Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Congo : une requête lancée contre Sassou devant la CPI
Congo : une requête lancée contre Sassou devant la CPI

http://www.mondafrique.com/ Par La redaction de Mondafrique - 19 avril 2016

Avocat rattaché au barreau des Hauts de Seine, Philippe Missamou a adressé, le 12 avril, une requête auprès de la Cour pénale internationale contre le président congolais Denis Sassou Nguesso. Il entend porter à la connaissance de la Cour « les renseignements concernant des actes et agissements susceptibles de constituer des crimes contre l’humanité, crimes de génocide et crimes de guerre (…) perpétrés par les autorités militaires du Congo Brazzaville. »

Cette demande fait suite aux bombardements menés depuis deux semaines par l’armée congolaise sur plusieurs localités de la région du Pool. Située au sud du Congo, cette zone d’ethnie majoritairement « kongo », constitue un bastion pour l’opposition. Elle est notamment le fief de l’ex chef rebelle Francis Bintsamou plus connu sous le nom de « Pasteur Ntoumi », leader des milices Ninja opposées à Sassou. Or, celles-ci sont accusées par les autorités d’avoir fomenté les violences qui ont enflammé le sud de Brazzaville les 3 et 4 avril derniers.

Dans sa requête, l’avocat Missamou relève notamment que « les opérations militaires de destruction massive et systématique de ces villes et de leurs populations sont le résultat d’un projet criminel (…) que Monsieur Denis Sassou Nguesso et ses collaborateurs sont en train d’accomplir, afin de parfaire l’œuvre macabre d’extermination de ces populations à raison de leur origine ethnique kongo, amorcée il y a près de deux décennies, cette partie du territoire national congolais ayant déjà été l’objet, au cours de la période allant de 1998 à 2002, d’agissement criminels identiques. »

1 commentaire

C
Eh bien !
On a l'impression que ça commence à bouger au sud de la RCA.
Sassou est en train de faire le mandat de trop.
Celui qui lui vaudra tous les ennuis du monde et qui éparpillera sa famille à travers le monde.
Déjà ils commencent à perdre tous les biens qu'ils ont de par le monde ( cravers le monde.
Déjà ils commencent à perdre tous les biens qu'ils ont de par le monde ( crimes econimiques ) et maintenenant ce sont les crimes de sang.
Les musiciens de l'autre rive ne tarderont pas à jeter des quolibets sur ceux qu 'ils encensaient hier à cause des millions que la famille très presidentielle deversait.
Ils doivent s'attendre maintant à trouver de bons avocats car ce genre de procès dure des années.
Ils devront s'eparpiller dans le monde comme les enfants de BOKASSA.
C'est dommage !
Pourquoi ces gens ne partent pas pour conserver leurs acquis ?
Ca c'est sûr.
» lire la suite

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Plus d’un mois après la mort de Martinez Zogo, un journaliste enlevé puis tué après avoir été torturé au Cameroun, l’influent homme d’aff » ...la suite
Depuis quelques années la Russie essaie de s’imposer comme un partenaire pour plusieurs pays africains notamment dans le domaine sécuritaire. Son » ...la suite
Pour apprendre le métier de journaliste, les Tchadiens sont principalement formés dans d’autres pays, notamment au Cameroun. Le 30 janvier, les mi » ...la suite
Manuela Roka Botey a été nommée Première ministre de Guinée équatoriale et devient la première femme de l’histoire de ce petit pays d’Afriq » ...la suite
Selon la Ligue tchadienne des Droits de l’Homme, au moins 11 civils ont été victimes d’exécution extrajudiciaire dans le lac Tchad. Dans un com » ...la suite
Les informations faisant état de la présence d'une nouvelle rébellion dans le sud du Tchad continuent de susciter des inquiétudes. D'après des » ...la suite
Il faut ouvrir des enquêtes sur les meurtres, la torture, les décès en détention et les détentions illégales d’un régime tchadien que la Fran » ...la suite
Un arbitrage favorable à une filiale du groupe Bolloré dans un litige l'opposant au port camerounais de Douala a été annulé à cause d'un "doute" » ...la suite
L'ONG Human Rights Watch (HRW) dénonce dans un rapport lundi 23 janvier des «meurtres», des «décès en détention», des «disparitions forcées » ...la suite
L’homme d’affaires canado-congolais Lucien Ebata ne mégotait sur les dépenses lorsqu’il s’agissait de soigner ses relations politiques ou di » ...la suite