Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Société » CENTRAFRIQUE. "On va égorger les musulmans"
CENTRAFRIQUE. "On va égorger les musulmans"
Centrafrique : "Ici, des horreurs sont commises à visage découvert"

La situation à Bangui est très instable, "la haine est forte" et tout peut s'enflammer d'une minute à l'autre. Témoignage de deux grands reporters de France 2 présents sur place.

Par Hervé Brusini

le 11/12/2013 | 19:28 , publié le 11/12/2013 | 19:25
Quelle est la situation à Bangui ? Deux soldats français ont été tués, lundi 9 décembre, alors que l'armée française venait d'entrer en action pour désarmer les milices qui s'affrontent en Centrafrique. Entre les ex-rebelles musulmans de la Séléka et les miliciens chrétiens anti-balaka, tout peut s'enflammer rapidement. Les violences ont fait quelque 400 morts la semaine dernière rien que dans la capitale centrafricaine.
Sur place, Martine Laroche-Joubert et Gérard Grizbec, grands reporters de France 2, expliquent que la situation n'a cessé de se dégrader dans les rues de Bangui, depuis qu'ils sont arrivés en fin de semaine dernière.
Francetv info : Dans quelles conditions travaillez-vous ?
Gérard Grizbec : La situation est toujours instable. Mardi, nous sommes passés aux abords de l'aéroport et tout allait bien. Trois minutes plus tard, des émeutiers s'en prenaient à un magasin. Au même endroit, la violence partait comme une torche allumée.
Par ailleurs, il est parfaitement impossible d'identifier à qui on a affaire. Il n'y a pas de ligne de front à Bangui : les coups peuvent venir de n'importe où. Par exemple, on croise de nombreux Africains en uniforme dans les rues de Bangui, mais qui sont-ils réellement ? Appartiennent-ils à la Fomac, la Force d'Afrique centrale en Centrafrique ? Avec ces soldats-là, qui sont tchadiens, camerounais, congolais, guinéens ou gabonais, nous n'avons aucun problème. Mais ceux que l'on croise peuvent très bien être des rebelles musulmans de l'ex-Séléka qui peuvent nous tirer dessus à tout moment. C'est la confusion la plus totale.
Pouvez-vous vous déplacer partout ?
Martine Laroche-Joubert : On sait par nos fixeurs (les guides que nous rémunérons) dans quelles zones nous pouvons nous rendre et celles où les risques sont considérables. Par exemple, ici à Bangui, nous savons qu'il vaut mieux éviter un quartier où des journalistes ont été caillassés mardi. Nous nous déplaçons rarement seuls. Mardi, nous étions avec une équipe de la télévision chinoise. S'il arrive un pépin, ceux qui restent mobiles peuvent prévenir les secours.
Gérard Grizbec : Les détails logistiques peuvent rendre les choses encore un peu plus périlleuses. A Bangui, il est presque impossible de se procurer de l'essence. Ne comptez pas davantage pouvoir louer un taxi. Donc nous nous déplaçons en voiture, avec casque et gilet pare-balles.
La présence de journalistes n'a-t-elle pas une influence sur les événements ?
Martine Laroche-Joubert : Nous avons récemment filmé le pillage d

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Au moins 250 réfugiés centrafricains, regroupés en 75 ménages, ont regagné leur pays d’origine ce vendredi 22 octobre 2021 après huit années » ...la suite
Plusieurs dizaines de familles campent depuis le début de l’année sur le site de Lazard dans le village Niakari, situé à environ 20 Km de Bangas » ...la suite
Plusieurs mois après le lancement du vaccin contre la Covid_19 dans certaines villes de province de la RCA, les populations n’ont pas reçu tous le » ...la suite
Du 15 au 21 Octobre 2021, Madame Annie Michelle MOUANGA, la ministre Centrafricaine en charge du Travail, de l'Emploi, de la Protection Sociale et de » ...la suite
Sur les 444.8 millions de dollars pour une réponse humanitaire en 2021, au moins presque la moitié a été mobilisée par le bureau Nations-Unies p » ...la suite
Dans le village natal de François Bozizé, les habitants dénoncent une campagne punitive menée par des mercenaires russes, alliés du gouvernement. » ...la suite
Les cours ont repris ce 18 octobre en République centrafricaine. Cette rentrée académique est intervenue après celle de l’administration la sema » ...la suite
Le secrétaire général des Nations unies, par la voie de son porte-parole, a salué ce samedi 16 octobre la décision du président Faustin-Archange » ...la suite
Le Président de la République Faustin Archange Touadera a honoré de sa présence la cérémonie de la Journée Mondiale de l’Alimentation ce sam » ...la suite
Près de deux semaines après la tuerie de civils non loin de Bambari, le Conseil national de la jeunesse (CNJ) interpelle le Premier ministre. La ren » ...la suite