Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Gabon: un étudiant tué lors d'une manifestation interdite de l'opposition
Gabon: un étudiant tué lors d'une manifestation interdite de l'opposition
Libreville AFP / 20 décembre 2014 22h44 - Un étudiant gabonais a été tué samedi au cours d'une manifestation interdite de l'opposition réclamant le départ du président Ali Bongo Ondimba, qui a donné lieu à des heurts avec les forces de l'ordre, l'opposition parlant de trois morts.

Les circonstances exactes de la mort de ce jeune homme de 30 ans n'ont pas été précisées, mais cet incident ajoute aux tensions politiques croissantes. Avant la manifestation, l'ONU avait appelé pouvoir et opposition au dialogue pour éviter une crise profonde.

Un jeune compatriote de 30 ans (...) est décédé lors de la manifestation, a déclaré à la presse le procureur de la République, Sidonie Flore Ouwé. Selon elle, il s'agissait d'un étudiant qui a été mis sur le dessus d'un taxi au milieu des manifestants.

Selon la médecin légiste, le jeune homme est décédé d'une blessure à la gorge probablement causée par un objet tranchant. Il est mort des suites des blessures que j'ai examinées au niveau (...) du cou et il présentait une autre blessure juste au-dessous du menton, a indiqué le Dr Liliane Flore Pemba.

Sur les réseaux sociaux, l'opposition a, quant à elle, accusé le pouvoir d'avoir tué plusieurs manifestants. l'information n'a pas pu être confirmée officiellement dans l'immédiat.

Trois morts et des centaines de blessés. Manifestation pacifique brutalement réprimée, a ainsi affirmé sur Twitter l'ancien président de la Commission de l'Union africaine (UA) ayant rejoint l'opposition, Jean Ping, présent à la manifestation.

Des heurts ont éclaté à Libreville et au moins une vingtaine de personnes ont été interpellées, a constaté une journaliste de l'AFP.

Les forces de l'ordre ont tiré des gaz lacrymogènes pour empêcher les manifestants de se rassembler au carrefour Rio, dans un quartier populaire, où des cortèges de plusieurs centaines de manifestants ont afflué de chaque côté de la place.

Un important dispositif de sécurité était déployé, avec camions et dizaines de policiers et gendarmes bloquant les accès au carrefour. Un hélicoptère survolait en permanence la manifestation.

En première ligne, plusieurs ténors de l'opposition, dont Jean Ping et le dernier Premier ministre du défunt président Omar Bongo Ondimba, Jean Eyéghé Ndong ont été pris sous les tirs de grenades lacrymogènes,

- 'Comme des chiens'

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Les Etats-Unis devraient exprimer leurs préoccupations au président rwandais Kagamé en matière de respect des droits humains, notamment sur les a » ...la suite
Ce n’est pas la première visite d’un président français à Yaoundé sous la présidence Biya. Et ce n’est sans doute pas la plus solennelle. » ...la suite
Ces derniers temps, l'hostilité contre les missions de maintien de la paix de l'Onu au Mali et en République démocratique du Congo va crescendo. » ...la suite
Il aura fallu cinq mois, mais c’est désormais chose faite : le président tchadien de transition Mahamat Idriss Déby et plusieurs groupes rebelles » ...la suite
Les autorités de transition du Tchad et les groupes rebelles ont signé un accord de paix à Doha lundi, en amont d'un vaste dialogue de réconciliat » ...la suite
Pour une transhumance apaisée entre la République Centrafricaine, le Tchad et le Cameroun, les membres de différentes organisations œuvrant dans l » ...la suite
Legs colonial, la frontière entre le Cameroun et la Centrafrique a été parfois « source d’incompréhension et d’incidents regrettables » entr » ...la suite
Ils sont déployés pour renforcer la sécurité de la région contre les incursions des rebelles centrafricains. En l’espace de six mois, deux n » ...la suite
Le corridor Brazzaville-Bangui-N’Djamena constitue l’un des onze projets intégrateurs érigés au rang de priorité dans l’espace CEMAC Afrique » ...la suite
Un tribunal militaire camerounais a condamné récemment 25 hommes à des peines de 30 à 35 ans de prison pour avoir participé en 2017 à une tentat » ...la suite