Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Retrait des Tchadiens de Centrafrique: la Misca se réorganise
Retrait des Tchadiens de Centrafrique: la Misca se réorganise

par RFI 13-04-2014 à 08:47


En Centrafrique, les forces tchadiennes ont quitté les villes du Nord et Nord-Est dans lesquelles elles étaient postées et regagnent actuellement le Tchad. C'est ce qu'a confirmé, samedi 12 avril, le chargé de communication de la Misca, Francis Ché.

Un départ qui s'est effectué entre lundi et vendredi, sans problèmes majeurs, d'après des sources locales. Selon plusieurs témoins, malgré quelques tensions, la situation reste pour le moment calme dans l'ensemble de ces villes.

« Le contingent tchadien s'est désengagé de Bossangoa, Bouca, Batangafo, Kaga-Bandoro et Ndélé. Il est en train de regagner son pays », a confirmé Francis Ché, chargé de communication de la Misca.

Pour Bouca, le départ a eu lieu dès lundi. Selon des témoins, des anti-balaka sont alors venus patrouiller en ville, sans incidents majeurs. Ils auraient regagné la brousse vendredi à l'arrivée, par hélicoptère, d'une vingtaine de Congolais et Gabonais de la Misca.

Nouveaux éléments à Bossangoa et Batangafo, mais pas à Kaga-Bandoro

De nouveaux éléments de la Misca ont aussi rejoint Bossangoa et Batangafo ces deux derniers jours, quelques heures seulement après le départ des Tchadiens.
A Bossangoa, ils devront cohabiter avec des membres des anti-balaka, toujours présents en ville, tandis qu'à Batangafo, c'est avec l'ex-Seleka, l'ancienne rébellion, basée non loin de sa caserne, que la Misca devra composer.

Pas de relève, pour l'instant, à Kaga-Bandoro. Depuis le départ des soldats tchadiens jeudi, seule l'ex-Seleka est présente en ville, racontent des témoins.

« Les anti-balaka sont à 5 km du centre. L'ex-Seleka, elle, a repris la caserne de la Misca près de l'église. Il n'y a ni policier, ni gendarme, ni maire », explique un habitant. « Les ex-Seleka provoquent les jeunes et se livrent au racket, mais malgré les tensions, il n'y pas eu d'incidents majeurs », affirme un autre.

Pas de précisions en revanche sur Ndélé, si ce n'est la confirmation par la Misca du départ des Tchadiens.

Calme relatif à Bria

La tension s'apaise petit à petit à Bria. La situation était très volatile notamment depuis une fusillade, jeudi, entre des ex-Seleka d'un côté, et les troupes des forces Misca et Sangaris de l'autre. Deux soldats de la force africaine avaient été blessés.

Vendredi s'est tenu sur place une réunion avec le général Issa Issaka, haut responsable de l'ancienne rébellion, le général Soriano, patron de la force française Sangaris, et le ministre de l'Administration du territoire Aristide Sokambi. Cette visite a permis de faire baisser la pression. Samedi, une nouvelle négociation a été menée avec succès avec les rebelles installés en ville.

« On avance dans le bon sens », explique un notable. Dans la matinée, le comité de sensibilisation et le conseil des sages ont négocié avec des responsables de l'ex-Seleka, notamment avec le colonel Ousta. Le groupe armé a fait des concessions, en faisant d'abord retirer les barricades érigées en ville et tenues par des civils souvent très jeunes.

L'ancienne rébellion serait également prête à rentrer dans le rang. « Le mouvement a accepté le principe d'un cantonnement et d'un désarmement », explique Gilbert Dalkia, du conseil des sages, ajoutant que le cantonnement est en cours près de la préfecture. Dans le détail, les parties se sont aussi mises d'accord sur une surveillance des armes afin d'éviter les vols. Enfin les hauts gradés pourront se déplacer avec un aide de camp armé. Mais avant d'en arriver là, l'ex-Seleka exige des garanties. « Les anti-balaka ne sont pas loin. Nous sommes sous leur menace. Donc on ne va pas désarmer pour rien », déclare un officier rebelle.

Pourtant selon un habitant, seule cette étape permettra le retour de ceux qui ont fui en brousse.

1 commentaire

A
Initiative a encourager car dans ladite situation,il s agit de convaincre et non de vaincre le frere ennemi

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Le trafic sur le corridor Brazzaville, au Congo, et Bangui, en République centrafricaine, vital pour les échanges commerciaux entre les pays, devrai » ...la suite
La décision des autorités camerounaises de maintenir les échanges avec les autres pays de la Cemac, en dépit de la fermeture des frontières déci » ...la suite
Le Président de la République Centrafricaine Faustin-Archange Touadera s’est rendu le 22 Avril dans la capitale de la République Démocratique du » ...la suite
Ce 13 avril 2020, entre en vigueur sur l’ensemble du territoire camerounais, la mesure gouvernementale imposant à toute la population le port du m » ...la suite
Ce 13 avril 2020, entre en vigueur sur l’ensemble du territoire camerounais, la mesure gouvernementale imposant à toute la population le port du m » ...la suite
Au Tchad, le président Idriss Déby annonce que Boko Haram a été chassé du territoire. Le chef de l’Etat tchadien qui s’est rendu sur le thé » ...la suite
Le Directeur général adjoint du Fonds Monétaire International (FMI), le Chinois Tao Zhang a annoncé, le 2 avril 2020, que le FMI accorderait une a » ...la suite
La Convention tchadienne de défense des droits de l’homme est montée au créneau. Elle dénonce l’existence de plus d’une dizaine de cachots s » ...la suite
Makaila Nguebla : les combats de Mboma dans le Lac Tchad, ont été d’une rare violence et une défaite véritable pour l’armée d’Idriss Deby p » ...la suite
Le chef de l'Etat Idriss Déby annonce le lancement à compter de ce dimanche matin de l'opération "Colère de Bomo" contre Boko Haram. "Nous devo » ...la suite