Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Livres & Médias » Centrafrique: liberté provisoire pour les journalistes accusés d'outrage envers la présidente
Centrafrique: liberté provisoire pour les journalistes accusés d'outrage envers la présidente

BANGUI, 23 avril 2014 (AFP) - Les deux journalistes centrafricains emprisonnés à Bangui pour outrage, diffamation et incitation à la haine dans des articles visant la présidente de transition Catherine Samba Panza, ont été remis en liberté provisoire, a annoncé mercredi une source judiciaire.

"Le parquet a décidé de remettre en liberté provisoire mardi soir Patrick Stéphane Akibata, directeur de publication du journal Le Peuple, et Régis Zoumiri du journal Le Palmarès, en attendant leur procès", a affirmé à l'AFP une source du parquet de Bangui. "Il s'agit d'une libération provisoire qui ne met pas fin à l'action judiciaire toujours en cours", les deux journalistes étant poursuivis pour outrage, diffamation et incitation à la haine, a précisé cette source.

Les directeurs de la publication des quotidiens Le Palmarès et Le Peuple avaient été arrêtés les 7 et 15 avril, avant d'être tous deux déférés à la prison centrale de N'garagba (Bangui) où ils étaient détenus. L'Observatoire des médias a jugé "injurieux" l'article publié dans le Palmarès, intitulé "Catherine Samba Panza, cette cancre qui nous gouverne".

Régis Zoumiri, du Palmarès, a été placé en garde à vue pour avoir violé les dispositions du Code de déontologie et d'éthique de la presse et son journal suspendu une semaine. Quant à Patrick Stéphane Akibata, du Peuple, il a été arrêté pour avoir repris dans son journal un article d'abord paru sur un site d'information en ligne étranger, intitulé "De l'illégitimité et de la moralité douteuse de la présidente de transition".

Le texte affirme notamment que Mme Samba Panza "a été élue à la suite d'une campagne à coups de billets de banque". Selon le dernier classement mondial annuel de l'organisation Reporters sans frontières (RSF), paru en février, la liberté de la presse en Centrafrique a considérablement reculé pour atteindre la 109e place sur 180 pays.


http://fr.africatime.com/republique_centrafricaine/articles/centrafrique-liberte-provisoire-pour-les-journalistes-accuses-doutrage-envers-la-presidente#sthash.fKHjUucC.dpuf

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
En Centrafrique, le ministre de la Santé a appelé ce week-end les médias à lutter contre la désinformation concernant le coronavirus, qui a fait » ...la suite
Créée le 22 février 1974 par l’empereur Jean-Bedel Bokassa, la télévision centrafricaine occupait une place prépondérante dans la sous-régio » ...la suite
Martin ZIGUÉLÉ tel qu’il n’a jamais été raconté auparavant pourrait valablement convenir comme titre à cet opuscule. Familier des arcanes de » ...la suite
Ernest Obama n’aura pas chômé trop longtemps. Tout récemment limogé de la Direction général de Vision 4, Ernest Obama a été promu en Centraf » ...la suite
Son premier roman, Batouala, aura été le bon. René Maran, né il y a 132 ans jour pour jour, en 1887, à bord d'un bateau qui conduisait ses parent » ...la suite
Sur l’écran, un type brandit un énorme parpaing. C’est pour fracasser la tête d’un malheureux qui, une minute plus tôt, poussait des hurleme » ...la suite
Ce livre est écrit selon l’auteur, pour que la transition dirigée par Catherine Samba-Panza en Centrafrique ne s'oublie pas. Dans l'histoire polit » ...la suite
Il y avait foule à Bangui pour assister aux premières projections du film "Camille" qui retrace les derniers mois de la vie de la photojournaliste f » ...la suite
Cinq ans après sa mort en République Centrafricaine, un film sur la photojournaliste angevine, Camille Lepage, sortira en salles le 16 octobre proch » ...la suite
La fille de l’ancien dictateur de Centrafrique, autrice du « Château de l’ogre », tourne la page d’une histoire éloignée des contes de fée » ...la suite