Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Droit de l'Homme » Centrafrique : faut-il amnistier pour guérir?
Centrafrique : faut-il amnistier pour guérir?

14/07/14 (Le JDD)

Derrière le discours officiel, les autorités centrafricaines n'ont d'autre choix que de se rapprocher des leaders des milices pour trouver une solution à la crise. L'argument est connu : on ne négocie pas avec "ceux qui ont du sang sur les mains". La paix, pourtant, se conclut toujours avec ses ennemis, fussent-ils épouvantables. C'est bien sur ce scénario que travaillent les dirigeants de l'Union africaine. La présidente centrafricaine, Catherine Samba¬-Panza, a beau dire qu'il n'est pas question de frayer avec des criminels, la plupart de ses interlocuteurs, parrains et créanciers lui conseillent un peu plus de réalisme. Afin que, dès le 21 juillet à Brazzaville, capitale du maître congolais Denis Sassou Nguesso¬, les chefs des terribles milices qui endeuillent la Centrafrique se retrouvent.

On évoque même dans les coulisses des chancelleries concernées des noms qui donnent des sueurs froides : Levy Yakété, coordinateur des milices chrétiennes anti-Balaka, Noureddine Adam, sinistre patron des services de sécurité du temps où les Séléka régnaient sur Bangui. Tous deux sanctionnés par le Conseil de sécurité des Nations unies et sous enquête de la Cour pénale internationale. Il est probable que les organisateurs de cette nouvelle étape du conflit débauchent des négociateurs de moindre calibre.

Mais ils n'auront sans doute pas le poids qui engage leurs commanditaires respectifs, les deux ex-présidents déchus Michel Djotodia et François Bozizé, responsables autant l'un que l'autre d'avoir emmené leur pays jusqu'au bord d'un génocide.

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Ces actes coercitifs, dirigés contre une institution judiciaire internationale et ses fonctionnaires, sont sans précédent et constituent de graves » ...la suite
L’ONG des droits humains Amnesty International a appelé à « redoubler d’efforts » pour rendre pleinement opérationnelle la Cour pénale spéc » ...la suite
Les mines d'or exploitées par des entreprises chinoises à Bozoum (nord de la Centrafrique) représentent un danger pour les droits humains des popul » ...la suite
Une baisse du nombre d’incidents et de victimes des abus et violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire a été enregi » ...la suite
Vendredi 19 juillet, l'ONG Human Rights Watch a rendu publique son enquête sur le massacre d'au moins 46 civils, le 21 mai dernier, dans trois villag » ...la suite
3 829 réfugiés centrafricains sont arrivés, depuis le début du mois d’avril, sur le sol congolais, précisément à Mogoro, localité frontaliè » ...la suite
Au cours d’une conférence de presse ce samedi, un collectif d'associations de défense des droits de l’homme a annoncé que deux avocats avaient » ...la suite
De nouveaux meurtres ont eu lieu pendant les pourparlers ; les rebelles demandent l’amnistie L’accord de paix entre le gouvernement de la R » ...la suite
Il faut que l’Organisation des Nations unies (ONU) mène une enquête approfondie sur la réaction de ses casques bleus à une récente attaque qui » ...la suite
Dans un communiqué publié sur son site internet, l’Ong de défense des droits de l’homme Human Rights Watch a salué le placement en détention » ...la suite