Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Droit de l'Homme » Centrafrique: Amnesty dévoile les noms d'auteurs d'atrocités
Centrafrique: Amnesty dévoile les noms d'auteurs d'atrocités

http://www.dhnet.be/


BRUXELLES (Belgique) 10 juillet 2014 à 00h31

Amnesty International a décidé, dans un rapport publié jeudi, de dévoiler les noms de personnes soupçonnées d'avoir ordonné ou commis des atrocités en République centrafricaine. L'organisation réclame des poursuites en justice pour les responsables de ces crimes.

Dans son rapport intitulé "République centrafricaine. Il est temps de rendre des comptes", Amnesty International se concentre sur les crimes de droit international perpétrés en 2013 et 2014 dans ce pays d'Afrique centrale. Basé sur des récits recueillis auprès de victimes et de témoins, "le rapport désigne nommément des membres et des alliés des milices anti-balaka et des groupes armés de la Séléka soupçonnés d'être impliqués dans de graves atteintes aux droits humains, soulignant leur rôle et indiquant la responsabilité pénale qui pourrait être la leur", explique l'organisation.
Des coordonnateurs anti-balaka comme Levy Yakété, des commandants de la Séléka tel que Nourredine Adam et les anciens présidents François Bozizé et Michel Djotodia sont ainsi cités. Par ailleurs, Amnesty International demande que des mesures soient prises de toute urgence pour reconstruire le système judiciaire et les mécanismes d'application des lois du pays. "Ceux qui font subir à des centaines de milliers d'innocents une violence meurtrière à laquelle ceux-ci n'ont aucun moyen d'échapper ne doivent pas pouvoir échapper à la justice. Seule la fin de l'impunité permettra d'arrêter le cycle de la violence qui sévit en République centrafricaine", estime Christian Mukosa, chercheur sur la République centrafricaine à Amnesty International.

Le conflit en Centrafrique a fait des milliers de morts et contraint près d'un million de personnes à fuir leur domicile. (Belga)

© 2014 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

2 commentaires

K
La France et le Tchad sont omis dans le fameu rapport et la longue liste des leaders de SELEKA. sans les seleka, on ne parlerait pas des crimes !!!
L
C'est un bon début, mais completement insufisant. Il faut denoncé également l'objectf finale de cette destabilisation qui dure depuis l'indépendance du Centrafrique ( convoitise et spoliation des resources que regorge le centrafrique).
La vie humaine pour certain ne vaut rien tant qu 'il arrive à leur faim ee le centrafrique).
La vie humaine pour certain ne vaut rien tant qu 'il arrive à leur faim et cela dure depuis pres de 50 ans. Il faut tout denoncer tout.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Ces actes coercitifs, dirigés contre une institution judiciaire internationale et ses fonctionnaires, sont sans précédent et constituent de graves » ...la suite
L’ONG des droits humains Amnesty International a appelé à « redoubler d’efforts » pour rendre pleinement opérationnelle la Cour pénale spéc » ...la suite
Les mines d'or exploitées par des entreprises chinoises à Bozoum (nord de la Centrafrique) représentent un danger pour les droits humains des popul » ...la suite
Une baisse du nombre d’incidents et de victimes des abus et violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire a été enregi » ...la suite
Vendredi 19 juillet, l'ONG Human Rights Watch a rendu publique son enquête sur le massacre d'au moins 46 civils, le 21 mai dernier, dans trois villag » ...la suite
3 829 réfugiés centrafricains sont arrivés, depuis le début du mois d’avril, sur le sol congolais, précisément à Mogoro, localité frontaliè » ...la suite
Au cours d’une conférence de presse ce samedi, un collectif d'associations de défense des droits de l’homme a annoncé que deux avocats avaient » ...la suite
De nouveaux meurtres ont eu lieu pendant les pourparlers ; les rebelles demandent l’amnistie L’accord de paix entre le gouvernement de la R » ...la suite
Il faut que l’Organisation des Nations unies (ONU) mène une enquête approfondie sur la réaction de ses casques bleus à une récente attaque qui » ...la suite
Dans un communiqué publié sur son site internet, l’Ong de défense des droits de l’homme Human Rights Watch a salué le placement en détention » ...la suite