Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Droit de l'Homme » La CPI abandonne les poursuites contre le chef rebelle ougandais suite à la confirmation sa mort
La CPI abandonne les poursuites contre le chef rebelle ougandais suite à la confirmation sa mort
APA-Kampala (Ouganda) 2015-09-11 16:33:46

Les procureurs de la Cour pénale internationale (CPI) ont mis fin aux poursuites contre le commandant en second de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA), Okot Odhiambo suite à la publication d'un rapport médico-légal confirmant sa mort.

Ce rapport remis au Procureur de la CPI, Fatou Bensouda, confirme qu'Odhiambo a été tué en République centrafricaine (RCA).

l'ordonnance de cessation des poursuites a été émise par le juge présidant, Cuno Tarfusser, lundi dernier.

Odhiambo devient le deuxième commandant en second de la LRA inculpé, déclaré mort par le tribunal de La Haye, après Raska Lukiwya.

Les soldats ougandais déployés en RCA ont exhumé le corps d'Odiambo en début de cette année et l'ont identifié à travers des tests ADN qui ont ensuite été transmis au Procureur Bensouda.

Le gouvernement ougandais a délivré un certificat de décès, certifiant qu'Odhiambo est décédé le 27 Octobre 2013, à 50 kilomètres du nord-est de Djemah, en République centrafricaine.

Il a été inculpé conjointement avec l'insaisissable chef de la LRA, Joseph Kony, son ancien adjoint, Vincent Otti, Raska Lukwiya et Dominic Ongwen. Alors qu'Ongwen est à la cour attendant son procès, Kony est toujours en liberté et Otti est également soupçonné d'être mort.

Le mandat d'arrêt contre Okot Odhiambo a été émis le 8 juillet 2005.

Il se serait caché soit dans les jungles reculées de la République centrafricaine, au nord-est de la République démocratique du Congo, soit au Soudan du Sud.


http://apanews.net/news/fr/article.php?id=833559#sthash.6IQqp9m3.dpuf

1 commentaire

S
Si à partir du téléphone satellitaire qu'ils utilisent, on n'arrive pas à les localiser avec les satellites, c'est qu'il y a 1 problème.

A qui veut-on faire avaler la pilule qu'ils sont introuvables ?

L'enquête doit continuer pour les moins gradés de ces brigands oisifs.

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Il s’agit d’un pas important vers la justice pour les victimes de crimes commis dans le cadre du conflit depuis 2012 Le procès de deux dirigea » ...la suite
Le procès de deux ex-dirigeants « anti-balaka » qui s’ouvrira le 9 février à la Cour pénale internationale (CPI) sera le premier à être tenu » ...la suite
Arrêté en Centrafrique le 20 janvier, Mahamat Saïd a été transféré hier soir au siège de la Cour pénale internationale, à La Haye. Le parcou » ...la suite
Il s’appelle Mahamat Said Abdel Kani. C’est un ancien chef rebelle de l’ex-Séléka, du nom de cette milice à majorité musulmane qui, avec sa » ...la suite
Un manifeste pour les droits humains, destiné aux candidats à l’élection présidentielle en République centrafricaine (RCA), a été lancé par » ...la suite
La Cour Pénale Spéciale de Centrafrique fait face ces derniers jours à une vague de critiques, notamment de certaines organisations internationales » ...la suite
Amnesty International a dénoncé jeudi l’impunité des chefs des milices qui contrôlent les deux tiers de la Centrafrique et ne sont pas déféré » ...la suite
Ces actes coercitifs, dirigés contre une institution judiciaire internationale et ses fonctionnaires, sont sans précédent et constituent de graves » ...la suite
L’ONG des droits humains Amnesty International a appelé à « redoubler d’efforts » pour rendre pleinement opérationnelle la Cour pénale spéc » ...la suite
Les mines d'or exploitées par des entreprises chinoises à Bozoum (nord de la Centrafrique) représentent un danger pour les droits humains des popul » ...la suite