Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Droit de l'Homme » La CPI abandonne les poursuites contre le chef rebelle ougandais suite à la confirmation sa mort
La CPI abandonne les poursuites contre le chef rebelle ougandais suite à la confirmation sa mort
APA-Kampala (Ouganda) 2015-09-11 16:33:46

Les procureurs de la Cour pénale internationale (CPI) ont mis fin aux poursuites contre le commandant en second de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA), Okot Odhiambo suite à la publication d'un rapport médico-légal confirmant sa mort.

Ce rapport remis au Procureur de la CPI, Fatou Bensouda, confirme qu'Odhiambo a été tué en République centrafricaine (RCA).

l'ordonnance de cessation des poursuites a été émise par le juge présidant, Cuno Tarfusser, lundi dernier.

Odhiambo devient le deuxième commandant en second de la LRA inculpé, déclaré mort par le tribunal de La Haye, après Raska Lukiwya.

Les soldats ougandais déployés en RCA ont exhumé le corps d'Odiambo en début de cette année et l'ont identifié à travers des tests ADN qui ont ensuite été transmis au Procureur Bensouda.

Le gouvernement ougandais a délivré un certificat de décès, certifiant qu'Odhiambo est décédé le 27 Octobre 2013, à 50 kilomètres du nord-est de Djemah, en République centrafricaine.

Il a été inculpé conjointement avec l'insaisissable chef de la LRA, Joseph Kony, son ancien adjoint, Vincent Otti, Raska Lukwiya et Dominic Ongwen. Alors qu'Ongwen est à la cour attendant son procès, Kony est toujours en liberté et Otti est également soupçonné d'être mort.

Le mandat d'arrêt contre Okot Odhiambo a été émis le 8 juillet 2005.

Il se serait caché soit dans les jungles reculées de la République centrafricaine, au nord-est de la République démocratique du Congo, soit au Soudan du Sud.


http://apanews.net/news/fr/article.php?id=833559#sthash.6IQqp9m3.dpuf

1 commentaire

S
Si à partir du téléphone satellitaire qu'ils utilisent, on n'arrive pas à les localiser avec les satellites, c'est qu'il y a 1 problème.

A qui veut-on faire avaler la pilule qu'ils sont introuvables ?

L'enquête doit continuer pour les moins gradés de ces brigands oisifs.

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Une baisse du nombre d’incidents et de victimes des abus et violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire a été enregi » ...la suite
Vendredi 19 juillet, l'ONG Human Rights Watch a rendu publique son enquête sur le massacre d'au moins 46 civils, le 21 mai dernier, dans trois villag » ...la suite
3 829 réfugiés centrafricains sont arrivés, depuis le début du mois d’avril, sur le sol congolais, précisément à Mogoro, localité frontaliè » ...la suite
Au cours d’une conférence de presse ce samedi, un collectif d'associations de défense des droits de l’homme a annoncé que deux avocats avaient » ...la suite
De nouveaux meurtres ont eu lieu pendant les pourparlers ; les rebelles demandent l’amnistie L’accord de paix entre le gouvernement de la R » ...la suite
Il faut que l’Organisation des Nations unies (ONU) mène une enquête approfondie sur la réaction de ses casques bleus à une récente attaque qui » ...la suite
Dans un communiqué publié sur son site internet, l’Ong de défense des droits de l’homme Human Rights Watch a salué le placement en détention » ...la suite
La première comparution d'Alfred Yekatom devant la Chambre préliminaire II de la Cour pénale internationale (« CPI » ou « Cour ») aura lieu le » ...la suite
e député Alfred Yekatom Rombhot, arrêté le 29 octobre et transféré le 17 novembre 2018 à la Cour pénale internationale (CPI), sera jugé pour » ...la suite
Le peuple centrafricain a subi et a enduré des crimes atroces dans l'un des violents conflits de ce siècle. Je me félicite du transfèrement aujour » ...la suite