Notre mission, toujours vous informer
Accueil » Afrique Centrale & la CEMAC » Le FMI reproche aux pays de la Cémac un « recours excessif » à la BEAC
Le FMI reproche aux pays de la Cémac un « recours excessif » à la BEAC

(Agence Ecofin) 10/05/16 - Face au constat de la diminution des réserves de change des pays de la Cémac, après « leur recours excessif » à la BEAC pour financer leur déficit budgétaire, le Fonds monétaire international (FMI) recommande un rééquilibrage budgétaire et monétaire.

Dans un communiqué publié au terme de leur visite, ces jours à Libreville et à Yaoundé, les experts du FMI ont recommandé aux pays membres de la Cémac, de s’activer sur la mise en place d’une politique monétaire commune appropriée ainsi que sur la nécessité d’une riposte adéquate des politiques nationales, avec une coordination au niveau régional, dans ce contexte économique particulièrement difficile. : « La politique monétaire accommodante qui a consisté à un recours excessif à la banque centrale régionale (la BEAC) a entraîné une diminution des réserves de change. Bien que le niveau des réserves reste adéquat, la marge pour une nouvelle expansion monétaire semble désormais épuisée. »

Or, le niveau des réserves doit s’appuyer sur les critères de convergence de la CEMAC et impliquer une réorientation appropriée des priorités des programmes ambitieux d’investissement des pays membres, tout en mettant davantage l’accent sur la mobilisation des recettes intérieures.

Afin de maintenir la viabilité financière de la région à moyen terme, les experts du FMI ont invité les autorités nationales à ralentir le rythme d’accumulation de la dette. Elle encourage les pays membres à privilégier les emprunts concessionnels et les sources intérieures de financement dans toute la mesure du possible.

La mission a également souligné que des liens régionaux plus étroits, aideraient la CEMAC à surmonter les chocs négatifs. « Il est donc impératif de renforcer l’intégration régionale, de développer les échanges intra-régionaux et de mieux intégrer les marchés financiers », a-t-elle mentionné.

Enfin, des mesures structurelles seront nécessaires aussi bien aux niveaux national que régional pour créer un environnement qui permette au secteur privé de devenir le moteur de la croissance et de réduire la dépendance de la région à l'égard du pétrole.

Synclair Owona avec le service information du FMI

 

Selon le FMI, le secteur financier de la Cémac fait preuve de résilience

(Agence Ecofin) 10/05/16 - C’est l’une des principales observations faites par l’équipe du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par Mario de Zamaróczy, au terme de son séjour à Libreville et Yaoundé du 25 avril au 9 mai dernier : après avoir mené des entretiens avec les institutions de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cémac) sur les politiques communes des États membres, l’équipe du FMI a, avec satisfaction, noté la résilience du secteur financier, malgré les difficultés économiques.

Cependant, ont souligné les experts : « Face aux pressions budgétaires actuelles, les engagements directs et indirects des banques à l’égard du secteur public, constituent une source de risque. Un cadre microprudentiel efficace devrait prévenir la propagation des risques macrofinanciers ».

La mission a également apprécié la réalisation d’importants progrès dans ce domaine, en rapport avec les précédentes recommandations formulées. Toutefois, conseillent les missionnaires du FMI, « il importera de mettre en place un dispositif approprié de stabilité financière, fondé sur des indicateurs macroéconomiques et financiers solides. »

Même si des efforts sont en cours pour promouvoir l’inclusion financière, « ce travail devrait s’intensifier pour faciliter l’accès des petites et moyennes entreprises et des ménages aux financements et pour mettre en place un dispositif réglementaire adéquat, propice au développement de nouveaux instruments financiers, dont la banque mobile. », ont-ils ajouté.

Synclair Owona

 

0 commentaire

Soyez la première personne à vous exprimer !

Mon commentaire

Dans la même catégorie
Plus d’un mois après la mort de Martinez Zogo, un journaliste enlevé puis tué après avoir été torturé au Cameroun, l’influent homme d’aff » ...la suite
Depuis quelques années la Russie essaie de s’imposer comme un partenaire pour plusieurs pays africains notamment dans le domaine sécuritaire. Son » ...la suite
Pour apprendre le métier de journaliste, les Tchadiens sont principalement formés dans d’autres pays, notamment au Cameroun. Le 30 janvier, les mi » ...la suite
Manuela Roka Botey a été nommée Première ministre de Guinée équatoriale et devient la première femme de l’histoire de ce petit pays d’Afriq » ...la suite
Selon la Ligue tchadienne des Droits de l’Homme, au moins 11 civils ont été victimes d’exécution extrajudiciaire dans le lac Tchad. Dans un com » ...la suite
Les informations faisant état de la présence d'une nouvelle rébellion dans le sud du Tchad continuent de susciter des inquiétudes. D'après des » ...la suite
Il faut ouvrir des enquêtes sur les meurtres, la torture, les décès en détention et les détentions illégales d’un régime tchadien que la Fran » ...la suite
Un arbitrage favorable à une filiale du groupe Bolloré dans un litige l'opposant au port camerounais de Douala a été annulé à cause d'un "doute" » ...la suite
L'ONG Human Rights Watch (HRW) dénonce dans un rapport lundi 23 janvier des «meurtres», des «décès en détention», des «disparitions forcées » ...la suite
L’homme d’affaires canado-congolais Lucien Ebata ne mégotait sur les dépenses lorsqu’il s’agissait de soigner ses relations politiques ou di » ...la suite