Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Annonces & Divers » Visite surprise en Centrafrique de l'ambassadrice américaine à l'ONU
Visite surprise en Centrafrique de l'ambassadrice américaine à l'ONU
BANGUI - AFP / 19 décembre 2013 10h48 - L'ambassadrice des Etats-Unis à l'ONU, Samantha Power, est arrivée jeudi à Bangui pour une visite surprise afin d'exhorter les dirigeants centrafricains à mettre un terme aux violences dans le pays, a annoncé à l'AFP une source diplomatique.

Mme Power est la plus importante responsable américaine à se rendre en Centrafrique, livrée à l'anarchie depuis des mois et où les violences inter-religieuses ont fait près d'un millier de morts ces deux dernières semaines.

Ce voyage a des accents personnels pour la diplomate américaine: née Irlandaise en septembre 1970, elle fut longtemps journaliste et chercheuse, spécialiste de la question du génocide dans les conflits au 20e siècle, notamment en ex-Yougoslavie et au Rwanda.

Les populations en République centrafricaine sont en très grand danger et nous avons tous la responsabilité de les éloigner de l'abîme, a déclaré mercredi la diplomate américaine, devenue ambassadrice à l'ONU à l'été 2013.

Elle s'exprimait lors d'une conférence téléphonique, organisée pour la presse à Washington, depuis Abuja où elle faisait une étape pour des entretiens avec le président nigérian Goodluck Jonathan.

Elle est accompagnée de la plus haute diplomate au département d'Etat pour l'Afrique, la secrétaire d'Etat adjointe Linda Thomas-Greenfield.

Les deux femmes doivent rencontrer le président centrafricain de transition et ex-chef rebelle de la Séléka Michel Djotodia ainsi que de hauts dignitaires musulmans et chrétiens.

L'administration américaine s'alarme depuis des semaines d'une situation pré-génocidaire en RCA et du caractère de plus en plus confessionnel des violences atroces perpétrées contre les civils.

Tous les acteurs en RCA qui ont de l'influence doivent l'utiliser pour tenter d'apaiser les craintes et de rétablir le calme, a plaidé Mme Power.

Elle doit aussi pousser le pouvoir à Bangui à soutenir la force de l'Union africaine mandatée par l'ONU (Misca) et épaulée par la France.

Washington avait annoncé mardi disposer de quelques militaires à Bangui chargés de coordonner le transport aérien de 850 soldats burundais en Centrafrique, une opération qui devrait être achevée cette semaine. Ces troupes sont acheminées par deux avions C-17 du Pentagone.

Les Etats-Unis ont également promis 100 millions de dollars d'aide militaire à la Misca.

Mme Power réfléchit depuis des années à la manière dont les démocraties peuvent répondre aux crimes de génocide. Elle a remporté en 2002 le prix Pulitzer pour son essai A Problem from Hell: America and The Age of Genocide, accusant la diplomatie américaine d'avoir essuyé une série d'échecs, notamment lors du génocide rwandais en 1994.

Le monde a été le témoin de grandes atrocités et chaque situation est unique. Comparer (la RCA) à d'autres crises, à des crises passées, est inexact, a toutefois expliqué Mme Power.

Mais il vaut la peine de noter que la Somalie nous a appris ce qui peut se passer dans un Etat en échec et que le Rwanda nous a montré ce qui peut arriver dans un Etat profondément divisé, a argumenté la diplomate.

Les dernières violences inter-religieuses ont fait près d'un millier de morts depuis début décembre en Centrafrique, où les tueries continuent, selon Amnesty international.

La plupart des victimes ont été tués dans les représailles de l'ex-rébellion Séléka à Bangui, mais également dans les atrocités des milices d'autodéfense villageoises en province, plus particulièrement dans la région de Bossangoa (nord-ouest), selon Amnesty.

Il faut évidemment agir de manière urgente pour sauver des vies, a encore exhorté Mme Power, répétant que les Etats-Unis étaient reconnaissants envers les Français et les courageux soldats africains qui risquent leurs vies pour aider à protéger des civils.


(©)

2 commentaires

C
Mme Power merci pour votre visite si bien tardive les états unies ont minimisé la RCA en générale et cette crise en particulier.comme vous êtes là vous allez voir de pret la situation de ce pays ab
C
Mme POWER merci pour la visite tant bien tardive.
Les USA ont minimisé la RCA comme elle n'a pas encore exploité son Or noir
Mme ce qui ce passe en RCA est grave comme vous êtes là vous allez voir de pret les réalités.
la crise de la RCA est réligieuse et si la communauté tarde à réagir les les réalités.
la crise de la RCA est réligieuse et si la communauté tarde à réagir les conséquence seront très graves il faut que la communauté réagisse vite.

» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
L’homme d’affaires français Pierre Castel, 96 ans, qui a fait fortune dans le vin et la bière, est accusé d’avoir dissimulé une partie de sa » ...la suite
Accusé d’espionnage, Juan Rémy Quignolot, un ancien militaire de 57 ans, a bénéficié de la méditation du président gabonais pour regagner la » ...la suite
Depuis quelques jours les Centrafricains vivant en Tunisie sont inquiets des agressions dont sont victimes les noirs africains. Ces agressions font su » ...la suite
Blessé dans une attaque au colis piégé en décembre et évacué en Russie, Dmitri Sytyi est sur le point de revenir en Centrafrique. L’occasion p » ...la suite
Les infrastructures ont été officiellement remises ce lundi au gouvernement centrafricain en présence des partenaires. La prochaine étape de ce pr » ...la suite
La mission onusienne en Centrafrique a annoncé mercredi qu'elle aidera les autorités locales à réhabiliter le poste de douane de Béloko (ouest) d » ...la suite
La première session criminelle de l’année 2023 se déroulera du 06 février au 08 mars 2023, et l’audience du tirage au sort des jurés est pré » ...la suite
La filière nigérienne d'Orano, anciennement Areva, a exploité pendant 40 ans cette mine d'uranium dans le Sahara pour alimenter des centrales nucl » ...la suite
Mme Yellen, depuis vendredi à Dakar, première étape d'un déplacement en Afrique, a visité le site historique de Gorée en compagnie de son maire » ...la suite
Quand certains tuent par les armes, d’autres, en revanche, choisissent l’intoxication comme solution la plus simple pour exterminer une population » ...la suite