée de se défouler seulement sur une population innocente et non armée. Mais ils seront poursuivis avec tous leurs maîtres à penser jusque dans leur dernier retranchement et même dans les trous s avec tous leurs maîtres à penser jusque dans leur dernier retranchement et même dans les trous où ils vont se terrer on va les enfumer. Leur place se trouve à la CPI. » lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Depuis quelques jours les Centrafricains vivant en Tunisie sont inquiets des agressions dont sont victimes les noirs africains. Ces agressions font su » ...la suite
Blessé dans une attaque au colis piégé en décembre et évacué en Russie, Dmitri Sytyi est sur le point de revenir en Centrafrique. L’occasion p » ...la suite
Les infrastructures ont été officiellement remises ce lundi au gouvernement centrafricain en présence des partenaires. La prochaine étape de ce pr » ...la suite
La mission onusienne en Centrafrique a annoncé mercredi qu'elle aidera les autorités locales à réhabiliter le poste de douane de Béloko (ouest) d » ...la suite
La première session criminelle de l’année 2023 se déroulera du 06 février au 08 mars 2023, et l’audience du tirage au sort des jurés est pré » ...la suite
La filière nigérienne d'Orano, anciennement Areva, a exploité pendant 40 ans cette mine d'uranium dans le Sahara pour alimenter des centrales nucl » ...la suite
Mme Yellen, depuis vendredi à Dakar, première étape d'un déplacement en Afrique, a visité le site historique de Gorée en compagnie de son maire » ...la suite
Quand certains tuent par les armes, d’autres, en revanche, choisissent l’intoxication comme solution la plus simple pour exterminer une population » ...la suite
Le Président de la République, Son Excellence Professeur Faustin Archange Touadéra, a reçu en audience samedi 14 janvier 2023, au Palais de la Ren » ...la suite
Sixième langue la plus parlée au monde, le français est parlé dans de nombreux pays du monde. Cependant, il faut discerner les pays où notre lang » ...la suite