Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Commerce : Obama retire au Burundi son statut de partenaire privilégié
Commerce : Obama retire au Burundi son statut de partenaire privilégié
Washington - AFP / 30 octobre 2015 21h56 - Le président Barack Obama a annoncé vendredi son intention de retirer au Burundi le statut de partenaire commercial privilégié des Etats-Unis, mettant en avant le non-respect du pluralisme politique dans ce petit pays d'Afrique des Grands Lacs.

Pour justifier ce retrait, à compter du 1er janvier 2016, de la liste du programme Agoa (Africa Growth and Opportunity Act), M. Obama met en particulier en avant la répression continue contre les membres de l'opposition.

La volonté acharnée du président Pierre Nkurunziza - au pouvoir depuis 2005 et réélu en juillet dernier - de conquérir un troisième mandat, malgré les critiques de l'opposition, de la société civile et de la communauté internationale, a plongé le pays dans une grave crise politique, émaillée de violences meurtrières.

Dans un courrier adressé au Congrès, M. Obama cite les assassinats, détentions arbitraires et cas de torture qui ont eu lieu durant la campagne électorale ayant abouti à la réélection du président Nkurunziza.

De plus, le gouvernement du Burundi a empêché les partis d'opposition de faire campagne tout au long du processus électoral, ajoute-t-il, soulignant que la police et des milices armées ayant des liens avec le parti au pouvoir ont intimidé l'opposition, contribuant à pousser près de 200.000 personnes à fuir le pays depuis avril 2015.

l'Agoa, dont la liste est révisée tous les ans, établit une coopération économique et commerciale avec le continent africain. Il facilite les exportations africaines vers les Etats-Unis pour soutenir le développement économique, mais aussi les réformes en Afrique subsaharienne.


(©)

2 commentaires

C
On s'en fout.
Retirez vos aides, les burundais se debrouilleront autrement.
Vous voulez faire du BURUNDI un nouveau laboratoire pour vos experiences comme au RWANDA ?
C
Tant mieux.
Ils laisseront au moins ce pauvre bantou se reposer.
Ce qu 'ils ont experimenté au RWANDA, ne passera pas au BURUNDI.
Parole de bantou !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Manuela Roka Botey a été nommée Première ministre de Guinée équatoriale et devient la première femme de l’histoire de ce petit pays d’Afriq » ...la suite
Selon la Ligue tchadienne des Droits de l’Homme, au moins 11 civils ont été victimes d’exécution extrajudiciaire dans le lac Tchad. Dans un com » ...la suite
Les informations faisant état de la présence d'une nouvelle rébellion dans le sud du Tchad continuent de susciter des inquiétudes. D'après des » ...la suite
Il faut ouvrir des enquêtes sur les meurtres, la torture, les décès en détention et les détentions illégales d’un régime tchadien que la Fran » ...la suite
Un arbitrage favorable à une filiale du groupe Bolloré dans un litige l'opposant au port camerounais de Douala a été annulé à cause d'un "doute" » ...la suite
L'ONG Human Rights Watch (HRW) dénonce dans un rapport lundi 23 janvier des «meurtres», des «décès en détention», des «disparitions forcées » ...la suite
L’homme d’affaires canado-congolais Lucien Ebata ne mégotait sur les dépenses lorsqu’il s’agissait de soigner ses relations politiques ou di » ...la suite
Il y a trois mois, le 20 octobre, une manifestation de l’opposition, interdite par les autorités, était violemment réprimée. Le soir même, le p » ...la suite
Cette nouvelle mesure s’inscrit dans les différents chantiers du Secrétariat permanent du processus de Kimberley (Snppk) pour la mise en œuvre de » ...la suite
L’affaire révélée ce mercredi par «Libération» dessine les contours d’un système financier occulte autour du pétrole congolais, une manne » ...la suite